Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.

Best LawyersNewyork Lawyers




Be Natural
Bitero
Canción Sin Nombre
D'égal à égal
De Gaulle
Ducobu 3
Green Boys
Invisible Man
J'irai décrocher la lune
Kongo
L'esprit de famille
La bonne épouse
La communion
La petite taupe aime la nature
Le capital au XXIe siècle
Les visages de la victoire
Mickey and the Bear
Mon nom est clitoris
Mosquito
Nous les chiens
Pappi-sitter
Radioactive
Si c'était de l'amour
Sonic le film
The Demon Inside
The Great Green Wall
The Hunt
Trois étés
Une sirène à Paris
Visions chamaniques
Where is Jimi Hendrix?
Woman



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 30

 
Moi, moche et méchant 3 (Despicable Me 3)


USA / 2017

05.07.2017
 



BANDE DE PIGNOUFS





«- Les Minions me manquent... »

La franchise d’Illumination reprend du service. Et comme toute saga, plutôt que de se régénérer, elle ne cherche qu’à trouver l’oxygène nécessaire pour survivre (et s’enrichir). Autrement dit, il n’y a rien de neuf du côté de chez Gru. Hormis un frère jumeau. Car c’est une règle immuable : plus il y a d’épisodes dans une franchise, plus la famille s’agrandit. Il faut bien un prétexte pour justifier une nouvelle aventure.

Plus que jamais, MMM est d’ailleurs, comme Toy Story ou L’Âge de glace ou Shrek, une histoire de famille recomposée. Après les gamines adoptées, la collègue épousée, et sans oublier l’armée de Minions exploitée, le faux méchant Gru se découvre un jumeau caché. Dru a la chevelure et le bling-bling de Trump et pourtant il semble plus proche de la caricature d’un frimeur / faux beau mec de comédie des années 1960.

Quant au méchant, lui est resté dans les années 1980 (rubik’s cube, bubble gum, robots anguleux). La bande son est donc très eighties, c’est à dire pêchue. Et le méchant, très ringard, a plus un look de chanteur disco des seventies.
Fondamentalement, ce vilain garçon, ex-enfant star jeté à la poubelle et qui ne s’est pas remis de sa crise d’acné, n’a que peu d’intérêt dans le film. Il n’est pas l’enjeu (on ne sait d’ailleurs pas très bien ce qui le pousse à être aussi « bad »), il apparaît épisodiquement dans cette aventure familiale, et ses pouvoirs ne semblent jamais effrayants.

Secondaires aussi, les Minions. Dommage parce qu’ils restent les plus drôles. En quittant Gru, ils s’offrent une histoire dans l’histoire. Hélas, ils ne sont pas assez présents, alors qu’ils possèdent clairement le potentiel comique du film. A chacune de leur séquence, MMM respire et fait rire. C’est notamment grâce à eux que les clins d’œil les plus jouissifs surviennent. Car, à l’instar des DreamWorks, MMM multiplie les références, de La Panthère rose au Monde de Nemo en passant par Chicken’s Run, Godzilla ou Jailhouse Rock. Les Minions c’est un peu Scrat dans L’âge de glace, la digression qui supplante la narration.

Dommage, par conséquent, que le studio n’ai pris aucun risque, ni avec l’histoire, ni avec ses personnages. Techniquement, la machinerie est parfaitement huilée, et il y a quelques bonnes trouvailles visuelles. Mais rien ne surprend jamais. Tout se déroule sans accro (comme dans L’agence tous risques). C’est distrayant, efficace, mais c'est aussi déjà vu et consensuel.

Ce troisième opus est un bon film familial et fantaisiste, mais il révèle aussi que les aventures de Gru s’essoufflent et que le syndrome Shrek/Age de Glace est en train de contaminer la série.
 
vincy

 
 
 
 

haut