Et puis nous danserons était l'un de coups de cœur cannois. Enivrant, exaltant, brillant! La répression des homosexuels et l'élan romantique qui prend tous les risques, la danse comme lien sensuel et la musique euphorisante. A voir! A découvrir!



Adults in the Room
Amour-eux
And then We Danced
Furie
J'ai perdu mon corps
L'audition
L'instant infini
La belle époque
le char et l'olivier
Le monde animé de Grimault
Le voyage dans la lune
Le voyage du pèlerin
Midway
Place des victoires
Princes et vagabonds
Une Colonie
Vitis Prohibita



Un jour de pluie à New York
Bacurau
Ne croyez surtout pas que je hurle
Alice et le Maire
Les mondes imaginaires de Jean-François Laguionie
Chambre 212
Joker
Pour Sama
Shaun le mouton le film : la ferme contre-attaque
La cordillère des songes



Once Upon a Time... in Hollywood
La vie scolaire
Les hirondelles de Kaboul
Ad Astra
Portrait de la jeune fille en feu
Au nom de la terre
Downton Abbey
Port Authority
Atlantique
Gemini Man
Donne-moi des ailes
Jacob et les chiens qui parlent
La fameuse invasion des ours en Sicile
Nos défaites
Papicha
La bonne réputation
Maléfique 2: le pouvoir du mal
Martin Eden
Matthias & Maxime
Queens
Abominable
5 est le numéro parfait
Hors normes
Au bout du monde
Sorry We Missed You
Le Traître
Retour à Zombieland
Mon chien stupide
The Laundromat
Un monde plus grand






 (c) Ecran Noir 96 - 19


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 1

 
Celle que vous croyez


France / 2019

27.02.2019
 



L’ÂGE DE LA DÉRAISON





Safy Nebbou aime les personnages obsessionnels, qui se perdent, dans une forêt de Sibérie, un piège qui se referme ou une relation toxique. Il n’est pas surprenant qu’il ait voulu adapter le roman de Camille Laurens, Celle que vous croyez. Le personnage double de Claire/Clara lui offre un thriller aux accents hitchcockiens, où l’identité trouble affronte le passage du virtuel au réel, de la résistance à la résignation, du mensonge à la vérité. Le mensonge concernant aussi bien soi-même que celui aux autres.

Le titre est d’autant plus intéressant qu’il joue sur une ambiguïté. Celle que vous croyez renvoie le spectateur et les autres personnages du film à ce mensonge : Claire s’est créé un double sur les réseaux, Clara, pour draguer un jeune homme, dont, finalement, elle tombe amoureuse. Celui-ci croit que Clara existe et ignore tout de Claire. Clara est l’avatar jeune d’une quinquagénaire qui n’accepte pas le couperet de l’âge.

Et c’est là, la deuxième façon de lire le titre. Celle que vous croyez s’adresse aussi à Claire. Elle croit qu’elle est Clara, elle croit qu’elle a encore la vingtaine. Elle croit à ce personnage inventé parce qu’elle est amoureuse d’un homme qui aime sa fausse identité.

Juliette Binoche est parfaite pour le rôle, passant du sourire naturel et envoûteur aux angoisses plus dramatiques, de la séductrice qui s’amuse à la femme terrifiée par l’abandon. Névrosée, paumée, son itinéraire nous semble bien plus intéressant que les stéréotypes sur les réseaux sociaux – le scénario aurait mérité d’être un peu plus critique sur le sujet - et le suspens parfois malhabile, à l’image d’un rythme tantôt haletant, tantôt pesant.

Le jeu de miroir que Nebbou propose, s’il n’est pas complètement abouti et si la réflexion aurait pu être plus profonde, parvient malgré tout à refléter un air du temps et les abimes dans lequel il nous entraîne. Le cinéaste semble s’être freiné sur les excès induits par cette liaison dangereuse et faussée, atténuant l’emprise, édulcorant la passion. Pourtant, c’est parfois incisif et c’est souvent lucide. Et le désir, même s’il manque de chair dans cette lumière froide, est suffisamment palpable pour mettre de l’énergie dans ce vertigineux portrait de femme pas vraiment conventionnelle.

C’est d’ailleurs cette facette – la vérité, la lucidité, l’affranchissement des règles qui poussent Claire à ce jeu avec son je - et toutes les peurs qui accompagnent cet escape game de l’ego, que maîtrise le mieux le réalisateur, à travers l’échange psychanalytique (avec Nicole Garcia, superbe dans le rôle d’une psy déstabilisée dans ses certitudes et son savoir). Cette dialectique est autrement plus foisonnante et enrichissante tant elle pointe les dysfonctionnements d’une humanité dépassée par sa propre évolution.
 
vincy

 
 
 
 

haut