J'veux du soleil pointe ses caméras sur les rond-points, pour écouter les "gilets jaunes" ou plutôt la classe moyenne occidentale de plus en plus précarisée. Un instantané d'une époque pour lutter contre la misère.



90's
Aujourd'hui, rien
Avengers: Endgame
Debout
Disperata
Empathie
Je vois rouge
L'Adieu à la nuit
L'esprit Le Corbusier
La miséricorde de la jungle
Mais vous êtes fous
Monrovia, Indiana
Ne coupez pas!
Un tramway à Jérusalem
Victor & Célia



Green Book: sur les routes du sud
M
Us
Boy Erased
C'est ça l'amour
Sergio et Sergeï
Synonymes
J'veux du soleil



Grâce à Dieu
Le Chant du loup
Les éternels
Captain Marvel
Exfiltrés
Le garçon qui dompta le vent
Le mystère Henri Pick
Triple frontière
McQueen
Rosie Davis
Ma vie avec John F. Donovan
Convoi exceptionnel
Aïlo : une odyssée en Laponie
Entre les roseaux
Sunset
Companeros
Dumbo
Los silencios
La Lutte des classes
Shazam!
Tel Aviv on Fire
Terra Willy, planète inconnue
Tito et les oiseaux
Blanche comme Neige
Le vent de la liberté
Les oiseaux de passage
Ray & Liz
The Highwaymen
Alpha - The Right to Kill
After : Chapitre 1
El Reino
Raoul Taburin
Liz et l'oiseau bleu
The Highwaymen






 (c) Ecran Noir 96 - 19


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 0

 
Tel Aviv on Fire


Palestine / 2018

03.04.2019
 



DRÔLE DE FLAMME





Dans le registre de la comédie absurde du Proche-Orient, Tel Aviv on Fire est un bon ambassadeur. Acide et noir, ce film corrosif, profondément humaniste, appuie parfois trop fort sur son message réconciliateur, mais il tente un difficile exercice d’équilibrisme entre deux points de vue antagonistes, deux pays en guerre, deux genres – l’humour et le suspens.

Mais comme tout le monde aime le houmous, le chemin de la paix n’est jamais très loin, malgré les frontières, les murs, les préjugés. Le conflit volcanique entre Israël et la Palestine trouve ici une forme réjouissante de satire, au point d’oublier les morts, les drames, et d’avoir un peu d’espoir et un grand sourire sur la fin.

Feel-good movie parfois maladroit mais toujours touchant, Tel Aviv on Fire assume sa vulnérabilité et son kitsch. Tel un feuilleton télévisé, puisqu’il s’agit de l’histoire d’un tournage d’une série, le romantisme factice sert de vernis à un discours politique gigogne, où chacun en prend pour son grade.

Car c’est bien une comédie politique dans ce film qui souffre parfois de son manque de moyens. On pense alors à To Be or Not to Be d’Ernst Lubitsch, quand le tragique et le burlesque s’allient pour un combat commun, soulignant l’ironie des situations.

Si la forme est peu convaincante, mais plaisante, l’écriture est d’une finesse exquise. A l’époque des infox et des cristallisations nationalistes, Tel Aviv on Fire cherche un consensus où l’imagination prend le pouvoir, ce que les cyniques et adeptes de la real-politik réprouveront, mais que les spectateurs applaudiront, espérant toujours que la paix l’emporte sur ce bout de terre promise, toujours en feu.
 
vincy

 
 
 
 

haut