Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.



Ailleurs
Calamity, une enfance de Martha Jane Cannary
Effacer l'historique
Ema
Enorme
La daronne
Lux Æterna
Peninsula
Petit pays
Rocks
Tenet
Un pays qui se tient sage



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 21


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 49

 
La Ballade de Buster Scruggs (The Ballad of Buster Scruggs)


USA / 2018

16.11.2018
 



WILD WEST





"Les gens sont facilement distraits"

Deux ans après Ave, César, les frères Coen sont de retour pour un nouveau projet en forme de lettre d’amour adressée aux westerns qui les ont bercés. Explications.

Film à histoires

Western d’anthologie, le film distribué par Netflix raconte en fait six histoires distinctes. Chacune met en scène des légendes du Far West. « La Ballade de Buster Scuggs » nous présente un hors-la-loi à la réputation sulfureuse et provoqué en duel à deux reprises. « Près d’Algodones » s’intéresse à un cowboy qui tente de braquer une banque mais est rattrapé par son destin. « Ticket repas » traite les galères rencontrées par un impresario qui trimballe son cirque ambulant et son unique artiste, Harrison, qui n’a ni bras ni jambes.

Par la suite, « Gorge dorée » retrace la journée pleine de rebondissements d’un orpailleur à deux doigts de trouver un filon d’or. Dans « La fille qui fut sonnée », deux frère et soeur prennent la route de l’Oregon mais rencontrent de nombreuses complications. Enfin, dans « Les Restes mortels », nous assistons à la longue discussion qu’ont cinq passagers d’une diligence aux origines différentes.

Jamais pensé par ses réalisateurs pour être une série (contrairement à ce que l’on a pu lire ici et là), La Ballade de Buster Scruggs est un film à sketches où se rencontrent des personnages aux horizons aussi divers que leurs motivations. Inégal dans la longueur des chapitres et leur qualité, La Ballade de Buster Scruggs n’en est pas moins un long métrage qui vaut le coup d’oeil.

A travers des récits qui n’ont rien en commun - si ce n’est des paysages liés à l’époque dépeinte -, le film en dit long sur la condition humaine, les croyances personnelles et le rejet des conventions. Tout cela est bien évidemment amené sous des thématiques fédératrices et populaires telles que la ruée vers l’or, les freak-shows ou le goût pour les armes à feu (complètement lié au second amendement).

Satire d’une époque révolue, La Ballade de Buster Scruggs porte un regard bienveillant sur cette période digne de La petite maison dans la prairie où l’on se battait littéralement pour s’en sortir, où les femmes étaient trop souvent vues comme une monnaie d’échange et où la solitude n’était pas mal vue mais applaudie.

Grands talents

Pour porter à l’écran ces histoires, Joel et Ethan Coen ne se sont pas entourés de n’importe qui. Buster Scruggs est incarné par un Tim Blake Nelson absolument magistral tandis que l’incapacité de James Franco à mourir dans « Près d’Algodones » a de quoi ravir. Liam Neeson est un impresario rongé mais fidèle dans « Ticket repas » alors que Tom Waits est sans Pitié en chercheur d’or dans « Gorge dorée ». Zoe Kazan sort du lot dans « La fille qui fut sonnée » et Brendan Gleeson donne tout son intérêt à « Les Restes mortels ».

Présenté en compétition officielle à la dernière Mostra de Venise, La Ballade de Buster Scruggs fait logiquement penser aux précédents westerns des frères Coen : No Country for Old Men et True Grit. Et cela, notamment parce que les trois films ont été tournés au Nouveau-Mexique.

Prouesse visuelle et technique à la fois, La Ballade de Buster Scruggs impressionne par la singularité de ses chapitres et des atmosphères créées. Plus méticuleux que jamais, Bruno Delbonnel et Mary Sophres ont fait un travail conséquent sur la photographie et les costumes. A l’instar d’Ave, César, La Ballade de Buster Scruggs rend hommage à une époque pourtant largement représentée au cinéma.

Aussi décalé que leurs précédents films, La Ballade de Buster Scruggs ravira tous les fans des cinéastes. En condensant ce qu’ils savent faire de mieux (les chutes inattendues, les dialogues profonds, les personnages surprenants), Joel et Ethan Cohen pourrait bien avoir signé le film de Noël le plus improbable de l’année.
 
wyzman

 
 
 
 

haut