Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.



Ailleurs
Calamity, une enfance de Martha Jane Cannary
Effacer l'historique
Ema
Enorme
La daronne
Lux Æterna
Peninsula
Petit pays
Rocks
Tenet
Un pays qui se tient sage



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 38

 
Mémoires de jeunesse (Testament of Youth)


/ 2014

23.09.2015
 



REVIENS MOI






"On lui offre un piano alors qu’elle veut une année à Oxford !"


Mémoires de jeunesse c'est l'histoire dramatiquement réelle de la future écrivain Vera Brittain (Alicia Vikander émouvante et irradiante, avec des airs d’Emily Blunt), femme de caractère, féministe, gauchiste, suffragette, pacifiste avant l’heure, et des trois hommes qui gravitent autour d'elle avant que la guerre 14-18 ne les lui arrache. Edward, son frère (Taaron Egerton doux et lumineux), Victor (Colin Morgan, touchant) et Roland (Kit Harington charismatique et transcendant, sans ses bouclettes de feu Jon Snow dans Game of Thrones) se retrouvent autour de Vera le temps d'un paisible été. Le calme avant la tempête.
Vera n’a pas besoin des hommes, ils sont même un obstacle à ses ambitions : "Je le ferai par moi-même!" Mais voilà Roland qui se met en travers de son chemin et les sentiments emportent tout. On l’aura compris, il s’agit d’un mélodrame historique, romantique et finalement tragique. Amour peu consommé, la faute au quand dira-t-on de l'époque, mais aussi à la guerre qui va tout dévaster. Ce cache-cache érotique nous offre les plus belles images du film: des mains qui se frôlent, des lèvres désireuses l'une et l'autre filmées en gros plan, des regards manqués, des caresses songées et toujours cette soif du corps alimentée par une frustration dévorante. Ces interdits transforment une simple sortie au musée en véritable course-poursuite pour semer le chaperon protecteur et gardienne de la morale. Puis c'est la guerre qui éclate, celle de 14-18. Guerre terriblement bien représentée ici. Derrière l’esthétisme, il y a un souci de réalisme précis, une volonté de montrer le carnage provoqué sur les corps et les gueules. L’horreur des camps de secours, des jeunes soldats entassés, mourants ou déjà ailleurs. Les hommes partent dans les tranchées laissant les femmes livrées à elles-mêmes : certaines étudient, d’autres tricotent et enfin quelques unes s’engagent comme infirmières. Les hommes ne reviendront pas. Les femmes devront faire avec. "Nous vivons tous entourés de fantômes. Nous devons apprendre à vivre avec."

Vera se retrouve seule et en panique à chaque une de journal, chaque télégramme, chaque lettre de Roland et de son frère qu'elle ne reçoit pas à temps (la guerre ou l'ennemie de l'épistolaire). La peur devient son quotidien, l'espoir son moteur de survie. Elle sera transformée à jamais, tout comme les hommes qui partagent sa vie: les conséquences de la guerre et de ses horreurs. Dans une belle scène, un peu convenue certes, elle soulage la souffrance d’un soldat allemand, oubliant qu’il est l’ennemi, le consolant parce que c’est avant tout un homme. Il y a une part sacrificielle dans ce personnage féminin (qui écrira 15 ans plus tard Testament of Youth, Mémoires de jeunesse, récit impitoyable contre l’absurdité de la guerre, sans s’imaginer que 6 ans plus tard, les Européens allaient de nouveau s’entretuer). Vera enterre ses rêves comme elle enterre ses hommes. Sur le front, en première ligne, elle nous guide au milieu des cadavres, de la puanteur (hollywoodienne) de la mort.

James Kent signe ici un film poignant, déroutant et, par moment, réellement inspiré, notamment lorsqu’il fait respirer son œuvre de quelques métaphores visuelles intéressantes. Cet onirisme est hélas souvent contraint par le récit trop linéaire, trop classique. Mais l’essentiel est bien d’avoir su ressusciter l’esprit de Vera. Elle ne souhaitait plus de guerre : "pas de vengeance, pas de tuerie... assez!". On peut la comprendre : sa jeunesse fut fracassée par l’Histoire. Alicia Vikander incarne parfaitement sa force, son courage, mais aussi cette vulnérabilité, ses doutes face à une vie qui ne lui a rien épargné.
 
Cynthia

 
 
 
 

haut