Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.



Blue Velvet
Femmes d'Argentine
Kongo
La bonne épouse
Le coeur du conflit
Les visages de la victoire
Radioactive
Trois étés
Un fils
Une sirène à Paris
Visions chamaniques
Vivarium
Yiddish



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 13

 
Robot & Frank


USA / 2012

19.09.2012
 



UNE OEUVRE 1.0





Tout premier film de Jake Schreier, ce Robot & Frank présente les qualités et les défauts d'un essai qui peut, dans une certaine mesure, emporter l'adhésion du spectateur. Loin d'être un début amateur pour le cinéaste, le long-métrage dévoile un casting haut de gamme avec un Frank Langella en grande forme et sur lequel repose à peu près toute l'oeuvre. Ceci sans compter sur le robot que l'on va lui offrir, sorte d'enfant docile et serviable déguisé en cosmonaute, qui fait preuve d'une réelle simplicité d'esprit et se montre très attachant, au point que l'ennui nous gagne dès qu'il quitte l'écran, remplacé par le personnage de Liv Tyler plus énervant qu'autre chose.

Si on craint au tout début de tomber dans les codes éculés de l'homme sénile complètement fermé à la technologie ultra-moderne de ce monde futuriste mais pas trop, le déroulement du film parvient heureusement à prendre à contrepied ces multiples films d'anticipation type I, Robot, SimOne et autres superproductions où la technologie est un mal qui ronge la société et lui fait perdre ses valeurs. Ici, le cadre est intimiste, serré autour de ce très beau couple formé par Langella et son robot sans nom, comme pour signifier (ce qu'il fait lui-même à plusieurs reprises) qu'il n'est pas humain, quand bien même il habite complètement le long-métrage. On est donc ici dans une société bien plus proche de la notre, où la technologie et la robotique améliorent notre quotidien (le générique le dévoile encore mieux), une relation homme-robot sur laquelle se penche définitivement le réalisateur du début à la fin.

Mais comme dans toute machine sophistiquée, il y a quelques défauts de fabrication. On peut aisément déplorer la platitude de l'ensemble, quand bien même de nombreux moments touchants voire très drôles (comme cette discussion entre deux robots, singeant ce que l'on peut déjà commencer à faire avec nos technologies actuelles parlantes sur téléphone par exemple) viennent rythmer le long-métrage. L'ambiance en elle-même peine à s'installer, on a l'impression de voir la simple histoire d'un plus grand film de science-fiction. Il manque une réelle consistance à l'ensemble pour lui faire prévaloir une existence bien meilleure sur le papier.

Touchant, prévisible et plat, Robot & Frank manque de quelque chose indéfinissable, en plus d'une photographie non moins monotone. Demeure tout de même en l'état un film sympathique, malgré une légère apologie de la philosophie Robin des bois (on vole aux riches, opulents, indécents et noyés dans leur faste) qui occupe une trop grande partie du film. Partant dans trop de directions, ce premier film, qui se laisse regarder, ni plus ni moins, laisse entrevoir un monde plus radieux que beaucoup de ses congénères de la SF.

La toute dernière séquence présente d'ailleurs quelque chose d'attendrissant et triste à la fois, nous rappelant que le robot, aussi personnel et attachant soit-il, n'est qu'un produit de consommation vendu à tous ; chaque modèle se ressemble, mettant ainsi à mal cette relation très personnelle introduite entre le robot et son propriétaire à laquelle on assistait depuis le début. Un désenchantement qui laissera le spectateur amer.
 
matthieu

 
 
 
 

haut