Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.



Effacer l'historique
Ema
Enorme
Eté 85
Irréversible - version intégrale
La daronne
Lucky Strike
Petit pays
Rocks
Tenet
The Climb
Yakari, le film



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 74

 
Your name (Kimi No Na Wa)


Japon / 2016

28.12.2016
 



DES ASTRES AMOUREUX





« Tu sembles être quelqu’un d’autre aujourd’hui.< »

Si le film d’animation de Makoto Shinkai éblouit instantanément, il met du temps à infuser dans les esprits. Mélangeant le temps et l’espace, le passé et le présent, deux destins radicalement différents, il joue de ces différents ingrédients, comme un film de science fiction, pour aboutir à une finalité pourtant si banale : la rencontre entre deux êtres qui ont cette sensation imperceptible de déjà vu, cette impression qui résonne alors comme une évidence alors qu’a priori, ils ne se connaissent pas. « La sensation que quelque chose qui a disparu perdure ».

Romantic fantasy

Your Name est une fresque contemporaine, romanesque et romantique, intime et spectaculaire, où la vie de chacun est à la croisée du hasard et du déterminisme, de ses rêves et de sa volonté. Elle s’ennuie dans ses montagnes et cherche une vie plus trépidante dans une métropole. Il ne pense qu’à s’échapper de cette ville stressante et aspire à une existence plus paisible, au milieu de la nature. Quelques nuits, ils vont, par un phénomène étrange, prendre la place de l’autre et ainsi vivre son quotidien. On pourrait croire à un vœu exaucé. On ne saura jamais vraiment.

Cette situation donne des moments cocasses (un garçon se réveillant avec des seins, une fille étonnée d’avoir quelque chose entre les jambes). Cela les rend attachants. Ils sont presque cinglés, comme possédés. L’intimité qui se dégage de ce couple de mélancoliques qui ne se voit jamais ne permet pas de deviner l’issue de coup du sort. Car Makoto Shinkai a imaginé une comédie romantique ou un mélo fantastique (selon l’angle) très complexe, Cette attraction invisible est influencée par un désastre à venir. Un météore va menacer l’un des deux. A partir d’un scénario précis et captivant, le cinéaste ne cherche jamais à expliquer réellement la magie du procédé qui permet à Mitsuha de devenir Taki, et inversement. Seul leur comportement change.

Your Name aborde ainsi frontalement la question du genre et rejette tout manichéisme et préjugés sur la nature humaine. Après tout, il s’agit de changement de sexe, d’appréhender l’autre en s’appropriant son corps. Chacun va se transformer : lui, timide et introverti, va s’aventurer vers toutes les audaces jusqu’à se faire séducteur puissant tandis qu’elle va se muer en femme intrépide et émancipée. Leur amour n’est pas une projection fantasmée mais une union de leurs différences. A l’instar des films les plus brillants sur l’adolescence -ses étranges métamorphoses charnelles et ses tourments psychiques -, le film dépeint deux êtres mal dans leur existence où seule l’âme permet de surmonter les états mélancoliques et la peur de l’inconnu. Mais il s’agit aussi du rapport à l’environnement, aux autres, aux rites du passé. Sensiblement, on retrouve les thématiques des films d’Hayao Miyazaki, à travers une fable qui, ici, se veut plus moderne et plus fantastique.

Les illusions retrouvées

Car, le météore va bien s’écraser sur la terre. De là vont naître deux réalités en parallèle. L’illusion et la désillusion vont fusionner. On ne pourrait y voir qu’un simple film « fantasy » où le temps peut être distordu et les morts peuvent venir nous hanter. Cependant, patiemment, tout se met en place pour que la tragédie soit le point culminant d’une histoire d’amour. Si l’émotion n’est pas forcément bouleversante, le souci perfectionniste du détail, les qualités graphiques impressionnantes, la beauté stupéfiante des décors, la musique emballante font le reste pour que le récit nous conduise à un aboutissement poignant après de multiples contorsions.

Le lien entre Mitsuha et Taki se fera pas delà la catastrophe. Un simple ruban leur servira de signe qu’ils sont attachés inconsciemment l’un à l’autre. L’une devine le danger, l’autre va le comprendre. Deux messagers qui vont vouloir changer le cours des choses. Tel Orphée allant chercher Eurydice aux enfers, Taki tente de sauver Mitsuha d’un « Fukushima / Hiroshima » astronomique. Mais la beauté de cette histoire est beaucoup plus originale car elle mise justement sur l’oubli. Même si Mitsuha est sauvée, rien ne dit que l’un comme l’autre saura se retrouver, se reconnaître.

Hasard et coïncidence

C’est là que le film se révèle profondément cinématographique : il se laisse embarquer dans sa rêverie au point de s’interroger : Your Name n’est-il pas une explication détaillée et tordue de ce que l’on appelle « le déjà vu », « le coup de foudre », « l’inexplicable attirance entre deux êtres ». L’instinct amoureux qui conduit à l’instant de la rencontre. Au choc émotionnel. A ce vertige physique et métaphysique. Quel parcours pour en arriver là ? Et quelle histoire folle nous raconte-t-on pour nous démontrer par x+y que ces deux jeunes gens ne se sont pas croisés par hasard, dans une autre vie.

Tout n’était peut-être que le rêve d’une jeune femme espérant une autre vie, d’un jeune homme attendant une femme idéale. Une succession d’actes manqués, de mémoire torturée, de songes intraduisibles. Une rencontre sur la cime d’une colline, où leurs corps ne sont que des hologrammes dans le crépuscule, se faisant face malgré trois années d’écart entre Taki au présent et Mitsuha au passé.

C’est l’impossible histoire d’amour qui nous happe jusqu’au bout. Lorsque toutes les étoiles sont enfin alignées. Par hasard. « On ne se connaît pas déjà ? – Si je crois. Quel est ton nom ? ». C’est le début de l’histoire.
 
vincy

 
 
 
 

haut