Ne croyez pas que je hurle est le joyau tant attendu de l'année. Film expérimental et sentimental, audace narrative et visuelle, cette expérience signée Frank Beauvais est aussi délicate que mélancolique, curieuse que hypnotique.



Betty Marcusfeld
Cervin, la montagne du monde
Chambre 212
Donne-moi des ailes
Jacob et les chiens qui parlent
Joker
La fameuse invasion des ours en Sicile
La grande cavale
Nos défaites
On va tout péter
Papicha
Pour Sama
Quelle folie
Soeurs d'armes
Tout est possible



Parasite
Le Roi Lion
Une Fille facile
Viendra le feu
Deux moi
Un jour de pluie à New York
Bacurau
Ne croyez surtout pas que je hurle
Alice et le Maire
Les mondes imaginaires de Jean-François Laguionie



L'œuvre sans auteur
Comme des bêtes 2
Fast and Furious: Hobbs and Shaw
Le Gangster, le Flic et l’Assassin
Once Upon a Time... in Hollywood
Perdrix
Playmobil, le film
Une grande fille
Roubaix, une lumière
Thalasso
Les Baronnes
Late Night
Hauts perchés
Frankie
La vie scolaire
Fête de famille
Les hirondelles de Kaboul
Liberté
Jeanne
Music of My Life
The Bra
Tu mérites un amour
De sable et de feu
Ad Astra
Trois jours et une vie
Portrait de la jeune fille en feu
Au nom de la terre
Downton Abbey
Port Authority
Atlantique
Gemini Man






 (c) Ecran Noir 96 - 19


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 33

 
Alata (Out in the dark)


/ 2013

22.05.2013
 



MIDDLE EAST STORY





Si Roméo et Juliette avaient vécu au 21e siècle, sans doute auraient-ils beaucoup ressemblés au couple d'Alata : gay et israélo-palestinien, avec sur les épaules le poids du plus long conflit que le 20e siècle ait engendré.

Comme chez Shakespeare, les deux personnages sont des pions engagés dans une partie qui leur échappe. Ils n'ont guère de prise sur leur destin et voient leur histoire d'amour détruite dans l'œuf par le contexte historique, les traditions et la bêtise.

Michael Mayer dépeint ainsi une jeunesse qui, en dépit de tous ses efforts, ne parvient pas à s'extraire du conflit qui déchire son pays. Le simple fait d'aimer devient un acte politique. Le moindre choix de vie (étudier, voyager) est symbolique. Pour Nimr, la voie est étroite : toute velléité de sortir du rang est interprétée comme une volonté de trahison. Pour Roy, c'est plus insidieux : apparemment libre de ses mouvements et de ses choix, le jeune Israélien se heurte au mur de verre de la suspicion. Pour ses proches, sortir avec un Palestinien revient à pactiser avec l'ennemi.

Le réalisateur tisse ainsi tout un récit complexe autour de la relation entre les deux jeunes gens. Récit anxiogène qui vibre à la fois d'un vibrant optimisme (l'amour ne connait pas de préjugés) et d'un pessimisme violent sur les chances de mettre un jour fin au conflit.

Car ce qui frappe dans la société que dépeint le film, c'est la manière dont le conflit est insidieusement entretenu de part et d'autre. Nimr subit les brimades de la police secrète qui veut le forcer à choisir un camp. Aucun des recours légaux envisagés par Roy n'a de chance de réussir. La neutralité n'est pas de mise, de même que la fraternisation avec "l'ennemi". Dans ce contexte, qu'elle réconciliation pourrait être possible ?

Michael Mayer choisit une approche inspirée du documentaire qui favorise les mouvements de caméra heurtés et les éclairages naturels. Mais il joue aussi la carte d'un naturalisme tendre quand il filme tout en douceur une rencontre en boîte de nuit ou une soirée entre amis. Les petits détails sensibles viennent alors accrocher l'œil du spectateur, et font de ces séquences des îlots de paix au milieu d'une existence sans cesse sous pression.

Cet équilibre entre la douceur de vivre des deux amoureux et la réalité d'un monde hostile mêle efficacement l'intime et l'universel qui sont inextricablement liés. On pense définitivement à Roméo et Juliette, victimes impuissantes d'une situation préexistante dénuée de sens et désincarnée qui s'auto-perpétue à l'infini.
 
MpM

 
 
 
 

haut