Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.

Best LawyersNewyork Lawyers




Canción Sin Nombre
De Gaulle
L'envolée
La bonne épouse
La communion
Le capital au XXIe siècle
Lucky Strike
Radioactive
Une sirène à Paris



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 39

 
Tous en scène (Sing)


USA / 2016

25.01.2017
 



BÊTES DE SCÈNE





«- Quelqu’un aurait vu mon œil de verre ? »

Une fois de plus Illumination (illuMINation, en référence aux Minions) s’affirme comme l’alternative grand public à Disney avec ce Tous en scène. Là où DreamWorks peine à se renouveler et à nous emballer, le studio d’animation de Moi, Moche et Méchant prouve qu’il a de l’imagination et le sens du divertissement à revendre, quelques mois après le distrayant Comme des bêtes. <^> Tous en scène est un pur divertissement, emballant et infiniment plus remuant que le récent Trolls. Cette histoire de losers qui ont tous un incroyable talent pour la chanson est à la fois sympathique (l’anthropomorphisme donne lieu à des personnages animaliers attachants) et rythmée (chaque personnage multiplie des points de vue, des récits). Pour sauver un vieux théâtre qui ne remplit plus ses sièges à cause de ses spectacles désuets et d’un patron nostalgique d’un âge d’or, on organise un concours de chant, façon The Voice, qui donne un coup de fouet, et même du peps à cette ruine qui se rêvait en salle de Broadway.

Rock et pics, Gorille dans le blues, Rat Pack et autre Piggy Power.

Gorille, cochon, hérisson, souris, éléphant et compagnie sont en fait prisonniers de leur condition sociale. La chanson est vécu comme une libération personnelle et va devenir un facteur d’émancipation globale. Dans une métropole qui mixe plusieurs villes américaines, ce Zootopie musical essaie de viser tous les publics, des petits avec ses gags (évidemment un peu cracras) aux adultes (avec le personnage de l’assistante et son œil baladeur digne des délires les plus farfelus de l’animation et le clin d’œil à Boulevard du Crépuscule à travers le personnage de la diva). De cette spirale infernale on retient un scénario solide, des séquences humoristiques délirantes (le car wash le plus « weird » du 7e art), des jeux de mots un peu foireux

Tous en scène réussit à amuser autant qu’à capter l’attention avec un pitch a priori convenu. Toute sa force réside dans sa troupe animalière empathique et une partition musicale variée et réussie.
 
vincy

 
 
 
 

haut