Et puis nous danserons était l'un de coups de cœur cannois. Enivrant, exaltant, brillant! La répression des homosexuels et l'élan romantique qui prend tous les risques, la danse comme lien sensuel et la musique euphorisante. A voir! A découvrir!



Brooklyn Affairs
Ceux qui nous restent
Ils aimaient la vie (Kanal)
It must be heaven
Jumanji: Next level
La Famille Addams
Le meilleur reste à venir
Le Voyage du Prince
Les reines de la nuit
Ode Bertrand
Premiers pas dans la forêt
Seules les bêtes
Souviens-toi de ton futur
The Irishman
Un été à Changsha



Joker
Shaun le mouton le film : la ferme contre-attaque
La cordillère des songes
Et puis nous danserons
J'ai perdu mon corps
La belle époque
Le monde animé de Grimault
J'accuse
L'incinérateur de cadavres
Les enfants d'Isadora
Les misérables
The Irishman
À couteaux tirés



La fameuse invasion des ours en Sicile
Maléfique 2: le pouvoir du mal
Martin Eden
Matthias & Maxime
Queens
Abominable
5 est le numéro parfait
Hors normes
Au bout du monde
Sorry We Missed You
Le Traître
Retour à Zombieland
Mon chien stupide
The Laundromat
Un monde plus grand
Une Colonie
Adults in the Room
Le Mans 66
Little Joe
La reine des neiges 2
Le Roi
Gloria Mundi
Chanson douce
L'orphelinat
Last Christmas
Proxima






 (c) Ecran Noir 96 - 19


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 14

 
Cro Man (Early man)


USA / 2018

07.02.2018
 



LA GUERRE DU FOOT





« C'est déjà l'aube.
- Oui, l'aube de l'Humanité !
 »

Même si l’on est un fan inconditionnel des productions Aardman, force est de reconnaître que ce nouvel opus, qui ne s’appuie sur aucun des personnages récurrents du studio, n’est pas vraiment à la hauteur de nos espérances. Souffrant d’un scénario paresseux et de dialogues souvent trop explicatifs, le film s’avère une success-story sans grande surprise dont la principale originalité est de se dérouler au temps de la préhistoire. On le sent d’ailleurs plus ouvertement destiné au jeune public que Chicken run ou la série des Wallace et Gromit qui bénéficiaient toujours d’un riche double niveau de lecture. Même les habituelles machines et folles inventions, autant d’occasions de mettre en valeur la virtuosité technique des animateurs, ne sont pas au rendez-vous.

Toutefois, si l’on fait abstraction de ces réserves, Cro Man s’avère un divertissement tout à fait honorable. Certes, il manque ce grain de folie, cette jubilation constante qui ont fait la réputation d’Aardman, mais il reste malgré tout une dose suffisante d’humour et d’inventivité pour permettre au spectateur, surtout au plus jeune, de passer un excellent moment. La préhistoire est un formidable terrain de jeu pour Nick Park qui multiplie les clins d’œil référencés et les parallèles avec notre époque, de la mésange vocale au football transformé en culte quasi religieux. D’autant que le film dévoile enfin la vérité sur l’un des grands mystères de notre civilisation : la naissance du foot (on vous donne un indice, ça se passe à Manchester) !

La parodie de films reposant sur des exploits sportifs individuels ou collectifs est d’ailleurs l’aspect le plus savoureux du film, servant de prétexte à une grande quantité de gags assez amusants, notamment lors des entraînements. On est dans un registre évidemment très bon enfant, voire potache, avec jeux de mots décalés, situations détournées et autres pastiches faciles. Le match final est même l’occasion de se moquer (gentiment, à l’image de tout le film) de ce qu’est devenu le foot aujourd’hui, des joueurs milliardaires trop gâtés aux affres de l’arbitrage, en passant par l’argent-roi et l’art de la simulation. Evidemment, il est dommage que tout cela soit si policé, cadré, et un peu attendu. On imagine ce qu’un regard vraiment irrévérencieux aurait pu faire d’un scénario pareil. Mais à défaut, mieux vaut passer un moment agréable en compagnie de ces hommes (et femmes) préhistoriques trop sages que de les boycotter juste parce que nous avions placé trop d'espoirs en eux.
 
MpM

 
 
 
 

haut