Wild Rose n'est pas seulement le film qui aura révélé Jessie Buckley. Entre réalité (sociale) et rêve (musical), le film est une pépite qui charme et enchante. Parfaits pour l'été.



Comme des bêtes 2
Fanny & Alexandre
Fast and Furious: Hobbs and Shaw
Halte
Le Gangster, le Flic et l’Assassin
Le mystère des pingouins
Les faussaires de Manhattan
Nuits magiques
Once Upon a Time... in Hollywood
Perdrix
Playmobil, le film
Une grande fille



Douleur et Gloire
Parasite
Etre vivant et le savoir
So long, My son
Toy Story 4
Le Roi Lion
Yuli
Wild Rose
Give Me Liberty
Ils reviennent...
L'étincelle, une histoire des luttes LGBT +



Avengers: Endgame
Rocketman
Sibyl
The Dead don't Die
Amazing Grace
Greta
Les Particules
Men in Black International
Zombi Child
X-Men: Dark Phoenix
Spider-Man: Far From Home
Yesterday
Anna
Les enfants de la mer
Uglydolls
Vita & Virginia
Yves
Ville neuve
The Mountain: une odyssée américaine
Contre ton cœur
Bunuel après l'âge d'or
Bixa Travesty
Noureev
Tolkien
L'œuvre sans auteur
Le coup du siècle
Factory






 (c) Ecran Noir 96 - 19


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 18

 
Les interdits (Friends from France)


France / 2012

27.11.2013
 



TU NE PARTIRAS POINT





"Le messie viendra avant qu’on parte d’ici."

Premier film inégal, Les interdits oscille entre le témoignage historique et la chronique amoureuse. Anne Weil y raconte un souvenir de jeunesse (après le bac, on lui a proposé de partir en Union Soviétique pour y rencontrer des refuzniks, ces personnes, souvent juives, à qui le visa d'émigration était refusé par les autorités de l'Union soviétique) qu’elle transforme à la fois en thriller et en comédie de mœurs.

Si le premier aspect fascine (notamment les séquences d’ouverture du film, tendues et anxiogènes), le second s’avère moins réussi. On ne se laisse ainsi guère prendre à cette histoire d’amour artificielle et impossible entre les deux cousins, que les acteurs ne parviennent jamais vraiment à rendre crédible. Jérémie Lippman regarde en permanence sa partenaire (Soko) comme un hibou affamé, tandis que la jeune femme minaude beaucoup en toute insouciance surjouée. Leur duo placé sous le signe du classique "Je t’aime, moi non plus" parasite le propos plus politique du film, jusqu’à l’épilogue interminable et au final assez inutile.

Heureusement, les deux réalisateurs recréent avec beaucoup de soin l’atmosphère surprenante de l’URSS de la fin des années 70, entre paranoïa et humour noir. Le KGB devient notamment l’objet de plusieurs blagues, tout en restant concrètement l’ennemi qui veille. Cela distille un effet d’angoisse qui contamine peu à peu les personnages, et avec eux, les spectateurs. On ressent avec beaucoup d’acuité le paradoxe soviétique de l’époque qui mêle ironie résignée et terreur feutrée. Les interdits donnent ainsi à voir une facette plus atypique à la fois de l’activisme politique ambigu de l’époque (le mystérieux personnage de David, prêt à tout pour attirer des migrants en Israël), et des héros anonymes persécutés pour un simple désir d’ailleurs.
 
MpM

 
 
 
 

haut