Yesterday est un bon feel-good movie, mix de comédie romantique, de film musical et de satire sociétale autour des chansons des Beatles. Danny Boyle fait un détour vers la comédie populaire dans sa vieille Angleterre avec au scénario l’auteur de Quatre mariages et un enterrement et de Love Actually.



100 kilos d'étoiles
Folle nuit russe
Her Smell
L'œuvre sans auteur
Le coup du siècle
Le Roi Lion
Le voyage de Marta
Les beaux menteurs
Navajo Songline
Persona Non Grata
Roads
Te Ata
Wild Rose
Yuli



Tremblements
Drôles de cigognes
Les météorites
Petra
Douleur et Gloire
Tous les Dieux du ciel
Parasite
Etre vivant et le savoir
So long, My son



Avengers: Endgame
L'Adieu à la nuit
Gloria Bell
Coeurs ennemis
Jessica Forever
Hellboy
Les Crevettes pailletées
Le jeune Ahmed
Les plus belles années d’une vie
Rocketman
Sibyl
The Dead don't Die
Amazing Grace
Greta
Les Particules
Men in Black International
Zombi Child
X-Men: Dark Phoenix
Spider-Man: Far From Home
Yesterday
Anna
Les enfants de la mer
Uglydolls
Vita & Virginia






 (c) Ecran Noir 96 - 19


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 0

 
Tel Aviv on Fire


Palestine / 2018

03.04.2019
 



DRÔLE DE FLAMME





Dans le registre de la comédie absurde du Proche-Orient, Tel Aviv on Fire est un bon ambassadeur. Acide et noir, ce film corrosif, profondément humaniste, appuie parfois trop fort sur son message réconciliateur, mais il tente un difficile exercice d’équilibrisme entre deux points de vue antagonistes, deux pays en guerre, deux genres – l’humour et le suspens.

Mais comme tout le monde aime le houmous, le chemin de la paix n’est jamais très loin, malgré les frontières, les murs, les préjugés. Le conflit volcanique entre Israël et la Palestine trouve ici une forme réjouissante de satire, au point d’oublier les morts, les drames, et d’avoir un peu d’espoir et un grand sourire sur la fin.

Feel-good movie parfois maladroit mais toujours touchant, Tel Aviv on Fire assume sa vulnérabilité et son kitsch. Tel un feuilleton télévisé, puisqu’il s’agit de l’histoire d’un tournage d’une série, le romantisme factice sert de vernis à un discours politique gigogne, où chacun en prend pour son grade.

Car c’est bien une comédie politique dans ce film qui souffre parfois de son manque de moyens. On pense alors à To Be or Not to Be d’Ernst Lubitsch, quand le tragique et le burlesque s’allient pour un combat commun, soulignant l’ironie des situations.

Si la forme est peu convaincante, mais plaisante, l’écriture est d’une finesse exquise. A l’époque des infox et des cristallisations nationalistes, Tel Aviv on Fire cherche un consensus où l’imagination prend le pouvoir, ce que les cyniques et adeptes de la real-politik réprouveront, mais que les spectateurs applaudiront, espérant toujours que la paix l’emporte sur ce bout de terre promise, toujours en feu.
 
vincy

 
 
 
 

haut