Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.



Blue Velvet
Femmes d'Argentine
Kongo
La bonne épouse
Le coeur du conflit
Les visages de la victoire
Radioactive
Trois étés
Un fils
Une sirène à Paris
Visions chamaniques
Vivarium
Yiddish



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 20

 
Marie Heurtin


France / 2014

12.11.2014
 



UNE EDUCATION





"Nos vies entières sont des révoltes."

Marie Heurtin, jeune fille sourde et aveugle, est une Helen Keller française, dont le destin particulier ne pouvait que séduire Jean-Pierre Améris, grand amateur d'êtres blessés qui se mettent, volontairement ou non, en retrait de la société. Et c'est vrai que l'on est touché par l'histoire édifiante de la jeune femme, élevée comme une sauvageonne durant la première parie de sa vie, et qui apprit la langue des signes ainsi que le braille, avant de l'enseigner à son tour.

Mais plus que Marie elle-même, c'est très clairement celle qui l'a aidée, la religieuse Sœur Marguerite, qui est au cœur du film. Incarnée avec une bonne dose d'humour par Isabelle Carré, elle apporte ce qu'il faut de candeur et de légèreté à un scénario qui a du mal à ne pas osciller entre académisme et bons sentiments : récit linéaire, rebondissements attendus, émotion un peu forcée... Quelques séquences s'avèrent malgré tout pleines de fantaisie (lorsque la religieuse promène son élève dans une brouette), voire de poésie (la rencontre des deux femmes au sommet d'un arbre). Les scènes de corps à corps (quand Marguerite essaie de coiffer Marie, par exemple), filmées au plus près, apportent également au film une dimension étonnamment physique, ancrée dans une réalité faite d'efforts et de douleurs.

Fort de son savoir-faire habituel, le cinéaste assure ainsi sur tous les fronts : mise en scène soignée, image léchée, scénario efficace... Mais peut-être est-ce justement là que le bas blesse : à trop vouloir être efficace, le film finit par être trop lisse, trop pensé pour fonctionner de manière presque mécanique. On ne peut remettre en cause la sincérité de Jean-Pierre Améris, qui essaie de rendre l'hommage le plus juste à ses deux héroïnes, mais force est de constater que cette sincérité est au service d'une œuvre mineure, peu originale, et parfois même lénifiante. Sans réelle surprise, les différents rebondissements conduisent à un happy end de circonstance qui balaye d'un trait toutes les difficultés rencontrées. Même le sacrifice de la religieuse s'efface devant la renaissance symbolique de sa protégée. Reste un film qui ne peut censément pas offrir plus que ce qu'il est : une jolie histoire sans la moindre prétention.
 
MpM

 
 
 
 

haut