Ne croyez pas que je hurle est le joyau tant attendu de l'année. Film expérimental et sentimental, audace narrative et visuelle, cette expérience signée Frank Beauvais est aussi délicate que mélancolique, curieuse que hypnotique.



Betty Marcusfeld
Cervin, la montagne du monde
Chambre 212
Donne-moi des ailes
Jacob et les chiens qui parlent
Joker
La fameuse invasion des ours en Sicile
La grande cavale
Nos défaites
On va tout péter
Papicha
Pour Sama
Quelle folie
Soeurs d'armes
Tout est possible



Parasite
Le Roi Lion
Une Fille facile
Viendra le feu
Deux moi
Un jour de pluie à New York
Bacurau
Ne croyez surtout pas que je hurle
Alice et le Maire
Les mondes imaginaires de Jean-François Laguionie



L'œuvre sans auteur
Comme des bêtes 2
Fast and Furious: Hobbs and Shaw
Le Gangster, le Flic et l’Assassin
Once Upon a Time... in Hollywood
Perdrix
Playmobil, le film
Une grande fille
Roubaix, une lumière
Thalasso
Les Baronnes
Late Night
Hauts perchés
Frankie
La vie scolaire
Fête de famille
Les hirondelles de Kaboul
Liberté
Jeanne
Music of My Life
The Bra
Tu mérites un amour
De sable et de feu
Ad Astra
Trois jours et une vie
Portrait de la jeune fille en feu
Au nom de la terre
Downton Abbey
Port Authority
Atlantique
Gemini Man






 (c) Ecran Noir 96 - 19


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 9

 
Dilili à Paris


USA / 2018

10.10.2018
 



LA BELLE ET LES BÊTES





Pas facile de tirer à boulets rouges sur un monument du cinéma d’animation français, et du cinéma mondial en général. Pourtant, il n’y a pas grand-chose à sauver dans le nouveau film de Michel Ocelot, certes pétri de bons sentiments, mais plutôt raté sur un plan scénaristique. Peut-être a-t-on totalement perdu notre âme d’enfant, mais la théâtralité des situations et des dialogues, poussée à son paroxysme dans la diction des personnages, sonne de manière si ridicule à nos oreilles qu’il semble impossible de penser à quoi que ce soit d’autre pendant tout le film. Cette erreur d’appréciation dans la direction d’acteurs coupe complètement le spectateur du récit, pour ne lui en laisser voir que les aspects ampoulés, figés et caricaturaux : répliques sur-écrites, héroïne si excessivement adorable qu'on dirait une poupée articulée, rebondissements mécaniques et prévisibles...

De la même manière, le défilé incessant de célébrités rencontrées par Dilili (ponctué par la sempiternelle même phrase "Je suis heureuse de vous rencontrer" qui finit par jouer les running gags involontaires) fait l’effet d’un insupportable et superficiel name-dropping. D’autant que chaque personnalité (qu’il s’agisse de Colette ou de Picasso, de Pasteur ou Toulouse-Lautrec) fait une apparition trop brève pour que Dilili ait le temps de la rencontrer vraiment. Peut-être le réalisateur compte-t-il sur une forme de connivence avec le spectateur, mais dans ce cas à quoi bon ce procédé terriblement didactique ? Et quid du jeune public qui, lui, ne serait pas au faîte des réalités de la Belle époque ?

On en vient à s’interroger sur le public auquel le film cherche à s’adresser : il tombe des yeux des adultes, et probablement des ados et pré-ados pour qui le récit est trop guindé, et reste hermétique aux plus jeunes qui ne connaissent par les innombrables références, et n’ont de toute façon pas le temps de les découvrir au cours du film, et encore moins de les assimiler. On lance d’ailleurs l’idée aux instituteurs.trices qui auraient malgré tout l’envie de s’emparer du film avec leurs élèves, d’un projet de longue haleine permettant d’expliquer en amont qui sont chacune des célébrités mentionnées, et quelle sont leurs œuvres ou leurs accomplissements, et d’explorer ainsi cette passionnante période de la Belle-Epoque. Quitte à être pédagogique, autant l’être jusqu’au bout, et surtout confier ce soin à des professionnels.

Car sur le papier, Dilili à Paris est loin d’être un film inutile ou anecdotique. Son ambition (dénoncer les violences faites aux femmes et vanter les mérites de la civilisation, de la culture et des arts) serait même particulièrement louable, si le conte ne lorgnait pas dans sa dernière partie vers le discours politique ambivalent. Bien sûr que les petites filles asservies, vêtues de noir et réduites à l’état de meuble, sont un symbole du sort insupportable réservé aux femmes de par le monde. Mais tout dans leur tenue évoque aussi les silhouettes anonymes des femmes voilées intégralement dans les pays musulmans les plus stricts. Michel Ocelot donne ainsi l’impression de stigmatiser une religion, au lieu de dénoncer un état d’esprit qui dépasse largement les contours d’un dogme en particulier. Cette maladresse, que l’on mettra sur le compte de sa trop grande colère face aux violences sexistes et sexuelles, achève de nous détourner d’un film décidément manichéen, à mille lieux des contes subtils et légers auxquels le réalisateur nous avait habitués.
 
MpM

 
 
 
 

haut