New York Melody, ce n'est ni un mélo ni une romance. Plutôt un film enchanté où la musique sert de thérapie pour deux êtres largués. Touchant et joyeux, folk et vibrant.



Baby Balloon
Echo
Hasta Manana
Kumbh Mela, sur les rives du fleuve sacré
La Planète des singes : l'affrontement
Mister Babadook
Moonwalk one
New York Melody



Adieu au langage
Bird People
Les poings contre les murs
Palo Alto
Con la pata quebrada
Under the skin
Coldwater
Sunhi
Boyhood
Maestro
The Raid 2: Berandal



Qu'est-ce qu'on a fait au bon Dieu?
Godzilla
The Homesman
Maps to the Stars
X-Men: Days of Future Past
Deux jours, une nuit
Amour sur place ou à emporter
La liste de mes envies
Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire
Maléfique
Edge of Tomorrow
Tristesse Club
Sous les jupes des filles
Black coal
Un amour sans fin
Jersey Boys
The Two Faces of January
Triple Alliance
Xenia
Le coeur battant
Le conte de la princesse Kaguya
L’ex de ma vie
On a failli être amies
Transcendance
Zero Theorem
Les ponts de Sarajevo
Jimmy's Hall
Dragons 2
Albert à l'ouest
Circles
Everyone's going to die
Les hommes ! De quoi parlent-ils ?
Les vacances du Petit Nicolas
Fastlife
L'homme qu'on aimait trop
Tanta agua
Transformers : L'âge de l'extinction
Palma Real motel
Planes 2






 (c) Ecran Noir 96 - 14


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 299

 
Monsieur Lazhar


/ 2011

05.09.2012
 



LA CLASSE





Il est rare d’avoir un coup de cœur qui atteigne aussi bien notre partie émotive que notre côté cérébral. C’est là toute la réussite du film de Philippe Falardeau, entre tension dramatique intérieure et allure légère assumée.

Les histoires d’école sont un genre en soi. Le cinéma américain a une préférence pour transformer l’enseignant en héros qui sauve les brebis égarées, que ce soit des poètes en devenir ou des racailles désespérantes. Côté français, le traitement est souvent plus réaliste (hormis quelques comédies ou films nostalgiques), avec un contexte social très fort et un professeur souvent au bord de la crise de nerfs (ou de la démission).

Monsieur Lazhar est entre ses deux extrêmes. A la fois messie inattendu et individu proche de la grande dépression, Bachir Lazhar est aussi magnétique que chaleureux, traumatisé que généreux. Qu’on y voit un ange ou un Mary Poppins des temps modernes, son irréalité, renforcée par le jeu subtil et maîtrisé de Fellag, magnifique et habité, accentue l’idée d’un conte pour enfants, avec sa dose de morbidité, de menaces et de mensonges.

Pourtant, et c’est là toute la beauté de cette œuvre sincère, drôle et intense : le réalisateur préserve l’authentique relation entre des enfants bouleversés mais pas déstabilisés et leur nouvel enseignant, honnête, digne, et si différent. Il apprend leur farce, ils comprennent son autorité. Surtout, ils acceptent d’exprimer leurs sentiments, chacun à leur manière, allant jusqu’à transgresser le tabou de l’affection. La dramaturgie se construit ailleurs : un suicide, un mensonge, et finalement une bureaucratie. Cette dernière, qu’elle concerne le milieu scolaire ou l’immigration, obstrue le fabuleux destin de Bachir Lazhar. De manière perverse, l’ordre établit entre l’enseignant et ses élèves est détruit par les règles des adultes. L’ordre est ainsi désordonné.

Mais Lazhar aura eu le temps d’accomplir sa mission d’accompagnement. On s’aperçoit alors que les adultes sont bien plus traumatisés, par projection, fantasme ou peur, face au suicide d’une professeure, que les enfants, ou même qu’un Monsieur Lazhar qui, pourtant, a tout perdu dans son ancien pays.

Falardeau réalise sans scènes inutiles et avec une véritable fluidité ce récit entre allégorie et réalité. Il a dégraissé son film de tout le pathos habituel. En laissant entrer la lumière dans cette histoire sombre, il s’est autorisé à jouer les équilibristes entre la comédie sociale et le drame psychologique. Avec brio. Monsieur Lazhar est un bijou, qui évoque tous ses thèmes sans être didactique, laisse place à l’imaginaire sans jamais perdre le fil et dessine toutes les névroses de notre société (et de ceux qui la composent) sans avoir à les souligner. Cette habileté procure un plaisir rare, celui de voir un film simple en apparence et complexe en profondeur, gracieux comme son acteur, malicieux comme ses enfants et, surtout, universel et contemporain. L’appréhension de la mort peut ainsi donner lieu à un grand film d’amour, un peu amer..
 
vincy

 
 
 
 

haut