alsancak escort izmir escort buca escort bornova escort adana escort amasya escort aydın escort bilecik escort bolu escort burdur escort çanakkale escort çorum escort diyarbakır escort edirne escort erzurum escort giresun escort ısparta escort karabük escort karaman escort kilis escort kıbrıs escort kırşehir escort manisa escort muğla escort niğde escort ordu escort rize escort tokat escort yozgat escort escort konya konya escort konya escort bayan







L'Adieu de Lulu Wang est à la fois un portrait de famille et un portrait de la Chine contemporaine qui refuse de reconnaître ses faiblesses. Un voyage initiatique sensible et touchant, porté par une mise en scène qui oscille entre le burlesque et le documentaire.



1917
3 aventures de Brooke
Bad Boys For Life
Douze mille
Je ne rêve que de vous
L'Apollon de Gaza
La Llorana
Le fleuve sera jour et nuit
Marche avec les loups
Scandale
Selfie
Swallow
Système K
The Grudge
Une belle équipe



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
À couteaux tirés
It must be heaven
Le Voyage du Prince
Ils aimaient la vie (Kanal)
Jeune Juliette
La vie invisible d'Euridice Gusmao
Marriage Story
The Lighthouse
First Love, le dernier Yakusa
Les filles du Docteur March
L'adieu
L'extraordinaire voyage de Marona



La reine des neiges 2
Le Roi
Gloria Mundi
Chanson douce
L'orphelinat
Last Christmas
Proxima
Brooklyn Affairs
La Famille Addams
Lola vers la mer
Une vie cachée
Notre Dame
Star Wars, épisode IX : L'Ascension de Skywalker
La Vérité
Cunningham
Le lac aux oies sauvages
Les deux papes
Official Secrets
Les siffleurs
Les enfants du temps
Nina Wu






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 0

 
Pachamama


France / 2018

12.12.2018
 



TERRE ET MÈRE





Nouveau long métrage produit par Folivari (à qui l’on doit notamment Le Grand méchant renard et autres contes et Ernest et Célestine de Benjamin Renner), Pachamama a habité son réalisateur Juan Antin pendant près de quinze ans avant de voir le jour. Deux aspects particuliers lui tenaient à cœur : situer l’intrigue dans un petit village de la cordillère des Andes, à l’époque des conquistadors espagnols, et dresser un parallèle entre le mode de vie vertueux des Indiens et les réflexions environnementales actuelles.

Si ces deux objectifs semblent globalement remplis, la trame de l’intrigue elle-même ne brille pas par son originalité puisqu'il s’agit d’une classique quête initiatique menant deux enfants jusqu'à la grande capitale Cuzco pour retrouver la statuette protectrice de leur village. C’est l’occasion pour le film d’opposer les valeurs spirituelles des anciens au matérialisme et à l’avidité sanguinaires du Roi inca puis des conquistadors. Suivent de nombreux rebondissements plaisants qui permettent de rythmer le récit avec un mélange de tension et de légèreté.

Le dessin naïf et coloré (avec une dominante de roses, d’oranges et de violets) ramène systématiquement le récit du côté du conte. Malgré la violence dont ils font preuve, Les « méchants » de service sont d’ailleurs assez désincarnés, presque ridicules. Ils ne font pas le poids face à la « Pachamama » (la déesse terre avec laquelle les Andins vivent en harmonie) et sa force naturelle stupéfiante. C’est elle la véritable héroïne du film qui tient le destin des hommes entre ses mains, généreuse avec ceux qui la respectent, cruelle avec les autres. Tantôt nourricière, tantôt destructrice, elle incarne l’équilibre à trouver entre la nature et les hommes, équilibre qui s’avère tout aussi nécessaire aujourd'hui, si ce n’est plus, qu’au temps des Incas. On peut trouver la fable un brin épaisse, voire schématique, elle n’en demeure pas moins terriblement pertinente.
 
MpM

 
 
 
 

haut