Et puis nous danserons était l'un de coups de cœur cannois. Enivrant, exaltant, brillant! La répression des homosexuels et l'élan romantique qui prend tous les risques, la danse comme lien sensuel et la musique euphorisante. A voir! A découvrir!



Brooklyn Affairs
Ceux qui nous restent
Ils aimaient la vie (Kanal)
It must be heaven
Jumanji: Next level
La Famille Addams
Le meilleur reste à venir
Le Voyage du Prince
Les reines de la nuit
Ode Bertrand
Premiers pas dans la forêt
Seules les bêtes
Souviens-toi de ton futur
The Irishman
Un été à Changsha



Joker
Shaun le mouton le film : la ferme contre-attaque
La cordillère des songes
Et puis nous danserons
J'ai perdu mon corps
La belle époque
Le monde animé de Grimault
J'accuse
L'incinérateur de cadavres
Les enfants d'Isadora
Les misérables
The Irishman
À couteaux tirés



La fameuse invasion des ours en Sicile
Maléfique 2: le pouvoir du mal
Martin Eden
Matthias & Maxime
Queens
Abominable
5 est le numéro parfait
Hors normes
Au bout du monde
Sorry We Missed You
Le Traître
Retour à Zombieland
Mon chien stupide
The Laundromat
Un monde plus grand
Une Colonie
Adults in the Room
Le Mans 66
Little Joe
La reine des neiges 2
Le Roi
Gloria Mundi
Chanson douce
L'orphelinat
Last Christmas
Proxima






 (c) Ecran Noir 96 - 19


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 39

 
Tous en scène (Sing)


USA / 2016

25.01.2017
 



BÊTES DE SCÈNE





«- Quelqu’un aurait vu mon œil de verre ? »

Une fois de plus Illumination (illuMINation, en référence aux Minions) s’affirme comme l’alternative grand public à Disney avec ce Tous en scène. Là où DreamWorks peine à se renouveler et à nous emballer, le studio d’animation de Moi, Moche et Méchant prouve qu’il a de l’imagination et le sens du divertissement à revendre, quelques mois après le distrayant Comme des bêtes. <^> Tous en scène est un pur divertissement, emballant et infiniment plus remuant que le récent Trolls. Cette histoire de losers qui ont tous un incroyable talent pour la chanson est à la fois sympathique (l’anthropomorphisme donne lieu à des personnages animaliers attachants) et rythmée (chaque personnage multiplie des points de vue, des récits). Pour sauver un vieux théâtre qui ne remplit plus ses sièges à cause de ses spectacles désuets et d’un patron nostalgique d’un âge d’or, on organise un concours de chant, façon The Voice, qui donne un coup de fouet, et même du peps à cette ruine qui se rêvait en salle de Broadway.

Rock et pics, Gorille dans le blues, Rat Pack et autre Piggy Power.

Gorille, cochon, hérisson, souris, éléphant et compagnie sont en fait prisonniers de leur condition sociale. La chanson est vécu comme une libération personnelle et va devenir un facteur d’émancipation globale. Dans une métropole qui mixe plusieurs villes américaines, ce Zootopie musical essaie de viser tous les publics, des petits avec ses gags (évidemment un peu cracras) aux adultes (avec le personnage de l’assistante et son œil baladeur digne des délires les plus farfelus de l’animation et le clin d’œil à Boulevard du Crépuscule à travers le personnage de la diva). De cette spirale infernale on retient un scénario solide, des séquences humoristiques délirantes (le car wash le plus « weird » du 7e art), des jeux de mots un peu foireux

Tous en scène réussit à amuser autant qu’à capter l’attention avec un pitch a priori convenu. Toute sa force réside dans sa troupe animalière empathique et une partition musicale variée et réussie.
 
vincy

 
 
 
 

haut