Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.



Blue Velvet
Femmes d'Argentine
Kongo
La bonne épouse
Le coeur du conflit
Les visages de la victoire
Radioactive
Trois étés
Un fils
Une sirène à Paris
Visions chamaniques
Vivarium
Yiddish



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 25

 
Les interdits (Friends from France)


France / 2012

27.11.2013
 



TU NE PARTIRAS POINT





"Le messie viendra avant qu’on parte d’ici."

Premier film inégal, Les interdits oscille entre le témoignage historique et la chronique amoureuse. Anne Weil y raconte un souvenir de jeunesse (après le bac, on lui a proposé de partir en Union Soviétique pour y rencontrer des refuzniks, ces personnes, souvent juives, à qui le visa d'émigration était refusé par les autorités de l'Union soviétique) qu’elle transforme à la fois en thriller et en comédie de mœurs.

Si le premier aspect fascine (notamment les séquences d’ouverture du film, tendues et anxiogènes), le second s’avère moins réussi. On ne se laisse ainsi guère prendre à cette histoire d’amour artificielle et impossible entre les deux cousins, que les acteurs ne parviennent jamais vraiment à rendre crédible. Jérémie Lippman regarde en permanence sa partenaire (Soko) comme un hibou affamé, tandis que la jeune femme minaude beaucoup en toute insouciance surjouée. Leur duo placé sous le signe du classique "Je t’aime, moi non plus" parasite le propos plus politique du film, jusqu’à l’épilogue interminable et au final assez inutile.

Heureusement, les deux réalisateurs recréent avec beaucoup de soin l’atmosphère surprenante de l’URSS de la fin des années 70, entre paranoïa et humour noir. Le KGB devient notamment l’objet de plusieurs blagues, tout en restant concrètement l’ennemi qui veille. Cela distille un effet d’angoisse qui contamine peu à peu les personnages, et avec eux, les spectateurs. On ressent avec beaucoup d’acuité le paradoxe soviétique de l’époque qui mêle ironie résignée et terreur feutrée. Les interdits donnent ainsi à voir une facette plus atypique à la fois de l’activisme politique ambigu de l’époque (le mystérieux personnage de David, prêt à tout pour attirer des migrants en Israël), et des héros anonymes persécutés pour un simple désir d’ailleurs.
 
MpM

 
 
 
 

haut