Avec Tolkien n'est pas seulement le récit de la jeunesse du célèbre écrivain, incarné par Nicholas Hoult. C'est aussi un assemblage des influences et inspirations qui ont conduit l'auteur à écrire la saga culte du Seigneur des anneaux.



Anna, un jour
Beaux-parents
Bernard Natan, le fantôme de la rue Francœur
Bunuel après l'âge d'or
Child's Play
Contre ton cœur
Dirty God
Le choc du futur
Le Daim
Les Frenchmen
Little
Nevada
Noureev
Porte sans clef
Silence
Tolkien



Tremblements
Drôles de cigognes
Les météorites
Petra
Douleur et Gloire
Tous les Dieux du ciel
Parasite
Etre vivant et le savoir



Triple frontière
Le vent de la liberté
Les oiseaux de passage
The Highwaymen
Alpha - The Right to Kill
After : Chapitre 1
El Reino
Raoul Taburin
Liz et l'oiseau bleu
The Highwaymen
Avengers: Endgame
L'Adieu à la nuit
Gloria Bell
Coeurs ennemis
Jessica Forever
Hellboy
Les Crevettes pailletées
Le jeune Ahmed
Les plus belles années d’une vie
Rocketman
Sibyl
The Dead don't Die
Amazing Grace
Greta
Les Particules
Men in Black International
Zombi Child
X-Men: Dark Phoenix






 (c) Ecran Noir 96 - 19


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 22

 
Paris pieds nus


Belgique / 2016

08.03.2017
 



LA BALADE DES GENS HEUREUX





« Champagne… New York… Où est le bel homme ? »

Le duo Abel (Dom) et Gordon (Fiona), les Wallace & Gromit de l’humour belge, est de retour. Cela faisait six ans que la paire n’avait pas imaginé l’un de ses contes en absurdie. Ici Paris, sa Statue de la Liberté, la Seine (dans laquelle on plonge volontiers) et son cimetière. Le style n’a pas changé.

Minimaliste, il reste caustique, drôle, poétique, léger. Souris puisque c’est grave. Convoquant les influences du cinéma muet (Keaton, Lloyd, Chaplin), de Jacques Tati, du music-hall (avec cette séquence qui nous régale, entre Emmanuelle Riva et Pierre Richard), de la danse et de la comedia dell’arte (Dom n’est-il pas un Pierrot lunaire, clochard heureux et romantique ?), Paris Pieds nus ne surprendra pas les fidèles, et étonnera certainement les néophytes.

Car il n’y a rien de bien neuf chez Abel & Gordon. Une vieille fille naïve, bibliothécaire au Canada polaire, répond à l’appel à l’aide de sa vieille tante alzheimer qui vit à Paris. On suit ainsi ses mésaventures, véritable série de gags et de petites catastrophes. Si l’ensemble est bienveillant, cela n’empêche pas les auteurs de s’amuser avec la méchanceté (notamment cette oraison funèbre vraiment pas respectueuse).

Mais derrière cette fable virevoltante, où Paris semble petit pour ceux qui s’aiment d’un si grand amour, Abel & Gordon pointent leur caméras sur les vulnérables : les petits vieux qui n’ont plus toute leur tête, les SDF qui n’ont plus le droit de faire les poubelles, etc… La folie douce qui s’empare de tout le monde semble démontrer qu’on peut être heureux avec pas grand chose. Même si une coupe de champagne de temps en temps, ça fait du bien.

Le récit s’écoule ainsi comme un fleuve tranquille, avec ses quelques soubresauts (la maladresse de l’héroïne est remarquable pour créer des rebondissements), ses affluents plus tourmentés (des personnages pittoresques souvent), avant d’atteindre la mer et son horizon infini. Les récits s’entrecroisent pour passer d’un personnage à l’autre tout en expliquant les faits passés. Quiproquos et malentendus produisent une atmosphère de dérision, bien sûr un peu vaine, mais tendre et divertissante. Comme son titre l’indique, en référence à Pieds nus dans le Parc, il s’agit d’un hymne à la liberté. A croire qu’il faut faire un pas de côté, rester à côté de la plaque pour être heureux. C’est timbré, c’est imparfait, c’est délicat. Et c’est très bien comme ça. Une fois de plus, avec leur film, ils réussissent à nous donner de cet oxygène qui parfois rend hilare. Un air frais qui fait du bien en ces temps asphyxiants.
 
vincy

 
 
 
 

haut