Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.

Best LawyersNewyork Lawyers




Canción Sin Nombre
De Gaulle
Eté 85
L'envolée
La bonne épouse
La communion
Le capital au XXIe siècle
Lucky Strike
Radioactive
The Climb
Tiempo después
Une sirène à Paris
Yakari, le film



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 18

 
Sur la ligne (Fair Play)


République tchèque / 2014

05.08.2015
 



UNFAIR PLAY





"Si ça lui fait du mal, ne lui en donnez pas."

Primé au Arras Film Festival en novembre dernier, Sur la ligne d’Andrea Sedláčková s’inscrit dans la lignée de films récents revenant sur la période communiste en Europe de l’Est. Ici, la réalisatrice utilise un fait historique avéré (le dopage des athlètes) pour reconstituer l’atmosphère quotidienne des dictatures communistes des années 80 et raconter les dilemmes moraux auxquels étaient couramment confrontés les habitants.

Elle imagine ainsi une mère et une fille aux prises avec différentes formes de loyauté incompatibles : familiale, sportive, politique, patriotique, amicale… et l’absolue nécessité de choisir un camp, même malgré soi. Le film observe avec finesse la manière dont le seul contexte politique suffit à placer les personnages dans des situations inextricables et sans issue. Entre cas de conscience, désir d’émancipation et risques mesurés, les deux héroïnes ont une marge de manœuvre limitée pour s’affranchir du climat d’oppression qui les enserre.

Pour rendre palpable ce quotidien anxiogène, Andrea Sedláčková utilise des scènes courtes et assez découpées, presque vidées de toutes substances, où un regard suffit parfois à marquer le malaise ou l’angoisse. La réalisatrice utilise également toute l’imagerie cinématographique propre à la mise en scène de l’Europe communiste : images ternes, narration austère, mise en scène sobre, souffle paranoïaque.

La construction dramatique, elle, reste assez classique, voire convenue, notamment dans son rythme, son montage et ses rebondissements. Ainsi, certains éléments scénaristiques semblent un peu trop propices, plus destinés à faire (artificiellement) avancer l’intrigue qu’à rendre le récit vraiment crédible. Même chose dans l’écriture du personnage féminin principal dont la naïveté angélique finit par être embarrassante.

Avec ses maladresses d’une part et la force de son témoignage de l’autre, Sur la ligne est le prototype du film inégal qui vaut malgré tout pour son intérêt historique. A défaut de séduire formellement les cinéphiles, il est en effet suffisamment consensuel pour plaire à un vaste public, et peut-être même avoir un usage pédagogique non négligeable.
 
MpM

 
 
 
 

haut