Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.



Ailleurs
Calamity, une enfance de Martha Jane Cannary
Effacer l'historique
Ema
Enorme
Eté 85
Irréversible - version intégrale
La daronne
Lucky Strike
Petit pays
Rocks
Tenet
The Climb
Un pays qui se tient sage
Yakari, le film



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 8

 
Un enfant de toi


France / 2012

26.12.2012
 



CARRÉMENT À L’OUEST





"Vous avez de la chance d’être aussi sûr des sentiments des autres."

Jacques Doillon explore (à nouveau) le méandre des aléas amoureux, faits de revirements, d’élans, d’hésitations et de beaucoup de contradictions. Il filme cette ronde des sentiments comme un théâtre, voire comme un jeu perpétuel qui ne mène jamais nulle part, et où le dernier qui parle semble à chaque fois l’emporter… jusqu’au prochain round. Plus que jamais, le cinéaste cherche du côté du vaudeville, du marivaudage, de ce badinage amoureux qui devait fort occuper les adeptes de l’amour courtois en leur temps.

Malheureusement, il nous ennuie jusqu’à l’asphyxie. Ses personnages alignent les aphorismes qui se veulent brillants, et qui sont à peine malins, au sens péjoratif du terme. D’ailleurs, les trois protagonistes semblent sans cesse faire les malins, et surtout tricher avec tout le monde, y compris avec eux-mêmes. Cette absence absolue de sincérité et de vérité fait d’eux des pantins désincarnés évoluant dans un monde où tout semble complètement éthéré : leurs dialogues sans fins, leurs gesticulations étudiées dans des appartements en forme de décor, leurs atermoiements mesquins… Le choix du casting n’arrange rien, dans la mesure où Lou Doillon est elle-même inconsistante (plus elle sourit, plus elle ressemble à sa mère, ce qui la rend charmante, mais malheureusement pas plus crédible dans le rôle). Ce n’est pas sa faute : elle n’a pas grand-chose à jouer, sinon une hystérie artificielle.

On a beau avoir envie de se laisser captiver par le projet ambitieux de Doillon, saisir au vol la course effrénée et confuse des sentiments, il manque du cœur, de la chair, un certain trouble pour que quelque chose de l’ordre de l’émotion transparaisse à l’écran. Au lieu de cela, seule persiste l’impression d’un exercice de style interminable et creux, d’une vacuité qui confine à la prétention, et surtout privé de toute substance sensible.
 
MpM

 
 
 
 

haut