Yesterday est un bon feel-good movie, mix de comédie romantique, de film musical et de satire sociétale autour des chansons des Beatles. Danny Boyle fait un détour vers la comédie populaire dans sa vieille Angleterre avec au scénario l’auteur de Quatre mariages et un enterrement et de Love Actually.



100 kilos d'étoiles
Folle nuit russe
Her Smell
L'œuvre sans auteur
Le coup du siècle
Le Roi Lion
Le voyage de Marta
Les beaux menteurs
Navajo Songline
Persona Non Grata
Roads
Te Ata
Wild Rose
Yuli



Tremblements
Drôles de cigognes
Les météorites
Petra
Douleur et Gloire
Tous les Dieux du ciel
Parasite
Etre vivant et le savoir
So long, My son



Avengers: Endgame
L'Adieu à la nuit
Gloria Bell
Coeurs ennemis
Jessica Forever
Hellboy
Les Crevettes pailletées
Le jeune Ahmed
Les plus belles années d’une vie
Rocketman
Sibyl
The Dead don't Die
Amazing Grace
Greta
Les Particules
Men in Black International
Zombi Child
X-Men: Dark Phoenix
Spider-Man: Far From Home
Yesterday
Anna
Les enfants de la mer
Uglydolls
Vita & Virginia






 (c) Ecran Noir 96 - 19


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 0

 
Tito et les oiseaux (Tito e os Pássaros)


/ 2018

03.04.2019
 



PIERRE QUI ROULE N’AMASSE PAS FROUSSE





« La peur se transmet par les idées. »

Sur une trame assez classique (un jeune garçon orphelin veut poursuivre l’œuvre de son père, et se retrouve à être le seul capable d’endiguer une grave épidémie), le trio de réalisateurs brésiliens Gustavo Steinberg, Gabriel Bitar et André Catoto propose un récit d’aventures et d’amitié qui ne manque pas de panache. Mais au-delà des ressorts habituels dans ce genre d’histoire, le film a la particularité d’offrir un regard acéré sur le Brésil et plus généralement sur la société contemporaine en imaginant une maladie mortelle frappant aveuglément les gens qui ont peur.

Les victimes, transformées en pierre, sont ainsi littéralement tétanisées par l’effroi qu’elles ressentent, et deviennent incapables du moindre réflexe de survie. Une arme redoutable pour éviter toute rébellion, contestation ou quelconque forme de révolte, et un argument marketing de poids pour inciter les citoyens à se protéger toujours plus. Mais aussi, allégoriquement, une démonstration de la manière dont certaines idées haineuses et manipulatrices véhiculent une angoisse mortifère et rendent des peuples entiers impuissants (indifférents ?) face à l’horreur ou l’injustice.

L’autre singularité du film est la manière dont il a été fabriqué. Budget réduit oblige, son esthétique est minimaliste : personnages peu détaillés, décors stylisées peints à grands traits, textures utilisées comme une composante à part entière de l’animation… On est bien loin du design un peu propre des films d’animation hollywoodiens ou japonais. Le geste n’en est que plus passionnant, revenant à une forme d’épure et d’esquisse qui synthétise, dans ses traits, le sentiment d’urgence du récit. Parce que le cinéma d’animation n’est pas seulement une manière de recréer le monde image par image, mais aussi une façon de se l’approprier visuellement en fonction d’une histoire, d’une tonalité et d’un contexte. Le pari est donc réussi pour cette fable initiatique percutante et forte que l’on espère suivie de beaucoup d’autres dans le même esprit.
 
MpM

 
 
 
 

haut