Ne croyez pas que je hurle est le joyau tant attendu de l'année. Film expérimental et sentimental, audace narrative et visuelle, cette expérience signée Frank Beauvais est aussi délicate que mélancolique, curieuse que hypnotique.



Angry Birds: copains comme cochons
Bleu Palebourg
Camille
Fahim
L'angle mort
La bonne réputation
La vérité si je mens! Les débuts
Loups tendres et loufoques
Maléfique 2: le pouvoir du mal
Martin Eden
Matthias & Maxime
Queens
Shaun le mouton le film : la ferme contre-attaque
Warrior Women



Deux moi
Un jour de pluie à New York
Bacurau
Ne croyez surtout pas que je hurle
Alice et le Maire
Les mondes imaginaires de Jean-François Laguionie
Chambre 212
Joker
Pour Sama



Once Upon a Time... in Hollywood
Perdrix
Roubaix, une lumière
Thalasso
La vie scolaire
Fête de famille
Les hirondelles de Kaboul
Liberté
Jeanne
Music of My Life
The Bra
Tu mérites un amour
De sable et de feu
Ad Astra
Trois jours et une vie
Portrait de la jeune fille en feu
Au nom de la terre
Downton Abbey
Port Authority
Atlantique
Gemini Man
Donne-moi des ailes
Jacob et les chiens qui parlent
La fameuse invasion des ours en Sicile
Nos défaites
Papicha






 (c) Ecran Noir 96 - 19


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 28

 
A Long Way Down (Up & Down)


Royaume Uni / 2014

30.09.2015 (Festival de Dinard)
 



QUATRE TS ET UN ENTERREMENT





« - Quel est le jour où les gens se suicident le plus, hormis le 31 décembre ?
- La Saint-Valentin.
»

Pascal Chaumeil s’aventure sur le terrain de l’humour anglais. Périlleux a priori. Mais le cinéaste de L’Arnacoeur aime la comédie anglo-saxonne : romantique, aventurière ou ici noire. En adaptant un roman de Nick Hornby, dont l’humour anglais aussi caustique que délicieux, se moquant comme toujours des névroses de l’homme contemporain avec une dérision toujours de bon goût, Chaumeil continue de vouloir étudier - avec le rire, une certaine élégance, des variations mélancoliques et quelques vieux artifices de cinéma - la domination entre les classes sociales et une opposition des sexes qui virent souvent à la bataille.

De la part d’un cinéaste français, c’est assez rare. Rappeneau en reste le maître, aux côtés de Veber dans un registre plus vaudevillesque et « buddy movie ». Dès la première séquence, on comprend que A Long Way Down va s’amuser à détourner les attentes, même si la voie empruntée par la suite est plus convenue. Quatre personnes se retrouvent sur le même toit pour tenter de se suicider. Cela n’a a priori rien de drôle. Mais tout vire au gag. Ce collectif de losers va évidemment rater l’objectif de chacun. Le quatuor de désespérés ne parviendra pas à mettre fin à leurs jours en cette Saint-Sylvestre. Les personnages sont pittoresques, et tous bien campés par Brosnan, Collette, Paul et Poots. De quoi sceller une amitié singulière sur des fondations paradoxales. Leur vie n’avait plus beaucoup de sens, ils vont essayer d’en trouver un entre un club de vacances et un hôpital.

La fable est jolie et les dialogues ciselés comme de la dentelle. Burlesque et sophistiquée, la comédie est parfois grinçante sur l’époque. Mais cela ne suffit pas à maintenir l’attention, à moins d’avoir le génie des anciens (Wilder, Hawks & co). Aussi il faut un drame existentiel, pas loin d’une tragédie personnelle, pour que le film ne soit pas qu’une simple comédie ironique. La solitude et le pathos s’invitent dans la partie, quitte à laisser sur le bord de la route quelques détails, pour garder le tempo et nous conduire vers un happy end.

Cela rend le dernier tiers un peu plus bancal et moins singulier. En finissant sur le mélo, Chaumeil s’essaie à un mélange de genres plutôt inhabituel par rapport à ses deux premiers films, même si la solitude des êtres (et leur arrogance) demeurent le fil conducteur de sa filmographie. Ici la fin est peut-être trop simple et manque sans doute de l’humour du reste du film. Trop sentimentaliste sans doute. Mais efficace, assurément. Les hauts et les bas de la vie permettent finalement d’amortir la chute inexorable de chacun. Comme à chaque fois, l’empathie que le cinéaste éprouve pour ses personnages nous permettent de mieux supporter leur détresse. Avec un zest d’humour anglais et de sarcasme, il s'offre aussi un peu de distance face à la cruauté de l’existence.
 
vincy

 
 
 
 

haut