Et puis nous danserons était l'un de coups de cœur cannois. Enivrant, exaltant, brillant! La répression des homosexuels et l'élan romantique qui prend tous les risques, la danse comme lien sensuel et la musique euphorisante. A voir! A découvrir!



Black Christmas
Docteur?
Jeune Juliette
La vie invisible d'Euridice Gusmao
Le choix d'Ali
Leatherdaddy
Les envoûtés
Les reines de la nuit
Lillian
Lola vers la mer
Marriage Story
One Mind - une vie zen
Pahokee, une jeunesse américaine
Sans rivages
Une vie cachée



Joker
Et puis nous danserons
J'ai perdu mon corps
La belle époque
Le monde animé de Grimault
J'accuse
L'incinérateur de cadavres
Les enfants d'Isadora
Les misérables
The Irishman
À couteaux tirés
It must be heaven
Le Voyage du Prince
Ils aimaient la vie (Kanal)



Hors normes
Au bout du monde
Sorry We Missed You
Le Traître
Retour à Zombieland
Mon chien stupide
The Laundromat
Un monde plus grand
Une Colonie
Adults in the Room
Le Mans 66
Little Joe
La reine des neiges 2
Le Roi
Gloria Mundi
Chanson douce
L'orphelinat
Last Christmas
Proxima
Brooklyn Affairs
La Famille Addams






 (c) Ecran Noir 96 - 19


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 18

 
Agatha, ma voisine détective (Nabospionen)


/ 2017

07.02.2018
 



ELEMENTAIRE MON CHER VOISIN





"Mon nom est... Agatha Christine !"

Ancré dans un contexte plutôt réaliste (à l’exception du lézard géant qui parle, sorte d’émanation de la conscience du personnage principal), Agatha, ma voisine détective raconte avec simplicité l’arrivée d’Agatha, dix ans, et de sa famille dans un nouveau quartier. Passionnée d’enquêtes policières, la très jeune fille s’imagine en détective privée hors pair (dans des exploits imaginaires soulignés par l’utilisation du noir et blanc) qui résout brillamment tous les mystères.

Mais si l’intrigue s’articule autour de la double enquête dans laquelle elle se lance (découvrir le voleur et comprendre le comportement mystérieux de son voisin), le film ne se concentre pas tant sur son travail d’investigation que sur vie en général. Ce sont en effet les difficultés d’Agatha pour être prise au sérieux et pour exister aux yeux des autres qui forment la trame principale de l’intrigue. En miroir, Vincent, le jeune voisin d’abord suspect qui devient peu à peu un ami, a lui aussi du mal à s’affirmer face à son père ou à son grand frère. L’air de rien, Agatha, ma voisine détective aborde ainsi des thèmes prégnants dans la vie des enfants et adolescents comme l’acceptation par les autres, le conformisme, la dictature de la norme. Le tout discrètement, en arrière-plan, évitant tout didactisme ou « morale » à l’emporte-pièce.

Car ce sont bien les aléas de l’enquête d’Agatha qui rythment avec humour le récit et créent une certaine forme de tension dramatique. Ils permettent aussi l’identification du jeune spectateur avec Agatha et ses débats intérieurs (suivre son instinct ou faire ce qu’on attend d’elle ? Renoncer à ses rêves ou être marginalisée ?). La technique particulière utilisée pour l’animation des personnages (des éléments créés sous photoshop puis « découpés » et animés via un logiciel sur les différents décors) gomme la dureté de certaines situations en ancrant le film dans un univers certes réaliste, mais doux et enfantin. Entre le film initiatique et le divertissement à suspense, Agatha, ma voisine détective atteint ainsi son but et impose sa singularité, exactement comme sa drôle d’héroïne. La plus belle preuve de sa réussite est le prix reçu lors de l’édition 2017 de Mon premier festival, décerné par un jury composé d’enfants.
 
MpM

 
 
 
 

haut