Ne croyez pas que je hurle est le joyau tant attendu de l'année. Film expérimental et sentimental, audace narrative et visuelle, cette expérience signée Frank Beauvais est aussi délicate que mélancolique, curieuse que hypnotique.



Angry Birds: copains comme cochons
Bleu Palebourg
Camille
Fahim
L'angle mort
La bonne réputation
La vérité si je mens! Les débuts
Loups tendres et loufoques
Maléfique 2: le pouvoir du mal
Martin Eden
Matthias & Maxime
Queens
Shaun le mouton le film : la ferme contre-attaque
Warrior Women



Deux moi
Un jour de pluie à New York
Bacurau
Ne croyez surtout pas que je hurle
Alice et le Maire
Les mondes imaginaires de Jean-François Laguionie
Chambre 212
Joker
Pour Sama



Once Upon a Time... in Hollywood
Perdrix
Roubaix, une lumière
Thalasso
La vie scolaire
Fête de famille
Les hirondelles de Kaboul
Liberté
Jeanne
Music of My Life
The Bra
Tu mérites un amour
De sable et de feu
Ad Astra
Trois jours et une vie
Portrait de la jeune fille en feu
Au nom de la terre
Downton Abbey
Port Authority
Atlantique
Gemini Man
Donne-moi des ailes
Jacob et les chiens qui parlent
La fameuse invasion des ours en Sicile
Nos défaites
Papicha






 (c) Ecran Noir 96 - 19


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 17

 
Sur la ligne (Fair Play)


République tchèque / 2014

05.08.2015
 



UNFAIR PLAY





"Si ça lui fait du mal, ne lui en donnez pas."

Primé au Arras Film Festival en novembre dernier, Sur la ligne d’Andrea Sedláčková s’inscrit dans la lignée de films récents revenant sur la période communiste en Europe de l’Est. Ici, la réalisatrice utilise un fait historique avéré (le dopage des athlètes) pour reconstituer l’atmosphère quotidienne des dictatures communistes des années 80 et raconter les dilemmes moraux auxquels étaient couramment confrontés les habitants.

Elle imagine ainsi une mère et une fille aux prises avec différentes formes de loyauté incompatibles : familiale, sportive, politique, patriotique, amicale… et l’absolue nécessité de choisir un camp, même malgré soi. Le film observe avec finesse la manière dont le seul contexte politique suffit à placer les personnages dans des situations inextricables et sans issue. Entre cas de conscience, désir d’émancipation et risques mesurés, les deux héroïnes ont une marge de manœuvre limitée pour s’affranchir du climat d’oppression qui les enserre.

Pour rendre palpable ce quotidien anxiogène, Andrea Sedláčková utilise des scènes courtes et assez découpées, presque vidées de toutes substances, où un regard suffit parfois à marquer le malaise ou l’angoisse. La réalisatrice utilise également toute l’imagerie cinématographique propre à la mise en scène de l’Europe communiste : images ternes, narration austère, mise en scène sobre, souffle paranoïaque.

La construction dramatique, elle, reste assez classique, voire convenue, notamment dans son rythme, son montage et ses rebondissements. Ainsi, certains éléments scénaristiques semblent un peu trop propices, plus destinés à faire (artificiellement) avancer l’intrigue qu’à rendre le récit vraiment crédible. Même chose dans l’écriture du personnage féminin principal dont la naïveté angélique finit par être embarrassante.

Avec ses maladresses d’une part et la force de son témoignage de l’autre, Sur la ligne est le prototype du film inégal qui vaut malgré tout pour son intérêt historique. A défaut de séduire formellement les cinéphiles, il est en effet suffisamment consensuel pour plaire à un vaste public, et peut-être même avoir un usage pédagogique non négligeable.
 
MpM

 
 
 
 

haut