Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes. izmir escort



Blue Velvet
Femmes d'Argentine
Kongo
La bonne épouse
Le coeur du conflit
Les visages de la victoire
Radioactive
Trois étés
Un fils
Une sirène à Paris
Visions chamaniques
Vivarium
Yiddish



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 24

 
Black coal (Bai Ri Yan Huo)


/ 2013

11.06.2014
 



LE FEU SOUS LA GLACE





"Je suis la compagne d’un mort vivant."

Un film de genre qui remporte la plus prestigieuse récompense d’un festival international de premier plan, ce n’est pas courant. Et dans le cas de Black coal, c’est peut-être même un peu excessif, et révélateur d’une compétition (celle de la Berlinale 2014) qui n’était pas tout à fait assez consistante. Toujours est-il que décerner un Ours d’or à un polar poisseux et désenchanté aux accents romantiques mêlés de cynisme a quelque chose de courageux, presque de gonflé, tant le nouveau long métrage de Yi'nan Diao (Train de nuit) est à l’opposé de ce qui séduit d’habitude les jurys.

Une œuvre sèche et sombre, non dénuée d’un certain humour, mais dont l’apparente légèreté vire systématiquement au drame. Au début du film, une scène d’arrestation bon enfant se transforme en bain de sang. Plus tard, une nuit d’amour s’achèvera par une trahison. Comme si aucune chance n’était laissée aux personnages, tous condamnés à une mort plus ou moins cruelle, qu’elle soit réelle ou symbolique.

La mise en scène crépusculaire de Yi'nan Diao renforce cette sensation de noirceur absolue avec une succession de scènes éparses et courtes, de brusques ellipses narratives, des cadrages au grand angle qui créent une atmosphère presque post-apocalyptique. Le plus impressionnant, c’est la manière dont le cinéaste utilise la palette chromatique pour désincarner les images. La ville, grisâtre et monotone, où domine un blanc semblant étouffer les sons comme les corps, tranche notamment avec les couleurs saturées des intérieurs qui nimbent les personnages de teintes jaunes tirant sur le vert ou de rouge ensanglantant les visages.

Tout en respectant un certain nombre de codes propres au film noir, le cinéaste apporte ainsi son propre regard, transcendé par des libertés stylistiques saisissantes qui rendent le film éminemment contemporain. La solitude des personnages principaux, leurs difficultés de communication, les relations ambigües qui les relient (entre loyauté et influence mortifère) brossent le portrait d’un pays au bord de l’explosion. On s’est habitué, depuis People Mountain, People Sea de Cai Shangjun, et bien sûr A touch of sin de Jia Zhang-ke, à déceler la réalité sociale chinoise derrière des œuvres de genre parlant de vengeance et de violence brute.

Dans ce domaine, Yi'nan Diao ne nous épargne pas grand-chose, chorégraphiant même avec habilité un meurtre au patin à glace. La violence individuelle devient alors à l’écran le reflet d’une violence collective plus insidieuse, notamment basée sur l’argent et la puissance qu’il confère, et qui pousse les êtres au désespoir. Car derrière la figure de l’homme « mort-vivant » qui hante métaphoriquement Black coal se dissimule le triste destin d’une société où il n’est plus possible que de survivre.
 
MpM

 
 
 
 

haut