alsancak escort izmir escort buca escort bornova escort adana escort amasya escort aydın escort bilecik escort bolu escort burdur escort çanakkale escort çorum escort diyarbakır escort edirne escort erzurum escort giresun escort ısparta escort karabük escort karaman escort kilis escort kıbrıs escort kırşehir escort manisa escort muğla escort niğde escort ordu escort rize escort tokat escort yozgat escort escort konya konya escort konya escort bayan







1917 est une prouesse visuelle épatante avec ce faux plan séquence permanent qui suit deux jeunes soldats sur le front entre tranchées et snipers. Succès inattendu, le film de Sam Mendès est aussi parmi les favoris aux Oscars depuis son Golden Globe.



10 jours sans maman
Amare Amaro
D'étoile en étoile
Des hommes
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Le cas Richard Jewell
Lettre à Franco
Sortilège
Tout peut changer
Une mère incroyable
Wet Season



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
À couteaux tirés
It must be heaven
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'adieu
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis



Star Wars, épisode IX : L'Ascension de Skywalker
La Vérité
Le lac aux oies sauvages
Les deux papes
Official Secrets
Les siffleurs
Les enfants du temps
Nina Wu
Swallow
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 19

 
Pierre Lapin


Royaume Uni / 2018

04.04.2018
 



LAPIN COMPRIS





« - Désolé, mais est-il mort ?
- Non.
- Je croyais que « déménager en France » était un euphémisme.
»

Babe, Stuart Little, Garfield, Alvin, Paddington et bientôt Winnie l’Ourson: les animaux qui parlent sont devenus des héros à part entière du cinéma. Les personnages de la littérature jeunesse et de la bande dessinée sont donc une mine d’or pour le cinéma. Et Pierre Lapin, la création de Beatrix Potter, ne fait pas exception. Par son cadre très british, ses bêtises qui forgent les gags, et son humour élégant, le film se rapproche davantage de Paddington. Mais ici, hormis une incursion aventureuse londonienne, le décor est bucolique et campagnard (dans le nord de l’Angleterre).

Si le film gomme la délicatesse et la poésie des dessins des livres de Potter, il modernise les fables « littéraires » en lui insufflant un ton insolent et une action proprement cinématographique. Sans révolutionner le genre ni bouleverser les codes de la comédie familiale, Pierre Lapin est un spectacle aussi réjouissant que distrayant, charmant que pétillant.

En maniant l’autodérision avec délectation (après tout Pierre est un lapin avec une veste bleue mais sans pantalon), ce conte écologique et « slow-life », a des airs de Ferme des animaux de George Orwell, en moins féroce. En prenant comme « méchant », un jeune homme « british » jusqu’au bout des ongles manicurés, ambitieux, coincé, maniaque et terriblement citadin, le scénario s’offre un parcours balisé vers une comédie romantique dont on devine rapidement la fin. Le personnage féminin, Béa, clin d’œil à l’auteure Beatrix Potter, sera la médiatrice parfaite entre ce dandy dédaigneux en manque d’amour et ce lapin « voleur » et malin. C’est un match ultime entre le mangeur de civet et l’adorateur de carottes.

Fourmillant de bonnes idées et de blagues inspirées, empruntant au burlesque du muet et du cartoon hollywoodien pour la plupart, pas loin de Bugs Bunny versus Elmer Fudd le chasseur, Pierre Lapin est surtout doué avec ses portraits d’animaux, cherchant à chaque fois la faiblesse des uns et des autres, du cerf au cochon, en passant par ses oiseaux qui ne peuvent jamais finir leur chanson à la Disney.

Critique de la société contemporaine comme de la culture britannique (« Tout le monde est brusquement allergique à tout »), le film d’animation ose parfois une drôlerie décalée, la parodie facile, se moquant de lui-même, voire absurde (a-t-on déjà vu un lapin jaloux d’un homme ?). Dans cette « Battle » de « nuls », les facéties amusent, même si on voit bien certains artifices pour remplir une histoire peut-être un peu trop simple.

Mais, bien joué et bien écrit, ce film classique est avant tout rafraichissant. Qui appellera sans doute une suite tant les personnages sont attachants.
 
vincy

 
 
 
 

haut