90's, premier film du comédien Jonah Hill, est un portrait de jeunesse aussi délicat que touchant. Dans le lLos Angeles des skaters, où musique et skets dictent leurs lois, on suit une bande d'ados désœuvrés qui stoppent le temps sans cesser de rêver.



Cold Blood Legacy
Douleur et Gloire
Fight Club
Hard Paint
Just Charlie
Le Chinois et moi
Le jeune Ahmed
Les plus belles années d’une vie
Mr Local
Passion
Permanent Green Light
Séduis-moi si tu peux
Swing Time in Limousin
The Dead don't Die
Tous les Dieux du ciel



C'est ça l'amour
Synonymes
90's
Ne coupez pas!
Coming Out
Tremblements
Dieu existe, son nom est Petrunya
Drôles de cigognes
Les météorites
Petra



Captain Marvel
Le garçon qui dompta le vent
Le mystère Henri Pick
Triple frontière
Entre les roseaux
Dumbo
Los silencios
La Lutte des classes
Shazam!
Tel Aviv on Fire
Terra Willy, planète inconnue
Tito et les oiseaux
Blanche comme Neige
Le vent de la liberté
Les oiseaux de passage
Ray & Liz
The Highwaymen
Alpha - The Right to Kill
After : Chapitre 1
El Reino
Raoul Taburin
Liz et l'oiseau bleu
The Highwaymen
Avengers: Endgame
L'Adieu à la nuit
Gloria Bell
Coeurs ennemis
Jessica Forever
Hellboy
Les Crevettes pailletées






 (c) Ecran Noir 96 - 19


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 18

 
Une jeunesse allemande


France / 2014

14.10.2015
 



BANDE A PART





"On ne peut pas lutter sans violence dans une société devenue violente. "

Réalisateur de courts métrages reconnus et primés dans le monde entier, Jean-Gabriel Périot passe au format long avec Une jeunesse allemande, film de montage édifiant qui narre l’histoire des protagonistes de la RAF à travers des images d’époque. Extraits de films de Meins ou Meinhof eux-mêmes, apparitions télévisées, emballement médiatique suite aux premiers attentats… le cinéaste utilise une matière riche et complexe pour raconter en parallèle le basculement dans la violence armée d’une poignée de jeunes intellectuels pourtant promis à un brillant avenir et la révolution des images qui s’opère à la même époque à la télévision allemande.

Mettant à mal les poncifs sur le terrorisme "aveugle, brutal et malade", le film présente des jeunes gens engagés et cultivés, intégrés à la société et très régulièrement invités par les médias, qui croient dans la force du cinéma pour changer les mentalités. On observe avec distance leur radicalisation progressive ainsi que l’évolution de la manière dont les médias les présentent. La radicalisation est en effet contagieuse : tandis que les étudiants révolutionnaires embrassent la lutte armée, l’Etat choisit une réponse autoritaire et furieuse qui empêche définitivement toute issue non tragique. La télévision joue ici son rôle de catalyseur de la répression en donnant peu à peu la parole non plus aux insurgés, mais à leurs opposants déchainés qui ne supportent aucune contradiction, et sont autorisés pour la première fois à s’adresser directement face caméra au spectateur lui-même. Au-delà de la genèse de la RAF, Une jeunesse allemande pose d’ailleurs clairement la question des images, de leur pouvoir et de ce qu’elles disent d’une société.

Jean-Gabriel Périot, qui ne nie pas une certaine subjectivité dans la construction du récit, s’éloigne ainsi du simple documentaire historique pour offrir un point de vue riche et complexe sur un passé qu’il ravive en le mettant en perspective de notre époque. Une jeunesse allemande fait en effet souvent écho aux problématiques actuelles, et induit notamment une réflexion captivante sur le terme "terrorisme", son utilisation et ses conséquences. Il donne également l’impression que les mêmes erreurs se répètent, de la stigmatisation bête et méchante des "terroristes" aux réponses uniquement sécuritaires. Pourtant, de par son absence de voix-off, le film laisse le spectateur libre de toute interprétation et ne tombe pas lui-même dans la propagande ou le didactisme. Il renoue ainsi avec un cinéma politique élégant et riche qui préfère amener le spectateur à s’interroger plutôt qu’à lui asséner des réponses toutes faites. L’essentiel, dans sa démarche, est d’aller au-delà des évidences pour chercher sa propre vérité. Une vérité forcément ambivalente, comme le monde et l’être humain, qui concilie à la fois la tristesse face à des gens qui se trompent, le regret face à ces destins brisés et l’empathie pour des jeunes gens brillants qui auraient pu choisir une autre voie pour améliorer la société.
 
MpM

 
 
 
 

haut