Et puis nous danserons était l'un de coups de cœur cannois. Enivrant, exaltant, brillant! La répression des homosexuels et l'élan romantique qui prend tous les risques, la danse comme lien sensuel et la musique euphorisante. A voir! A découvrir!



Brooklyn Affairs
Ceux qui nous restent
Ils aimaient la vie (Kanal)
It must be heaven
Jumanji: Next level
La Famille Addams
Le meilleur reste à venir
Le Voyage du Prince
Les reines de la nuit
Ode Bertrand
Premiers pas dans la forêt
Seules les bêtes
Souviens-toi de ton futur
The Irishman
Un été à Changsha



Joker
Shaun le mouton le film : la ferme contre-attaque
La cordillère des songes
Et puis nous danserons
J'ai perdu mon corps
La belle époque
Le monde animé de Grimault
J'accuse
L'incinérateur de cadavres
Les enfants d'Isadora
Les misérables
The Irishman
À couteaux tirés



La fameuse invasion des ours en Sicile
Maléfique 2: le pouvoir du mal
Martin Eden
Matthias & Maxime
Queens
Abominable
5 est le numéro parfait
Hors normes
Au bout du monde
Sorry We Missed You
Le Traître
Retour à Zombieland
Mon chien stupide
The Laundromat
Un monde plus grand
Une Colonie
Adults in the Room
Le Mans 66
Little Joe
La reine des neiges 2
Le Roi
Gloria Mundi
Chanson douce
L'orphelinat
Last Christmas
Proxima






 (c) Ecran Noir 96 - 19


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 15

 
Kill List


Royaume Uni / 2011

11.07.2012
 



TUER N'EST PAS JOUER





Kill List, deuxième film de Ben Wheatley (Down Terrace), apparaît au sortir de la salle comme un incroyable bazar. Si la trame, celle de tueurs à gages que l'on suit dans leurs péripéties, s'avère banale d'un bout à l'autre ou presque, le film surprend finalement dans la tournure qu'il prend dans son dernier tiers, véritablement bizarre avec sa virée dans l'épouvante efficace aux lisières de l'étrange.

Pour tout le reste, ce nouveau long-métrage déçoit par la platitude de son ensemble. Froid, appuyé par une ambiance sonore pesante, Kill List se fourvoie dans des ellipses incessantes qui viennent casser ou bien le rythme ou bien le rendu d'une scène. Ce n'est pourtant pas faute à des acteurs plutôt bons de tenter de faire exister leurs personnages, mais dans la plupart des cas, les hommes (Michael Smiley et Neil Maskell) ne parviennent à attirer la sympathie du spectateur qu'au sein du couple qu'ils forment avec les actrices Myanna Buring et Harry Simpson. Rarement haletant, toujours aléatoire dans sa mise en scène, le long-métrage hésite dans sa représentation de la violence qui s'obstine tantôt à nous épargner les passages cradingues tantôt à nous la cracher en pleine face sans que l'on y voit un réel intérêt. C'est sans doute le gros problème du film de ne pas montrer où il cherche à aller, en plus de manquer de nous convaincre de ses choix de par son déroulement laborieux.

Passée la longue scène du dîner qui rythme la première partie du film où sont présentés les différents personnages, on vogue ainsi dans une histoire boiteuse d'assassinats sur lequel plane l'ombre des premiers Tarantino jusque dans le choix de chapitrage. Le tout n'est d'ailleurs pas dénudé d'un certain sens de la dérision, ne serait-ce que lors d'une scène à penchant anticlérical. Reste que cette bancale histoire de violence à l'allure "cronenbergienne" n'est pas inintéressante, et ce malgré son caractère plutôt imprévisible dans le traitement. Car si l'on a beau connaître les codes du genre avec les tueurs à gages qui vont vouloir se ranger -en vain-, on ne devine bien heureusement que rarement les scènes à venir. C'est déjà ça : un film qui progresse, platement certes, mais avec une liberté de ton dont le final est un bon témoignage, rappelant A serbian film.

Kill List constitue donc un long-métrage déconcertant qui va en dérouter plus d'un mais qui produit son petit effet, surtout quand il dérape du thriller à l'épouvante. Mais l'effet ne suffit pas, et l'ensemble nous laisse un peu sur le carreau.
 
Matthieu

 
 
 
 

haut