Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.



Blue Velvet
Femmes d'Argentine
Kongo
La bonne épouse
Le coeur du conflit
Les visages de la victoire
Radioactive
Trois étés
Un fils
Une sirène à Paris
Visions chamaniques
Vivarium
Yiddish



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 12

 
Hardcore Henry (Hardcore)


/ 2015

13.04.2016
 



VOUS ÊTES LE HÉROS





Vous allez chuter de haut, être dans un bus en flammes, et surtout taper et tuer beaucoup d'ennemis dans la rue, dans un club libertin, dans une forêt... Tout ce qui se passe est vu à travers les yeux de Henry. Dès le début du film il se réveille sans presque aucun souvenir et sans pouvoir parler, Henry (et donc le spectateur lui-aussi) découvre où il est et ce qui lui est arrivé : vous avez été sérieusement blessé et on vous greffe des prothèses. Soudain un commando arrive et il vous faut fuir : vous êtes alors lancé dans une folle course-poursuite pendant environ 90 minutes en Russie. Hardcore Henry est une succession de séquences complètement dingues rien que vos yeux.

Le film exploite à fond le principe dit de la caméra subjective : ce que vous voyez à l’écran est la vision du personnage à travers ses yeux. Le spectateur se retrouve à la place du héros, ou presque. Le procédé est surtout utilisé dans les jeux-vidéo puisque le joueur avec sa manette doit conduire une voiture ou tirer sur des ennemis en étant actif sur l’action. Le parallèle avec les jeux de consoles de type en immersion fps (first person shooter) est d’ailleurs juste : tout comme les univers vidéo-ludiques dans le film aussi les méchants tombent après quelques coups et d’autres arrivent pour combattre, il y a même un objet à trouver pour bénéficier d’énergie en plus pour éviter le game-over, et il faudra monter plusieurs niveaux avant le duel avec le méchant big-boss…

Pour autant Hardcore Henry veut montrer une ambition bien plus haute qu’imiter un jeu, aussi basique soit-il en apparence le film repose tout de même sur un scénario qui ose aborder la cybernétique. On découvre vite que Henry est plus puissant avec ses prothèses mécaniques, un adversaire a des pouvoirs de télékinésie, et un scientifique a réussi à concevoir une multitude d’avatars de lui-même : et tout ceci n’est pas une fantaisie futuriste puisque le film se passe en Russie à une époque à priori contemporaine. Avec ce postulat de plusieurs technologies que l’on ne connaît pas et pourtant combinées, les images peuvent dès lors montrer bien des choses extravagantes : le spectateur a le souhait d’en avoir plein les yeux, on va aller dans ce sens. Vouloir concevoir un film d’action quasi non-stop dans tout les sens en caméra subjective était déjà un défi technique, et d’autres défis ont été rajoutés et plutôt brillamment relevés : quelques longs plan-séquences sans interruption (ou presque), un même acteur (Sharlto Copley) plusieurs fois dans le cadre sous diverses apparences, plusieurs cascades ébouriffantes… Le réalisateur Ilya Naishuller utilise ce principe de la caméra subjective autrement que comme un artifice, mais comme un original moyen de narration de son histoire.

Hardcore Henry n’est certes pas le premier film avec ce procédé d’immersion du spectateur dans l’action (revoir La femme défendue de Philippe Harel, Maniac de Franck Khalfoun, Enter the void de Gaspar Noé…), mais il peut se targuer tout de même d’être devenue la référence pour ce qui est du ‘POV action-movie’. Ilya Naishuller avait déjà établie les premières bases en réalisant un clip musical (avec un personnage qui se bagarre, du sang, une poursuite en voiture, une chute dans un immeuble), ‘bad motherfucker’ pour le groupe Biting Elbows. Et si la même idée devenait un film ? Son compatriote Timour Bekmambetov (Nightwatch, Wanted : choisis ton destin, Abraham Lincoln, chasseur de vampires) va alors soutenir la production, le distributeur chinois Huayi Brothers est dans la boucle : Hardcore Henry est tellement unique qu’il bénéficie d’une sortie mondiale partout durant ce mois d’avril. Le débat de faire du grand cinéma avec une petite caméra type GoPro est secondaire, le principal est son potentiel d’attraction : même si ça ne vole pas haut ça décolle les rétines.

Hardcore Henry est un spectacle totalement régressif tellement il se veut agressif, et c’est bien ça qui est jouissif sur un grand écran de salle de cinéma : si c'est trop fort c'est que tu es trop vieux ?
 
Kristofy

 
 
 
 

haut