J'veux du soleil pointe ses caméras sur les rond-points, pour écouter les "gilets jaunes" ou plutôt la classe moyenne occidentale de plus en plus précarisée. Un instantané d'une époque pour lutter contre la misère.



90's
Aujourd'hui, rien
Avengers: Endgame
Debout
Disperata
Empathie
Je vois rouge
L'Adieu à la nuit
L'esprit Le Corbusier
La miséricorde de la jungle
Mais vous êtes fous
Monrovia, Indiana
Ne coupez pas!
Un tramway à Jérusalem
Victor & Célia



Green Book: sur les routes du sud
M
Us
Boy Erased
C'est ça l'amour
Sergio et Sergeï
Synonymes
J'veux du soleil



Grâce à Dieu
Le Chant du loup
Les éternels
Captain Marvel
Exfiltrés
Le garçon qui dompta le vent
Le mystère Henri Pick
Triple frontière
McQueen
Rosie Davis
Ma vie avec John F. Donovan
Convoi exceptionnel
Aïlo : une odyssée en Laponie
Entre les roseaux
Sunset
Companeros
Dumbo
Los silencios
La Lutte des classes
Shazam!
Tel Aviv on Fire
Terra Willy, planète inconnue
Tito et les oiseaux
Blanche comme Neige
Le vent de la liberté
Les oiseaux de passage
Ray & Liz
The Highwaymen
Alpha - The Right to Kill
After : Chapitre 1
El Reino
Raoul Taburin
Liz et l'oiseau bleu
The Highwaymen






 (c) Ecran Noir 96 - 19


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 0

 
Tito et les oiseaux (Tito e os Pássaros)


/ 2018

03.04.2019
 



PIERRE QUI ROULE N’AMASSE PAS FROUSSE





« La peur se transmet par les idées. »

Sur une trame assez classique (un jeune garçon orphelin veut poursuivre l’œuvre de son père, et se retrouve à être le seul capable d’endiguer une grave épidémie), le trio de réalisateurs brésiliens Gustavo Steinberg, Gabriel Bitar et André Catoto propose un récit d’aventures et d’amitié qui ne manque pas de panache. Mais au-delà des ressorts habituels dans ce genre d’histoire, le film a la particularité d’offrir un regard acéré sur le Brésil et plus généralement sur la société contemporaine en imaginant une maladie mortelle frappant aveuglément les gens qui ont peur.

Les victimes, transformées en pierre, sont ainsi littéralement tétanisées par l’effroi qu’elles ressentent, et deviennent incapables du moindre réflexe de survie. Une arme redoutable pour éviter toute rébellion, contestation ou quelconque forme de révolte, et un argument marketing de poids pour inciter les citoyens à se protéger toujours plus. Mais aussi, allégoriquement, une démonstration de la manière dont certaines idées haineuses et manipulatrices véhiculent une angoisse mortifère et rendent des peuples entiers impuissants (indifférents ?) face à l’horreur ou l’injustice.

L’autre singularité du film est la manière dont il a été fabriqué. Budget réduit oblige, son esthétique est minimaliste : personnages peu détaillés, décors stylisées peints à grands traits, textures utilisées comme une composante à part entière de l’animation… On est bien loin du design un peu propre des films d’animation hollywoodiens ou japonais. Le geste n’en est que plus passionnant, revenant à une forme d’épure et d’esquisse qui synthétise, dans ses traits, le sentiment d’urgence du récit. Parce que le cinéma d’animation n’est pas seulement une manière de recréer le monde image par image, mais aussi une façon de se l’approprier visuellement en fonction d’une histoire, d’une tonalité et d’un contexte. Le pari est donc réussi pour cette fable initiatique percutante et forte que l’on espère suivie de beaucoup d’autres dans le même esprit.
 
MpM

 
 
 
 

haut