Ne croyez pas que je hurle est le joyau tant attendu de l'année. Film expérimental et sentimental, audace narrative et visuelle, cette expérience signée Frank Beauvais est aussi délicate que mélancolique, curieuse que hypnotique.



Angry Birds: copains comme cochons
Bleu Palebourg
Camille
Fahim
L'angle mort
La bonne réputation
La vérité si je mens! Les débuts
Loups tendres et loufoques
Maléfique 2: le pouvoir du mal
Martin Eden
Matthias & Maxime
Queens
Shaun le mouton le film : la ferme contre-attaque
Warrior Women



Deux moi
Un jour de pluie à New York
Bacurau
Ne croyez surtout pas que je hurle
Alice et le Maire
Les mondes imaginaires de Jean-François Laguionie
Chambre 212
Joker
Pour Sama



Once Upon a Time... in Hollywood
Perdrix
Roubaix, une lumière
Thalasso
La vie scolaire
Fête de famille
Les hirondelles de Kaboul
Liberté
Jeanne
Music of My Life
The Bra
Tu mérites un amour
De sable et de feu
Ad Astra
Trois jours et une vie
Portrait de la jeune fille en feu
Au nom de la terre
Downton Abbey
Port Authority
Atlantique
Gemini Man
Donne-moi des ailes
Jacob et les chiens qui parlent
La fameuse invasion des ours en Sicile
Nos défaites
Papicha






 (c) Ecran Noir 96 - 19


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 19

 
Paradis : espoir (Paradies : Hoffnung)


Autriche / 2012

24.04.2013
 



NOUVEAU REGIME





Qu'est-il arrivé à Ulrich Seidl ? Lui que l'on a connu radical et sans concession, conclut sa désormais célèbre trilogie "paradis" avec un volet un peu fade, et qui aurait presque pu être réalisé par n'importe qui. Peut-être parce qu'il parle d'espoir, son regard est moins corrosif que bienveillant, plus amusé que critique. Surtout lorsqu'il observe ses personnages adolescents, victimes inconscientes d'une société qui ne tourne plus rond depuis longtemps.

Pour la première fois, on a l’impression que le cinéaste éprouve une certaine empathie pour ses personnages principaux, ce qui donne à sa mise en scène un côté apaisé, moins voyeur et parfois même cocasse. Il regarde vivre Mélanie et ses amis comme un sociologue soucieux de décortiquer leurs mœurs, leurs rituels et leurs aspirations.

Sur ce plan-là, il n'est pas déçu : tout ce qui semble intéresser cette jeunesse des années 2010, c'est l'alcool, la junk food et le sexe. Portrait au vitriol d'ados faussement décomplexés qui sont incapables de prendre quoi que ce soit au sérieux. Et comment le pourraient-ils ? Les adultes qui les entourent renvoient une image si pathétique de "l’âge de raison" qu'ils sont une publicité vivante pour les excès en tous genres. Tout ce qui fait oublier la vacuité de l'existence semble bon à prendre.

L’humour et la légèreté qui animent Paradis : espoir ne parviennent donc pas vraiment à dissimuler le pessimisme chronique de Seidl à l’égard de ses semblables. Pourtant, puisqu’il parle d’espoir, il gomme de son récit la plupart des aspérités, quitte à privilégier l’anecdotique et l’amusant au détriment du substantiel. Le sujet du surpoids (avec ce qu’il implique en termes de choix de société, de névroses alimentaires et de phobies sociales) est par exemple à peine esquissé, simple prétexte à quelques scènes burlesques et au plaisir de tourner en ridicule le principe même de centre d’amaigrissement. Il ne faudrait surtout pas se méprendre sur le titre du film : l’espoir, ici, n’est pas de rentrer dans la norme corporelle ou de fantasmer sur les canons de beauté en vogue. Au contraire, les adolescents ne manifestent aucune volonté réelle de maigrir. Ils pourraient aussi bien être chez les scouts ou en colonie de vacances.

Toutefois, ce qui frappe le plus, c’est l’histoire d’amour inopinée qu’Ulrich Seidl imagine entre son héroïne à peine adolescente et le médecin du camp, vieux beau mélancolique et désenchanté. Sur une pente aussi glissante, le Seidl d’Import export aurait probablement raconté une toute autre histoire. Mais dans Paradis espoir, il dépeint une relation ténue et émouvante, bien sûr ambivalente, mais aussi touchante. Et soudain, son sujet resurgit. Cet espoir dont son film semblait totalement dénué (de même que Paradis : Amour parlait du manque d’amour) explose dans cet amour adolescent, à la fois interdit et impossible, et semble répondre (timidement) à la question qui habitait tout le projet : qu’est-ce que l’espoir ?
 
MpM

 
 
 
 

haut