Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.

Best LawyersNewyork Lawyers




Be Natural
Bitero
Canción Sin Nombre
D'égal à égal
De Gaulle
Ducobu 3
Green Boys
Invisible Man
J'irai décrocher la lune
Kongo
L'esprit de famille
La bonne épouse
La communion
La petite taupe aime la nature
Le capital au XXIe siècle
Les visages de la victoire
Mickey and the Bear
Mon nom est clitoris
Mosquito
Nous les chiens
Pappi-sitter
Radioactive
Si c'était de l'amour
Sonic le film
The Demon Inside
The Great Green Wall
The Hunt
Trois étés
Une sirène à Paris
Visions chamaniques
Where is Jimi Hendrix?
Woman



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 0

 
Pachamama


France / 2018

12.12.2018
 



TERRE ET MÈRE





Nouveau long métrage produit par Folivari (à qui l’on doit notamment Le Grand méchant renard et autres contes et Ernest et Célestine de Benjamin Renner), Pachamama a habité son réalisateur Juan Antin pendant près de quinze ans avant de voir le jour. Deux aspects particuliers lui tenaient à cœur : situer l’intrigue dans un petit village de la cordillère des Andes, à l’époque des conquistadors espagnols, et dresser un parallèle entre le mode de vie vertueux des Indiens et les réflexions environnementales actuelles.

Si ces deux objectifs semblent globalement remplis, la trame de l’intrigue elle-même ne brille pas par son originalité puisqu'il s’agit d’une classique quête initiatique menant deux enfants jusqu'à la grande capitale Cuzco pour retrouver la statuette protectrice de leur village. C’est l’occasion pour le film d’opposer les valeurs spirituelles des anciens au matérialisme et à l’avidité sanguinaires du Roi inca puis des conquistadors. Suivent de nombreux rebondissements plaisants qui permettent de rythmer le récit avec un mélange de tension et de légèreté.

Le dessin naïf et coloré (avec une dominante de roses, d’oranges et de violets) ramène systématiquement le récit du côté du conte. Malgré la violence dont ils font preuve, Les « méchants » de service sont d’ailleurs assez désincarnés, presque ridicules. Ils ne font pas le poids face à la « Pachamama » (la déesse terre avec laquelle les Andins vivent en harmonie) et sa force naturelle stupéfiante. C’est elle la véritable héroïne du film qui tient le destin des hommes entre ses mains, généreuse avec ceux qui la respectent, cruelle avec les autres. Tantôt nourricière, tantôt destructrice, elle incarne l’équilibre à trouver entre la nature et les hommes, équilibre qui s’avère tout aussi nécessaire aujourd'hui, si ce n’est plus, qu’au temps des Incas. On peut trouver la fable un brin épaisse, voire schématique, elle n’en demeure pas moins terriblement pertinente.
 
MpM

 
 
 
 

haut