Viendra le feu a reçu le prix du jury Un certain regard. Le film d'Oliver Laxe laisse au spectateur toute liberté de se projeter dans le film pour y lire son propre rapport à la nature et ses propres obsessions face à la déliquescence du monde.



Ad Astra
D'un clandestin, l'autre
De sable et de feu
Edith en chemin vers son rêve
El Otro Cristobal
Kusama: Infinity
Les fleurs amères
Lucky Day
Ma folle semaine avec Tess
Nous le peuple
Portrait de la jeune fille en feu
Trois jours et une vie
Un jour de pluie à New York



Parasite
Toy Story 4
Le Roi Lion
Give Me Liberty
Ils reviennent...
L'étincelle, une histoire des luttes LGBT +
Fanny & Alexandre
Une Fille facile
Viendra le feu
Deux moi



L'œuvre sans auteur
Comme des bêtes 2
Fast and Furious: Hobbs and Shaw
Le Gangster, le Flic et l’Assassin
Le mystère des pingouins
Les faussaires de Manhattan
Nuits magiques
Once Upon a Time... in Hollywood
Perdrix
Playmobil, le film
Une grande fille
Roubaix, une lumière
Thalasso
Les Baronnes
Late Night
Hauts perchés
Frankie
La vie scolaire
Fête de famille
Les hirondelles de Kaboul
Liberté
Jeanne
Music of My Life
The Bra
Tu mérites un amour






 (c) Ecran Noir 96 - 19


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 5

 
Le prénom


France / 2012

25.04.2012
 



UN DINER PRESQUE PARFAIT





« - mais il risque d’être tout petit.
- eh bien, il sera jockey. »


Le passage des planches au grand écran n’est pas une nouveauté. Mais là où l’exercice n’a parfois que peu d’intérêt, il peut, à l’inverse, gagner au change, ou du moins ne rien y perdre. On a en effet en mémoire Le diner de cons ou bien encore Le père noël est une ordure. Ici, on reprend la même équipe qu’au théâtre Édouard VII (mis à part Jean-Michel Dupuis qui a laissé sa place à Charles Berling) et on les place devant une caméra. Le résultat est plutôt réjouissant.

Mettez dans une même pièce un homme et sa femme invitant à diner le frère de cette dernière accompagné de sa femme enceinte et d’un vieil ami de la famille. Asseyez-les tous autour d’un bon repas et vous aurez, en huis clos, une belle comédie flirtant bien souvent avec le drame familial.
Charles Berling est remarquable en prof intello bobo de gauche et fait bien la paire avec Patrick Bruel qui, lui, campe un homme quelque peu inculte mais qui a « réussi » comme on dit. Valérie Benguigui est parfois un peu moins convaincante, notamment dans les scènes où elle se transforme en femme hystérique qui ne l’est pas. Mais dans l’ensemble, l’alchimie entre les cinq personnages fonctionne plutôt bien. On rit souvent, on rit jaune de temps en temps et parfois même on grince des dents tant la blague semble tourner au vinaigre.
En effet, tout commence sur une question de prénom. Car oui, tout le monde veut connaître le prénom choisit pour le futur bambin à naître. Mais quand ce choix est bien loin de faire l’unanimité, ce sont finalement toutes les rancoeurs et rancunes passées qui refont surface et s’invitent également à diner. Pour le plus grand plaisir des spectateurs qui observent cette scène avec un petit côté voyeur mal à l’aise. Car même s’ils nous font rire, il y a tout de même un petit air de drame qui flotte dans l’air. Et le plus dérangeant peut-être est qu’ils ressemblent bien évidemment à Monsieur et Madame Tout le monde et que dans un certain sens ils nous rappellent un peu notre propre famille… Car il faut être honnête, si la Famille a inspiré autant d’écrits et de films c’est bien que chacune a ses petites névroses.
 
morgane

 
 
 
 

haut