90's, premier film du comédien Jonah Hill, est un portrait de jeunesse aussi délicat que touchant. Dans le lLos Angeles des skaters, où musique et skets dictent leurs lois, on suit une bande d'ados désœuvrés qui stoppent le temps sans cesser de rêver.



Cold Blood Legacy
Douleur et Gloire
Fight Club
Hard Paint
Just Charlie
Le Chinois et moi
Le jeune Ahmed
Les plus belles années d’une vie
Mr Local
Passion
Permanent Green Light
Séduis-moi si tu peux
Swing Time in Limousin
The Dead don't Die
Tous les Dieux du ciel



C'est ça l'amour
Synonymes
90's
Ne coupez pas!
Coming Out
Tremblements
Dieu existe, son nom est Petrunya
Drôles de cigognes
Les météorites
Petra



Captain Marvel
Le garçon qui dompta le vent
Le mystère Henri Pick
Triple frontière
Entre les roseaux
Dumbo
Los silencios
La Lutte des classes
Shazam!
Tel Aviv on Fire
Terra Willy, planète inconnue
Tito et les oiseaux
Blanche comme Neige
Le vent de la liberté
Les oiseaux de passage
Ray & Liz
The Highwaymen
Alpha - The Right to Kill
After : Chapitre 1
El Reino
Raoul Taburin
Liz et l'oiseau bleu
The Highwaymen
Avengers: Endgame
L'Adieu à la nuit
Gloria Bell
Coeurs ennemis
Jessica Forever
Hellboy
Les Crevettes pailletées






 (c) Ecran Noir 96 - 19


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 20

 
Vincent n'a pas d'écailles


France / 2014

18.02.2015
 



UN SUPER HÉROS SORT DE L'EAU





Imaginez un croisement entre l'univers sensoriel d'Apichatpong Weerasethakul et celui des Super-Héros Marvel. D'un côté, une nature bienveillante bruissante et énigmatique où l'homme a toute sa place, de l'autre le poids des Super Pouvoirs qui impliquent de Super Responsabilités, et induisent pas mal de scènes d'actions spectaculaires. Voilà très schématiquement la tonalité de ce Vincent n'a pas d'écailles qui n'est jamais une parodie, mais plutôt un hommage élégant et très personnel à ce que peut être le genre.

Très peu dialogué, faisant la part belle aux situations burlesques et aux scènes d'ambiance, ce premier film de Thomas Salvador séduit par l'apparente gravité avec laquelle il traite ce récit d'essence plutôt loufoque. La mise en scène est aérée et ample, les acteurs subtils, la progression dramatique grave et sensible. Ce sont dans les détails que se niche l'humour du film, dans sa construction très découpée qui suscite tour à tour la surprise et le second degré. Ainsi la "révélation" du secret du personnage et les séquences "d'explication" qui s'en suivent, tronquées et elliptiques, presque à contretemps, comme pour atténuer l'absurdité inhérente au propos.

Il ne faudrait pourtant pas voir dans Vincent n'a pas d'écailles un simple exercice de style, certes singulier, mais sans réelle profondeur. Il y a au contraire dans le film plusieurs degrés de lecture, à l'image du message clairement écologiste, ou de la critique sous-jacente à l'égard d'une société autoritaire qui harcèle tous ceux qui sont différents. On peut interpréter de cette manière la course-poursuite qui occupe le dernier quart du film, où la cocasserie des rebondissements contrebalance à peine un acharnement policier qui met mal à l'aise.

Il faudra donc suivre Thomas Salvador, cinéaste absolument prometteur dont les courts métrages avaient déjà faits parler d'eux (De sortie, Prix Jean Vigo en 2006). Une nouvelle voix qui apporte sa singularité dans le paysage cinématographique français, c'est toujours bon à prendre, avec ou sans écailles.
 
MpM

 
 
 
 

haut