Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.

Best LawyersNewyork Lawyers




Canción Sin Nombre
De Gaulle
Eté 85
L'envolée
La bonne épouse
La communion
Le capital au XXIe siècle
Lucky Strike
Radioactive
Une sirène à Paris



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 27

 
La Femme du ferrailleur (An Episode in the Life of an Iron Picker - Epizoda u zivotu beraca zeljeza)


/ 2013

26.02.2014
 



VOYAGE EN ABSURDIE





La femme du ferrailleur a quelque chose d'un film expérimental risqué : Danis Tanovic (No Man's Land), armé d'un Canon 5D Mark II, a filmé, en seulement neuf jours, l'histoire vraie d'une famille bosniaque confrontée aux persécutions du milieu médical, interprétée à l'écran par ceux-là même qui l'ont vécue.

Nazif est ferrailleur. Il passe ses journées à découper des voitures et à récupérer du fer pour gagner sa croûte. Autant vous dire qu'il n'a pas la paie d'un footballeur. Il effectue un travail éprouvant pour quelques Marks (la monnaie du pays). Malgré tout, Nazif ne se plaint pas, sa femme Senada et ses deux filles non plus. Tout sourire et rieuse, la famille semble heureuse dans son modeste foyer. Mais un jour, Senada se plaint de terribles maux de ventre et doit se faire hospitaliser d'urgence. Faute de couverture sociale, le couple doit payer une somme pharaonique, qu'il n'a bien évidemment pas. Le corps hospitalier, littéralement inconscient, refuse de leur venir en aide. C'est à ce moment là que Nazif va tout faire pour sauver sa femme.

Sous son allure de reportage choc pour une chaîne thématique, le film prend aux tripes et tire les larmes, mais sans misérabilisme aucun. Sa radicalité formelle et sa mise en scène naturaliste ont d'ailleurs séduit le jury du Festival de Berlin 2013 qui lui a décerné à la fois le Prix du jury et celui du meilleur acteur pour Nazif Mujic. Si l'émotion est inévitable en voyant le dévouement du mari qui ne se laisse jamais abattre, le film est aussi une incursion sensible et pleine d'humanité dans une petite communauté où la solidarité finit par prédominer.

Danis Tanovic dresse ainsi le portrait en creux d'un pays qui est incapable de venir en aide à ses anciens combattants (Nazif ne touche pas de pension pour sa participation à la guerre), d'un système dépourvu de toute compassion (le corps médical qui refuse de venir en aide à Sénada) mais surtout d'une poignée d'individus prêts à remuer ciel et terre pour faire triompher le bon sens et l'humanité. Le cinéma a cette force de savoir nous toucher à travers l'histoire d'un autre, de refléter nos propres questions sur l'Homme et d'interroger nos capacités à nous dépasser.

D'une certaine manière, le réalisateur s'érige en résistant à la génération Facebook qui tweete sans arrêt chacun de ses petits sauts d'humeurs : l'égo et l'individualiste de chacun sont renvoyés à leur vacuité. Le film fait prendre conscience de valeurs humanistes, et relativise nos petits malheurs. On en sort désarçonné, presque honteux.

Dans la veine d'un cinéma du réel qui confine à la docu-fiction, Danis Tanovic transcende ainsi le réalisme au cinéma pour capter des étincelles de vie (notamment dans les longs passages contemplatifs) qui donnent à percevoir le monde plus qu'à le voir. Le retour sensible et réussi d'un auteur qui a su élever au rang d'art l'observation chirurgicale de ses semblables.
 
cynthia, mpm

 
 
 
 

haut