Viendra le feu a reçu le prix du jury Un certain regard. Le film d'Oliver Laxe laisse au spectateur toute liberté de se projeter dans le film pour y lire son propre rapport à la nature et ses propres obsessions face à la déliquescence du monde.



Ad Astra
D'un clandestin, l'autre
De sable et de feu
Edith en chemin vers son rêve
El Otro Cristobal
Kusama: Infinity
Les fleurs amères
Lucky Day
Ma folle semaine avec Tess
Nous le peuple
Portrait de la jeune fille en feu
Trois jours et une vie
Un jour de pluie à New York



Parasite
Toy Story 4
Le Roi Lion
Give Me Liberty
Ils reviennent...
L'étincelle, une histoire des luttes LGBT +
Fanny & Alexandre
Une Fille facile
Viendra le feu
Deux moi



L'œuvre sans auteur
Comme des bêtes 2
Fast and Furious: Hobbs and Shaw
Le Gangster, le Flic et l’Assassin
Le mystère des pingouins
Les faussaires de Manhattan
Nuits magiques
Once Upon a Time... in Hollywood
Perdrix
Playmobil, le film
Une grande fille
Roubaix, une lumière
Thalasso
Les Baronnes
Late Night
Hauts perchés
Frankie
La vie scolaire
Fête de famille
Les hirondelles de Kaboul
Liberté
Jeanne
Music of My Life
The Bra
Tu mérites un amour






 (c) Ecran Noir 96 - 19


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 14

 
Avant l'hiver


France / 2013

27.11.2013
 



UN SONGE EN HIVER





"Je me suis trompé de vie"

Avant l’hiver pourrait être l’histoire fracassante d’une rencontre qui bouscule tout. Il pourrait aussi être un thriller anxiogène qui laisse le spectateur au bord de l’asphyxie. Mais Philippe Claudel ne cherche visiblement à faire ni dans le spectaculaire, ni dans le flamboyant. Sa mise en scène assume un classicisme discret et son intrigue reste en permanence sur le fil, à la fois ténue et d’une profonde simplicité. Ce ne sont pas les relents de mystère ou de paranoïa qui intéressent le réalisateur, mais au contraire la quasi banalité de son intrigue : le parcours d’un individu dont la vie prend soudain l’eau.

Ce profil bas adopté par le cinéaste peut rebuter : son cinéma, lent et intériorisé, exige du spectateur un certain abandon, voire une bonne dose de patience. Les scènes courtes et quotidiennes alternent avec de brefs éclats qui semblent ne jamais vraiment faire avancer le récit. La tension est intermittente, et donne l’impression d’un film en dents de scie qui peine à trouver son rythme et sa tonalité.

Peu à peu, pourtant, les masques tombent, et l’on devine derrière l’écran de fumée du film à suspense le véritable sujet d’Avant l’hiver : le temps qui passe (les personnages sont à l’orée de l’hiver de leur vie) et une existence faite d’apparences qui se fissurent de touts côtés. Soudain, tout ce que les personnages pensaient savoir les uns des autres est remis en question. Le personnage principal, incarné par Daniel Auteuil, perd le contrôle à la fois de sa vie professionnelle (on l’oblige à prendre des congés) mais aussi familiale (il se dispute avec son fils, s’éloigne de sa femme) et sociale (son meilleur ami lui apparaît soudain comme un étranger, voire comme un rival). Il part alors à la dérive, mais une dérive intime et psychologique qui ne fait que brouiller un peu plus les cartes.

Philippe Claudel joue du trouble et de l’ambiguïté entre ses personnages pour rendre crédible cette fuite en avant désespérée. On sent dans les scènes récurrentes (dîners familiaux, parties de tennis) qu’un dérèglement insidieux est à l’œuvre. Mais c’est avec son épilogue à contre-pieds que le réalisateur assène véritablement le coup de grâce. Il y a en effet dans ces dernières séquences un manque cruel d’espoir face à l’impossibilité de sortir du chemin tout tracé où le hasard nous a posé. La résignation collective ainsi que la perpétuation du mensonge donnent l’impression que cette fois, l’hiver est bien là.
 
MpM

 
 
 
 

haut