Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.



Ailleurs
Effacer l'historique
Ema
Enorme
Eté 85
Irréversible - version intégrale
La daronne
Lucky Strike
Petit pays
Rocks
Tenet
The Climb
Un pays qui se tient sage
Yakari, le film



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 91

 
Comme des bêtes (The Secret Life of Pets)


USA / 2015

27.07.2016
 



POIL À GRATTER






"Ce sont les écureuils, c'est ça?"


Le bal tout en poil de Comme des bêtes s'ouvre sur une visite de New-York et de son célèbre Central Park. Transportés par la prouesse technique et les reliefs, nous sommes tentés de quitter la salle et de courir jusqu'à l'aéroport Charles-de-Gaulle afin de prendre un allé simple pour la grosse pomme. Mais le film a eu raison de notre folle envie et nous cloue au siège avec un scénario original, des personnages terriblement attachants et des situations cocasses à mourir de rire! Que l'on soit team cat ou team dog on ne peut qu'être séduit par le personnage très miaou de Chloë et par côté hautain qui rappelle à la perfection les griffes de votre chat sur votre bras lorsque vous le caressez trop ou pas assez (c'est lui qui commande et puis c'est tout). On succombe aussi aux personnages très doggy de Mel, persuadé que les écureuils vont dominer le monde, de Gidget une boule de poil amoureuse, trop timide pour le dire mais pas suffisamment pour retourner tout New-York à la recherche de son âme chien et de Duke gros nounours au cœur de miel. C'est "minion" comme tout.
On est charmé aussi par Snowball (Pompon en VF) le lapin révolutionnaire et déjanté (la grande trouvaille d'Illumination, revisitant ainsi le lapin pas crétin) qui veut taper sur de l'humain, se comporte comme le Malcolm X des animaux et est doublé à la perfection par l’humoriste américain Kevin Hart.


Avec les fêtes entre poilus, les délires de la gamelle et de la "va chercher baballe", Comme des bêtes n'est pas seulement un film d'animation pour enfants (d'ailleurs est-il vraiment pour les enfants?), il est aussi une dédicace à nos amis à quatre pattes, à écailles et à carapace. Un Toy Story avec des animaux domestiques. Il s'agit d'un doux et drôle de cadeau que nous offrons à nos rétines et que l'on partagerait bien avec nos bêtes. L'intention est burlesque (et rappelle les grands duos comiques du muet) et l'ensemble est rythmé, vif, coloré. L'animalerie n'a rien de trop humain dans l'incarnation mais ne manque pas de personnalité. Les cascades font le reste et ont inspiré des mouvements de caméras qui défient la réalité.


Comme des bêtes est la douce caresse cinématographique qui nous faut en ce moment! Divertissant et drôle, apaisant et délirant, il ne cherche aucun poux dans la tête.
 
Cynthia

 
 
 
 

haut