Wild Rose n'est pas seulement le film qui aura révélé Jessie Buckley. Entre réalité (sociale) et rêve (musical), le film est une pépite qui charme et enchante. Parfaits pour l'été.



100 kilos d'étoiles
Folle nuit russe
Her Smell
L'œuvre sans auteur
Le coup du siècle
Le Roi Lion
Le voyage de Marta
Les beaux menteurs
Navajo Songline
Persona Non Grata
Roads
Te Ata
Wild Rose
Yuli



Tremblements
Drôles de cigognes
Les météorites
Petra
Douleur et Gloire
Tous les Dieux du ciel
Parasite
Etre vivant et le savoir
So long, My son
Toy Story 4



Avengers: Endgame
Rocketman
Sibyl
The Dead don't Die
Amazing Grace
Greta
Les Particules
Men in Black International
Zombi Child
X-Men: Dark Phoenix
Spider-Man: Far From Home
Yesterday
Anna
Les enfants de la mer
Uglydolls
Vita & Virginia
Yves
Ville neuve
The Mountain: une odyssée américaine
Contre ton cœur
Bunuel après l'âge d'or
Bixa Travesty
Noureev
Tolkien






 (c) Ecran Noir 96 - 19


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 14

 
Cro Man (Early man)


USA / 2018

07.02.2018
 



LA GUERRE DU FOOT





« C'est déjà l'aube.
- Oui, l'aube de l'Humanité !
 »

Même si l’on est un fan inconditionnel des productions Aardman, force est de reconnaître que ce nouvel opus, qui ne s’appuie sur aucun des personnages récurrents du studio, n’est pas vraiment à la hauteur de nos espérances. Souffrant d’un scénario paresseux et de dialogues souvent trop explicatifs, le film s’avère une success-story sans grande surprise dont la principale originalité est de se dérouler au temps de la préhistoire. On le sent d’ailleurs plus ouvertement destiné au jeune public que Chicken run ou la série des Wallace et Gromit qui bénéficiaient toujours d’un riche double niveau de lecture. Même les habituelles machines et folles inventions, autant d’occasions de mettre en valeur la virtuosité technique des animateurs, ne sont pas au rendez-vous.

Toutefois, si l’on fait abstraction de ces réserves, Cro Man s’avère un divertissement tout à fait honorable. Certes, il manque ce grain de folie, cette jubilation constante qui ont fait la réputation d’Aardman, mais il reste malgré tout une dose suffisante d’humour et d’inventivité pour permettre au spectateur, surtout au plus jeune, de passer un excellent moment. La préhistoire est un formidable terrain de jeu pour Nick Park qui multiplie les clins d’œil référencés et les parallèles avec notre époque, de la mésange vocale au football transformé en culte quasi religieux. D’autant que le film dévoile enfin la vérité sur l’un des grands mystères de notre civilisation : la naissance du foot (on vous donne un indice, ça se passe à Manchester) !

La parodie de films reposant sur des exploits sportifs individuels ou collectifs est d’ailleurs l’aspect le plus savoureux du film, servant de prétexte à une grande quantité de gags assez amusants, notamment lors des entraînements. On est dans un registre évidemment très bon enfant, voire potache, avec jeux de mots décalés, situations détournées et autres pastiches faciles. Le match final est même l’occasion de se moquer (gentiment, à l’image de tout le film) de ce qu’est devenu le foot aujourd’hui, des joueurs milliardaires trop gâtés aux affres de l’arbitrage, en passant par l’argent-roi et l’art de la simulation. Evidemment, il est dommage que tout cela soit si policé, cadré, et un peu attendu. On imagine ce qu’un regard vraiment irrévérencieux aurait pu faire d’un scénario pareil. Mais à défaut, mieux vaut passer un moment agréable en compagnie de ces hommes (et femmes) préhistoriques trop sages que de les boycotter juste parce que nous avions placé trop d'espoirs en eux.
 
MpM

 
 
 
 

haut