Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.

Best LawyersNewyork Lawyers




Be Natural
Bitero
Canción Sin Nombre
D'égal à égal
De Gaulle
Ducobu 3
Green Boys
Invisible Man
J'irai décrocher la lune
Kongo
L'esprit de famille
La bonne épouse
La communion
La petite taupe aime la nature
Le capital au XXIe siècle
Les visages de la victoire
Mickey and the Bear
Mon nom est clitoris
Mosquito
Nous les chiens
Pappi-sitter
Radioactive
Si c'était de l'amour
Sonic le film
The Demon Inside
The Great Green Wall
The Hunt
Trois étés
Une sirène à Paris
Visions chamaniques
Where is Jimi Hendrix?
Woman



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 48

 
Ted 2


USA / 2015

05.08.2015
 



BEER, WEED AND BEAR

Le livre Bye Bye Bahia



"Avec toi, l'histoire prend vie !"

Mais quelle mouche a piqué Seth Mc Farlane? Echaudé, sans doute, par l'accueil public pour le moins mitigé de son western humoristique, Albert à l'Ouest, le réalisateur s'est convaincu d'aller tourner la suite de son Ted, succès surprise de l'été US 2012. Contrairement aux apparences, un tel choix, assez facile sur le papier, pouvait vite tourner à vide avec la tentation de reproduire, peu ou prou, le même film pour un public adulte en manque d’humour trash.

Puisqu’il ne sert à rien de reproduire deux fois la même histoire, Seth Mc Farlane enfonce le clou – et assume ses responsabilités – en donnant à Ted le premier rôle au détriment du pauvre Mark Walhberg, ici relayé au second plan. Leur duo change donc de nature, un peu comme des frères n’habitant plus sous le même toit, faisant de Ted, non plus la peluche animée de John, mais une peluche à part entière parfaitement intégrée au décor contemporain d’une vie à mener. Couple, mariage, désir d’enfant ou reconnaissance identitaire, tout concorde pour sortir Ted de la fonction première du bon copain déconneur dont on attend de lui qu’il motive troupe et moult remous scénaristiques. Ainsi, autour d’un plaidoyer sur l’acceptation des différences, qui accapare une bonne partie du film, Ted s’évertue à nous prouver qu’il n’est ni un jouet, ni une chose mais bien un être vivant.

La normalisation est en route et les bons sentiments avec. L’utilité d’un tel ressort narratif laisse perplexe tant le comportement de Ted se trouve à mille lieux des conventions établies. A quoi, raisonnablement, peut servir cette sortie civique au sujet d’un être dont l’utilité est bien de nous faire rire sans complexe sur le monde qui nous entoure ? La faute de goût est consommée puisque la contre-culture invoquée à longueurs de vannes se marie mal avec les élans moralisateurs du vivre ensemble. Ted 2, aussi impertinent qu’il soit, rationalise l’invraisemblable (un ours en peluche qui parle) en reproduisant des pans entiers de la bonne vieille comédie familiale. A ce titre, le film ressemble beaucoup, dans l’esprit évidemment, au troisième opus de Very Bad Trip. Soit un concept fun et novateur qui s’essouffle au profit d’une narration plus classique, plus familiale, moins provocatrice.

L’embourgeoisement opère sa jonction malgré les nombreux pics et autres situations burlesques par moment vraiment réussis. Justement, l’humour n’a pas disparu. Au contraire. Il essaye, vaille que vaille, de pimenter l’évolution dramatique d’un ours en peluche condamné à ressembler à monsieur tout le monde. D’où la surenchère d’un humour bien gras, irrévérencieux et beauf peinant à contrebalancer les pérégrinations on ne peut plus balisées d’un duo, certes toujours attachant, mais rempli de bons sentiments. La dichotomie s’affiche sans fard, Mc Farlane préférant aligner les gags sur un scénario bidon qui loupe sa conclusion (l’histoire d’amour entre John et la jeune avocate Samantha jouée par Jessica Barth est aussi inutile, qu’inepte).

Si Ted est drôle en tant que personnage comique atypique, son développement ciné est vain, englué dans une métrique de vannes grossières pour prime time de talk-show.
 
Geoffroy

 
 
 
 

haut