Et puis nous danserons était l'un de coups de cœur cannois. Enivrant, exaltant, brillant! La répression des homosexuels et l'élan romantique qui prend tous les risques, la danse comme lien sensuel et la musique euphorisante. A voir! A découvrir!



Brooklyn Affairs
Ceux qui nous restent
Ils aimaient la vie (Kanal)
It must be heaven
Jumanji: Next level
La Famille Addams
Le meilleur reste à venir
Le Voyage du Prince
Les reines de la nuit
Ode Bertrand
Premiers pas dans la forêt
Seules les bêtes
Souviens-toi de ton futur
The Irishman
Un été à Changsha



Joker
Shaun le mouton le film : la ferme contre-attaque
La cordillère des songes
Et puis nous danserons
J'ai perdu mon corps
La belle époque
Le monde animé de Grimault
J'accuse
L'incinérateur de cadavres
Les enfants d'Isadora
Les misérables
The Irishman
À couteaux tirés



La fameuse invasion des ours en Sicile
Maléfique 2: le pouvoir du mal
Martin Eden
Matthias & Maxime
Queens
Abominable
5 est le numéro parfait
Hors normes
Au bout du monde
Sorry We Missed You
Le Traître
Retour à Zombieland
Mon chien stupide
The Laundromat
Un monde plus grand
Une Colonie
Adults in the Room
Le Mans 66
Little Joe
La reine des neiges 2
Le Roi
Gloria Mundi
Chanson douce
L'orphelinat
Last Christmas
Proxima






 (c) Ecran Noir 96 - 19


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 18

 
Les hommes ! De quoi parlent-ils ? (Una pistola en cada mano)


Espagne / 2013

09.07.2014
 



HOMMES AU BORD DE LA CRISE DE NERFS





"Personne ne nous a dit que ça se passerait comme ça."

Le titre français du nouveau film de Cesc Gay ( Krámpack, En la ciudad) est probablement un peu trompeur car ce "les hommes, de quoi parlent-ils ?" évoque une comédie pas forcément très subtile sur les rapports hommes/femmes et les clichés qui s'y rapportent. Curieusement, en version originale, on est plus du côté du western : Una pistola en cada mano, une arme dans chaque main, qui donne l'impression d'un règlement de comptes. La réalité est quelque part entre les deux, avec un film à sketches plus bienveillant qu'acide qui dresse un savoureux portrait générationnel.

Les personnages masculins, assez stéréotypés, sont rarement à leur avantage, sans pour autant se départir d’un certain capital sympathie. D'ailleurs, comme par un curieux retournement des clichés, ils sont presque tous perçus à travers leur rapport aux femmes. Il y a le loser magnifique, le mari trompé, le dragueur impénitent, le divorcé qui a des remords... Chaque situation donne lieu à des séquences douces amères plus que franchement comiques, qui sont souvent bien vues. Ainsi, le malheureux dragueur d'open space en prend pour son matricule et finit par remercier la femme qui l'a (gentiment) ridiculisé. Un peu didactique, mais plutôt jouissif. Même chose avec ce mari volage tout contrit qui essaie maladroitement de reconquérir sa femme.

Mis en perspective de Con la patata quebrada, qui revenait sur l'histoire de la femme espagnole à travers 80 ans de cinéma, Les hommes, de quoi parlent-ils ? fait l'effet d'une petite vengeance. Ici, les compagnes et épouses prennent leur vie en mains, sous le regard globalement dépassé de leurs conjoints. On sent dans ce tableau quelque chose d'une société patriarcale qui se réveille avec la gueule de bois, et réalise qu'elle a perdu une partie de ses pouvoirs. Une impuissance symbolisée par celle, littérale ou symbolique, des différents personnages. Même chose pour la violence conjugale, neutralisée à grand renfort de rituels fétichistes et de jeux de domination.

Derrière la légèreté apparente du propos se cache ainsi un regard acerbe sur les difficultés rencontrées par les hommes pour faire face aux bouleversements de la société. Comme coincés dans le passé, ils se retrouvent en décalage avec les femmes qu'ils côtoient, qui, elles, sont totalement entrées dans le 21e siècle. De ce déséquilibre involontaire naît un humour qui vire parfois à l’étude sociologique, le manichéisme et les bonnes intentions en plus. Sans prétention, le film oscille plutôt efficacement entre critique sociale allégée et divertissement réussi.
 
MpM

 
 
 
 

haut