Eddie the Eagle croise le feel-good-movie avec un genre en soi: l'exploit sportif d'un homme, loufoque, qui n'avait rien pour devenir champion. Résultat: l'enthousiasme est contagieux...



Africa Fusion
Captain America : Civil War
Cohabitation
Dégradé
Donald Trumbo
Green Room
La crypte
Les deux couleurs d'Ortance
Les habitants
Les raisins de l'espoir
Maggie a un plan
Mobile étoile
Nos souvenirs
Théo et Hugo dans le même bateau
Tracks
West Coast



Demain
Spotlight
Deadpool
El Clan
Room
99 Homes
Keeper
Chala, une enfance cubaine
Un monstre à mille têtes
Quand on a 17 ans
Demolition
Visite ou mémoires et confessions
Free to run
Marie et les naufragés
La Saison des femmes
Mékong Stories



Zootopie
The Revenant
Saint-Amour
Brooklyn
Divergente 3: au-delà du mur
The Assassin
Midnight special
Rosalie Blum
Médecin de campagne
Batman v Superman: L'aube de la justice
Five
Good Luck Algeria
Kung Fu Panda 3
Le Sanctuaire
Mise à l'épreuve 2
Sunset Song
A Bigger Splash
Eva ne dort pas
L'Avenir
Sauvages
Truth: le prix de la vérité
Fritz Bauer, un héros allemand
Grimsby - Agent trop spécial
Hardcore Henry
Le Livre de la Jungle
Tout pour être heureux
Everybody Wants Some
Les Malheurs de Sophie






 (c) Ecran Noir 96 - 16


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 460

 
Blanche Neige et le chasseur (Snow White and the Huntsman)


USA / 2012

13.06.2012
 



LA BELLE EST LA BEST





"Elle est destinée à dissiper les ténèbres."

Quel plaisir de voir les vieux contes de notre enfance dépoussiérés, bousculés et réinterprétés pour en faire des œuvres toujours universelles mais plus ancrées dans une réalité qui nous parle et nous ressemble ! Deux mois après le remake coloré et presque humoristique de Tarsem Singh avec Julia Roberts dans le rôle de la méchante Reine, cette énième version de Blanche neige injecte une nouvelle dose de féminisme et d'action au récit un peu figé des frères Grimm. Ce faisant, elle complexifie les éléments de départ (la rivalité entre la Reine et Blanche Neige, les différents personnages, l'enjeu de l'intrigue...) et recrée un univers volontairement plus sombre et violent.

Cela se traduit par une recherche esthétique qui offre une identité visuelle particulière aux différents lieux du film. Le château est un lieu froid et angoissant, la forêt maudite semble tout droit sortie d'un film d'horreur, les villages sont miséreux et au bord de la rupture... Seule la fameuse clairière enchantée verdoie et fourmille de créatures merveilleuses. Le soin apporté aux décors et aux effets spéciaux permet ainsi à Blanche Neige et le chasseur d'osciller entre heroic fantasy, souffle épique, psychédélisme et féérie. On est à la fois dans l'univers du conte et dans celui du jeu vidéo, dans une grande quête mi-initiatique,mi-romantique et dans un film de guerre et de résistance. Côté références, on pense autant à World of warcraft qu'au Seigneur des anneaux...

Et d'ailleurs, l'enjeu principal du film va bien au-delà de la simple survie de Blanche Neige. En protégeant la jeune fille, il s'agit rien moins que de sauver l'équilibre naturel du monde menacé dans ce qu'il a de plus essentiel par la folie destructrice de la méchante reine. A cela s'ajoute la nécessité de lever le joug de l'oppression qui écrase le peuple et le conduit lui-aussi aux pires extrémités. C'est pour cela que la transformation de Blanche Neige en pasionaria capable de prendre seule son destin en mains semble si réussie.

Cette héroïne forte qui n'hésite pas à porter armes et armure, référence explicite à Jeanne d'Arc, autre vierge combattante, est la parfaite réponse au personnage de la Reine sorcière qui, elle, devient le symbole de la femme objet, incapable de survivre au flétrissement de ses charmes. Ravenna, brillamment interprétée par une Charlize Theron habitée, souffre en effet des graves traumatismes de son enfance et du mauvais traitement que lui ont fait subir les hommes. On peut la voir comme une victime (de sa beauté, de la concupiscence, mais aussi de sa folie) qui se bat avec les seules armes qu'elle connaît pour rester en vie. Cette relecture des personnages (on pourrait aussi parler des sept nains, guerriers peu sympathiques ou du Prince charmant qui a besoin de s'incarner en deux hommes...) est pour beaucoup dans la réussite de cette remise au goût du jour du récit original. Preuve que lorsque c'est pratiqué sans mièvrerie et avec un vrai culot, le cinéma rend tout possible.
 
MpM

 
 
 
 

haut