Wild Rose n'est pas seulement le film qui aura révélé Jessie Buckley. Entre réalité (sociale) et rêve (musical), le film est une pépite qui charme et enchante. Parfaits pour l'été.



Comme des bêtes 2
Fanny & Alexandre
Fast and Furious: Hobbs and Shaw
Halte
Le Gangster, le Flic et l’Assassin
Le mystère des pingouins
Les faussaires de Manhattan
Nuits magiques
Once Upon a Time... in Hollywood
Perdrix
Playmobil, le film
Une grande fille



Douleur et Gloire
Parasite
Etre vivant et le savoir
So long, My son
Toy Story 4
Le Roi Lion
Yuli
Wild Rose
Give Me Liberty
Ils reviennent...
L'étincelle, une histoire des luttes LGBT +



Avengers: Endgame
Rocketman
Sibyl
The Dead don't Die
Amazing Grace
Greta
Les Particules
Men in Black International
Zombi Child
X-Men: Dark Phoenix
Spider-Man: Far From Home
Yesterday
Anna
Les enfants de la mer
Uglydolls
Vita & Virginia
Yves
Ville neuve
The Mountain: une odyssée américaine
Contre ton cœur
Bunuel après l'âge d'or
Bixa Travesty
Noureev
Tolkien
L'œuvre sans auteur
Le coup du siècle
Factory






 (c) Ecran Noir 96 - 19


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 19

 
Paradis : espoir (Paradies : Hoffnung)


Autriche / 2012

24.04.2013
 



NOUVEAU REGIME





Qu'est-il arrivé à Ulrich Seidl ? Lui que l'on a connu radical et sans concession, conclut sa désormais célèbre trilogie "paradis" avec un volet un peu fade, et qui aurait presque pu être réalisé par n'importe qui. Peut-être parce qu'il parle d'espoir, son regard est moins corrosif que bienveillant, plus amusé que critique. Surtout lorsqu'il observe ses personnages adolescents, victimes inconscientes d'une société qui ne tourne plus rond depuis longtemps.

Pour la première fois, on a l’impression que le cinéaste éprouve une certaine empathie pour ses personnages principaux, ce qui donne à sa mise en scène un côté apaisé, moins voyeur et parfois même cocasse. Il regarde vivre Mélanie et ses amis comme un sociologue soucieux de décortiquer leurs mœurs, leurs rituels et leurs aspirations.

Sur ce plan-là, il n'est pas déçu : tout ce qui semble intéresser cette jeunesse des années 2010, c'est l'alcool, la junk food et le sexe. Portrait au vitriol d'ados faussement décomplexés qui sont incapables de prendre quoi que ce soit au sérieux. Et comment le pourraient-ils ? Les adultes qui les entourent renvoient une image si pathétique de "l’âge de raison" qu'ils sont une publicité vivante pour les excès en tous genres. Tout ce qui fait oublier la vacuité de l'existence semble bon à prendre.

L’humour et la légèreté qui animent Paradis : espoir ne parviennent donc pas vraiment à dissimuler le pessimisme chronique de Seidl à l’égard de ses semblables. Pourtant, puisqu’il parle d’espoir, il gomme de son récit la plupart des aspérités, quitte à privilégier l’anecdotique et l’amusant au détriment du substantiel. Le sujet du surpoids (avec ce qu’il implique en termes de choix de société, de névroses alimentaires et de phobies sociales) est par exemple à peine esquissé, simple prétexte à quelques scènes burlesques et au plaisir de tourner en ridicule le principe même de centre d’amaigrissement. Il ne faudrait surtout pas se méprendre sur le titre du film : l’espoir, ici, n’est pas de rentrer dans la norme corporelle ou de fantasmer sur les canons de beauté en vogue. Au contraire, les adolescents ne manifestent aucune volonté réelle de maigrir. Ils pourraient aussi bien être chez les scouts ou en colonie de vacances.

Toutefois, ce qui frappe le plus, c’est l’histoire d’amour inopinée qu’Ulrich Seidl imagine entre son héroïne à peine adolescente et le médecin du camp, vieux beau mélancolique et désenchanté. Sur une pente aussi glissante, le Seidl d’Import export aurait probablement raconté une toute autre histoire. Mais dans Paradis espoir, il dépeint une relation ténue et émouvante, bien sûr ambivalente, mais aussi touchante. Et soudain, son sujet resurgit. Cet espoir dont son film semblait totalement dénué (de même que Paradis : Amour parlait du manque d’amour) explose dans cet amour adolescent, à la fois interdit et impossible, et semble répondre (timidement) à la question qui habitait tout le projet : qu’est-ce que l’espoir ?
 
MpM

 
 
 
 

haut