Ne croyez pas que je hurle est le joyau tant attendu de l'année. Film expérimental et sentimental, audace narrative et visuelle, cette expérience signée Frank Beauvais est aussi délicate que mélancolique, curieuse que hypnotique.



Angry Birds: copains comme cochons
Bleu Palebourg
Camille
Fahim
L'angle mort
La bonne réputation
La vérité si je mens! Les débuts
Loups tendres et loufoques
Maléfique 2: le pouvoir du mal
Martin Eden
Matthias & Maxime
Queens
Shaun le mouton le film : la ferme contre-attaque
Warrior Women



Deux moi
Un jour de pluie à New York
Bacurau
Ne croyez surtout pas que je hurle
Alice et le Maire
Les mondes imaginaires de Jean-François Laguionie
Chambre 212
Joker
Pour Sama



Once Upon a Time... in Hollywood
Perdrix
Roubaix, une lumière
Thalasso
La vie scolaire
Fête de famille
Les hirondelles de Kaboul
Liberté
Jeanne
Music of My Life
The Bra
Tu mérites un amour
De sable et de feu
Ad Astra
Trois jours et une vie
Portrait de la jeune fille en feu
Au nom de la terre
Downton Abbey
Port Authority
Atlantique
Gemini Man
Donne-moi des ailes
Jacob et les chiens qui parlent
La fameuse invasion des ours en Sicile
Nos défaites
Papicha






 (c) Ecran Noir 96 - 19


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 14

 
Capitaine Phillips (Captain Phillips)


USA / 2013

20.11.2013
 



Ô SABORDAGE





Paul Greengrass a-t-il vraiment digéré l’échec public de Green Zone ? À en croire la direction prise par son dernier film, non. Un cap a même été franchi. Comme pour enfoncer le clou d’une doctrine de mise en représentation qui, il faut bien l’avouer, ne fonctionne pas, mais alors pas du tout, lorsqu'elle singe à ce point le principe de réalité. Ainsi, la forme précède le fond, comme s’il n’était plus acceptable de prendre à bras-le-corps une donnée géopolitique tangible (la piraterie des mers) pour en faire autre chose qu’une course contre la montre aussi anodine qu’un vulgaire blockbuster estival.

Capitaine Phillips n’a peur de rien et surtout pas de sa démonstration graduée allant crescendo. Il s’agit, tout abord, d’aborder un fait divers de plus en plus courant où des pirates de la Corne africaine (Somalie dans le cas présent) s’en prennent à des navires de marchandises s’aventurant trop près des côtes. Rapidement – trop ? –, le film se mue en un double thriller plus ou moins habile suite à l’évolution de la prise du bateau. Enfin, il termine sa folle embardée émotionnelle dans le drame humain le plus absolu avec dénouement tragique. Le réalisateur ne change pas sa façon d’aborder les faits. Elle sera abrupte, sèche, réaliste, presque crue. Il filme l’événement en marche de manière frontale, de l’attaque des pirates somaliens à la résistance farouche d’un capitaine inflexible. Si l’opposition prend corps dès les premiers plans, elle s’efface inexplicablement au profit d’une mécanique de mise en scène trop fonctionnelle dans son approche pour marquer les esprits au-delà de l’épreuve endurée.

Paul Greengrass surligne alors l’immersion d’une situation délicate par un étirement narratif de plus en plus manichéen. Le rapport de force entre le/les pirate(s) et le capitaine du navire dévie de sa trajectoire initiale pour sombrer dans le sentimentalisme primaire, celui qui fabrique de l’empathie à l’égard d’un capitaine devenu par son courage et son exemplarité devant la menace, une figure sacrificielle indépassable. Et qui mieux que Tom Hanks pour incarner celle-ci… Or dans un film abordant, même en filigrane, la dimension politique en prise avec la réalité économico-géographique du monde, il n’y a pas de camp. Juste des vérités. Pourtant, le réalisateur britannique singe cette rencontre forcée en la rendant cynégétique, sensationnaliste, palpitante, spectaculaire. Ce qui est valable pour un épisode de Bourne tourne, ici, au mauvais goût.

Si les atermoiements lapidaires de nos pirates laissent planer le doute, le principe de nécessité – celui d’obtenir une rançon – se laisse littéralement bouffer par l’exclusif du huis clos de la deuxième partie perçu, pour le coup, comme un dérivatif au véritable sujet. Capitaine Phillips ressemble alors à un énième blockbuster parfaitement en place. Interprétation, mise en scène, tempo, rendu. Tout y est pour nous dire que cela existe, s’est produit et se reproduira encore. Sauf que l’essentiel, au-delà de l’image produite, manque, comme si la désincarnation faisait office de note d’intention. Car les postures – démonstratives –, les dialogues – surlignés –, les rebondissements – exagérés –, et le dénouement – prévisible –, n’arrivent pas à personnaliser jusqu’à l’intime des solitudes contradictoires réunies dans un espace-temps spécifique. Et voilà que le spectateur est pris en otage, obligé d’assister pendant de longues minutes à un dénouement évidemment spectaculaire. Le traumatisme est là. L’organique supplante toute réflexion sur les agissements des uns et des autres. Comme si l’intervention finale n’avait d’autre option que de ressembler à une cinématique de jeu vidéo.
 
geoffroy

 
 
 
 

haut