Wild Rose n'est pas seulement le film qui aura révélé Jessie Buckley. Entre réalité (sociale) et rêve (musical), le film est une pépite qui charme et enchante. Parfaits pour l'été.



Comme des bêtes 2
Fanny & Alexandre
Fast and Furious: Hobbs and Shaw
Halte
Le Gangster, le Flic et l’Assassin
Le mystère des pingouins
Les faussaires de Manhattan
Nuits magiques
Once Upon a Time... in Hollywood
Perdrix
Playmobil, le film
Une grande fille



Douleur et Gloire
Parasite
Etre vivant et le savoir
So long, My son
Toy Story 4
Le Roi Lion
Yuli
Wild Rose
Give Me Liberty
Ils reviennent...
L'étincelle, une histoire des luttes LGBT +



Avengers: Endgame
Rocketman
Sibyl
The Dead don't Die
Amazing Grace
Greta
Les Particules
Men in Black International
Zombi Child
X-Men: Dark Phoenix
Spider-Man: Far From Home
Yesterday
Anna
Les enfants de la mer
Uglydolls
Vita & Virginia
Yves
Ville neuve
The Mountain: une odyssée américaine
Contre ton cœur
Bunuel après l'âge d'or
Bixa Travesty
Noureev
Tolkien
L'œuvre sans auteur
Le coup du siècle
Factory






 (c) Ecran Noir 96 - 19


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 21

 
Casse


France / 2014

01.10.2014
 



LA MÉCANIQUE DU COEUR





Et si de la ferraille naissait l’humanité ? On n’en est pas loin avec Casse, documentaire captivant de Nadège Trebal, qui filme sans le commenter le quotidien d’une casse automobile. En ce lieu à la fois fantomatique et hyper concret se croisent des hommes parfois presque aussi déglingués que les carcasses de véhicules au milieu desquelles ils gravitent, à la recherche de la pièce rare qui, souvent, représente pour eux un moyen de subsister. Leurs corps, leurs mains et les pièces mécaniques qu’ils manipulent se livrent à un ballet hypnotisant. La réalisatrice prend le temps de filmer ces gestes, ces efforts, parfois ces échecs, qui unissent l’homme aux machines. Un amortisseur, un pare-brise, un morceau de métal dont on ne connait ni le nom ni l’usage, autant d’éléments qui occupent l’écran, filmés par une caméra sereine, toujours sur pied, élégante et discrète, comme pour contrer toute tentation sensationnelle de reportage à la TF1.

On est d’ailleurs aussi éloigné que possible d’une imagerie télévisuelle formatée, facile, qui transformerait chaque "personnage" en "bon client". Ici, le récit prend le temps de s’installer, ou de s’interrompre. Certains clients ne parlent pas, ou alors pour eux-mêmes. D’autres disparaissent après une courte séquence. Certains ne font même qu’apparaître fugacement, le temps d’un plan. Et puis il y a les pivots de la narration, ceux qui à eux-seuls font basculer le film dans une autre dimension. Derrière les machines cassées et les outils approximatifs, surgit alors sans prévenir le flot de la vie dans ce qu’elle a d’unique et de bouleversant. Deux hommes retiennent ainsi particulièrement l’attention : le premier, lorsqu’il raconte son périple pour venir en France, et le second quand il parle de sa petite fille, dont la seule évocation illumine tout son visage. Le contraste qui naît à ce moment-là entre le lieu et les émotions qui s’en dégagent a quelque chose d’inattendu et de surnaturel. Sans doute fallait-il la conjonction d'un regard (éminemment cinématographique) et d'une présence (bienveillante) pour révéler cette magie si ténue.
 
MpM

 
 
 
 

haut