Et puis nous danserons était l'un de coups de cœur cannois. Enivrant, exaltant, brillant! La répression des homosexuels et l'élan romantique qui prend tous les risques, la danse comme lien sensuel et la musique euphorisante. A voir! A découvrir!



Brooklyn Affairs
Ceux qui nous restent
Ils aimaient la vie (Kanal)
It must be heaven
Jumanji: Next level
La Famille Addams
Le meilleur reste à venir
Le Voyage du Prince
Les reines de la nuit
Marriage Story
Ode Bertrand
Premiers pas dans la forêt
Seules les bêtes
Souviens-toi de ton futur
The Irishman
Un été à Changsha



Joker
Shaun le mouton le film : la ferme contre-attaque
La cordillère des songes
Et puis nous danserons
J'ai perdu mon corps
La belle époque
Le monde animé de Grimault
J'accuse
L'incinérateur de cadavres
Les enfants d'Isadora
Les misérables
The Irishman
À couteaux tirés



La fameuse invasion des ours en Sicile
Maléfique 2: le pouvoir du mal
Martin Eden
Matthias & Maxime
Queens
Abominable
5 est le numéro parfait
Hors normes
Au bout du monde
Sorry We Missed You
Le Traître
Retour à Zombieland
Mon chien stupide
The Laundromat
Un monde plus grand
Une Colonie
Adults in the Room
Le Mans 66
Little Joe
La reine des neiges 2
Le Roi
Gloria Mundi
Chanson douce
L'orphelinat
Last Christmas
Proxima






 (c) Ecran Noir 96 - 19


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 19

 
Marie Heurtin


France / 2014

12.11.2014
 



UNE EDUCATION





"Nos vies entières sont des révoltes."

Marie Heurtin, jeune fille sourde et aveugle, est une Helen Keller française, dont le destin particulier ne pouvait que séduire Jean-Pierre Améris, grand amateur d'êtres blessés qui se mettent, volontairement ou non, en retrait de la société. Et c'est vrai que l'on est touché par l'histoire édifiante de la jeune femme, élevée comme une sauvageonne durant la première parie de sa vie, et qui apprit la langue des signes ainsi que le braille, avant de l'enseigner à son tour.

Mais plus que Marie elle-même, c'est très clairement celle qui l'a aidée, la religieuse Sœur Marguerite, qui est au cœur du film. Incarnée avec une bonne dose d'humour par Isabelle Carré, elle apporte ce qu'il faut de candeur et de légèreté à un scénario qui a du mal à ne pas osciller entre académisme et bons sentiments : récit linéaire, rebondissements attendus, émotion un peu forcée... Quelques séquences s'avèrent malgré tout pleines de fantaisie (lorsque la religieuse promène son élève dans une brouette), voire de poésie (la rencontre des deux femmes au sommet d'un arbre). Les scènes de corps à corps (quand Marguerite essaie de coiffer Marie, par exemple), filmées au plus près, apportent également au film une dimension étonnamment physique, ancrée dans une réalité faite d'efforts et de douleurs.

Fort de son savoir-faire habituel, le cinéaste assure ainsi sur tous les fronts : mise en scène soignée, image léchée, scénario efficace... Mais peut-être est-ce justement là que le bas blesse : à trop vouloir être efficace, le film finit par être trop lisse, trop pensé pour fonctionner de manière presque mécanique. On ne peut remettre en cause la sincérité de Jean-Pierre Améris, qui essaie de rendre l'hommage le plus juste à ses deux héroïnes, mais force est de constater que cette sincérité est au service d'une œuvre mineure, peu originale, et parfois même lénifiante. Sans réelle surprise, les différents rebondissements conduisent à un happy end de circonstance qui balaye d'un trait toutes les difficultés rencontrées. Même le sacrifice de la religieuse s'efface devant la renaissance symbolique de sa protégée. Reste un film qui ne peut censément pas offrir plus que ce qu'il est : une jolie histoire sans la moindre prétention.
 
MpM

 
 
 
 

haut