alsancak escort izmir escort buca escort bornova escort adana escort amasya escort aydın escort bilecik escort bolu escort burdur escort çanakkale escort çorum escort diyarbakır escort edirne escort erzurum escort giresun escort ısparta escort karabük escort karaman escort kilis escort kıbrıs escort kırşehir escort manisa escort muğla escort niğde escort ordu escort rize escort tokat escort yozgat escort escort konya konya escort konya escort bayan







1917 est une prouesse visuelle épatante avec ce faux plan séquence permanent qui suit deux jeunes soldats sur le front entre tranchées et snipers. Succès inattendu, le film de Sam Mendès est aussi parmi les favoris aux Oscars depuis son Golden Globe.



Adoration
Bad Boys For Life
Garanbadal
Je voudrais que quelqu'un m'attende quelque part
K contraire
La Llorana
Le photographe
Le réseau Shelburn
Luciérnagas
Nanga Parbat
Pygmalionnes
Qu'un sang impur
Scandale



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
À couteaux tirés
It must be heaven
Le Voyage du Prince
Ils aimaient la vie (Kanal)
Jeune Juliette
La vie invisible d'Euridice Gusmao
Marriage Story
The Lighthouse
First Love, le dernier Yakusa
Les filles du Docteur March
L'adieu
L'extraordinaire voyage de Marona
1917



La reine des neiges 2
Le Roi
Gloria Mundi
Chanson douce
L'orphelinat
Last Christmas
Proxima
Brooklyn Affairs
La Famille Addams
Lola vers la mer
Une vie cachée
Notre Dame
Star Wars, épisode IX : L'Ascension de Skywalker
La Vérité
Cunningham
Le lac aux oies sauvages
Les deux papes
Official Secrets
Les siffleurs
Les enfants du temps
Nina Wu
Swallow
Je ne rêve que de vous






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 1

 
Celle que vous croyez


France / 2019

27.02.2019
 



L’ÂGE DE LA DÉRAISON





Safy Nebbou aime les personnages obsessionnels, qui se perdent, dans une forêt de Sibérie, un piège qui se referme ou une relation toxique. Il n’est pas surprenant qu’il ait voulu adapter le roman de Camille Laurens, Celle que vous croyez. Le personnage double de Claire/Clara lui offre un thriller aux accents hitchcockiens, où l’identité trouble affronte le passage du virtuel au réel, de la résistance à la résignation, du mensonge à la vérité. Le mensonge concernant aussi bien soi-même que celui aux autres.

Le titre est d’autant plus intéressant qu’il joue sur une ambiguïté. Celle que vous croyez renvoie le spectateur et les autres personnages du film à ce mensonge : Claire s’est créé un double sur les réseaux, Clara, pour draguer un jeune homme, dont, finalement, elle tombe amoureuse. Celui-ci croit que Clara existe et ignore tout de Claire. Clara est l’avatar jeune d’une quinquagénaire qui n’accepte pas le couperet de l’âge.

Et c’est là, la deuxième façon de lire le titre. Celle que vous croyez s’adresse aussi à Claire. Elle croit qu’elle est Clara, elle croit qu’elle a encore la vingtaine. Elle croit à ce personnage inventé parce qu’elle est amoureuse d’un homme qui aime sa fausse identité.

Juliette Binoche est parfaite pour le rôle, passant du sourire naturel et envoûteur aux angoisses plus dramatiques, de la séductrice qui s’amuse à la femme terrifiée par l’abandon. Névrosée, paumée, son itinéraire nous semble bien plus intéressant que les stéréotypes sur les réseaux sociaux – le scénario aurait mérité d’être un peu plus critique sur le sujet - et le suspens parfois malhabile, à l’image d’un rythme tantôt haletant, tantôt pesant.

Le jeu de miroir que Nebbou propose, s’il n’est pas complètement abouti et si la réflexion aurait pu être plus profonde, parvient malgré tout à refléter un air du temps et les abimes dans lequel il nous entraîne. Le cinéaste semble s’être freiné sur les excès induits par cette liaison dangereuse et faussée, atténuant l’emprise, édulcorant la passion. Pourtant, c’est parfois incisif et c’est souvent lucide. Et le désir, même s’il manque de chair dans cette lumière froide, est suffisamment palpable pour mettre de l’énergie dans ce vertigineux portrait de femme pas vraiment conventionnelle.

C’est d’ailleurs cette facette – la vérité, la lucidité, l’affranchissement des règles qui poussent Claire à ce jeu avec son je - et toutes les peurs qui accompagnent cet escape game de l’ego, que maîtrise le mieux le réalisateur, à travers l’échange psychanalytique (avec Nicole Garcia, superbe dans le rôle d’une psy déstabilisée dans ses certitudes et son savoir). Cette dialectique est autrement plus foisonnante et enrichissante tant elle pointe les dysfonctionnements d’une humanité dépassée par sa propre évolution.
 
vincy

 
 
 
 

haut