Viendra le feu a reçu le prix du jury Un certain regard. Le film d'Oliver Laxe laisse au spectateur toute liberté de se projeter dans le film pour y lire son propre rapport à la nature et ses propres obsessions face à la déliquescence du monde.



Ça - chapitre 2
Ça marche !?
Deux moi
Jeanne
L'insensible
Lucky Day
Mjolk
Music of My Life
Tempo Comum
The Bra
Tu mérites un amour
Un petit air de famille
Une joie secrète



Parasite
Toy Story 4
Le Roi Lion
Give Me Liberty
Ils reviennent...
L'étincelle, une histoire des luttes LGBT +
Fanny & Alexandre
Une Fille facile
Viendra le feu



Spider-Man: Far From Home
L'œuvre sans auteur
Le coup du siècle
Factory
Comme des bêtes 2
Fast and Furious: Hobbs and Shaw
Halte
Le Gangster, le Flic et l’Assassin
Le mystère des pingouins
Les faussaires de Manhattan
Nuits magiques
Once Upon a Time... in Hollywood
Perdrix
Playmobil, le film
Une grande fille
Roubaix, une lumière
Thalasso
Les Baronnes
Late Night
Hauts perchés
Frankie
La vie scolaire
Fête de famille
Les hirondelles de Kaboul
Liberté






 (c) Ecran Noir 96 - 19


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 12

 
Une belle fin (Still life)


/ 2013

15.04.2015
 



L’AMI DES MORTS





Et si on se laissait charmer par la simplicité d’une fable douce amère sur la vie, la mort et le reste ? Le programme n’a pas forcément l’air alléchant, et pourtant, Uberto Pasolini raconte avec beaucoup de subtilité, de douceur et même d’humour, l’histoire d’un homme seul qui met un point d’honneur à organiser des funérailles dignes aux défunts sans famille ou amis.

Le réalisateur fait preuve pour cela d’une véritable économie de moyens et d’effets, ayant recours de préférence aux plans fixes et aux cadres larges dans lesquels se déroule l’action. Ce cinéma très visuel se contente de peu de dialogues, et donc d’explications, jouant sur le montage et les situations pour faire évoluer l’intrigue. Uberto Pasolini filme ainsi les gestes précis et méticuleux de son personnage, son air impassible, ses silences, et laisse un grand espace au spectateur qui comble lui-même les ellipses et les non-dits.

Si Une belle fin oscille entre burlesque et cinéma muet, il ne s’interdit pas non plus de flirter avec l’émotion, voire de tirer un peu sur le mélo. Ce n’est pas la partie la plus réussie du film, mais c’est fait avec une telle sincérité que ça fonctionne. Et puis Eddie Marsan est si formidable en grand mélancolique plein de bonne volonté que l’on ne peut que se réjouir lorsque quelque chose de positif arrive enfin dans l’existence de son personnage. La délicatesse de ton de Pasolini, qui confine au poétique dans certaines séquences, fait le reste. Le titre du film ne nous avait pas trompés : la fin est belle, dans tous les sens du terme.
 
MpM

 
 
 
 

haut