Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.

Best LawyersNewyork Lawyers




Canción Sin Nombre
De Gaulle
Eté 85
L'envolée
La bonne épouse
La communion
Le capital au XXIe siècle
Lucky Strike
Radioactive
Une sirène à Paris



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 2

 
Tolkien


Royaume Uni / 2019

19.06.2019
 



LE SENS DES MAUX





« Ne marchez pas sur la pelouse ! »

Le réalisateur Dome Karukoski a décidément trouver le ton pour raconter la véritable vie de personnalité cultes. Après un Tom of Finland malin et assez épatant, il livre une vision toute aussi intimiste et somptueuse de l’écrivain Tolkien, auteur du Hobbit et du Seigneur des Anneaux.

Si l’artiste gay Tom of Finland puisait une partie de son inspiration dans la seconde guerre mondiale, l’auteur « fantasy » J.R.R. Tolkien n’a eu qu’à piocher dans la première guerre mondiale et ses tranchées traumatisantes.

Mais Karukoski ne se limite pas à ce simple lien entre la boucherie en Picardie et le Mordor imaginaire et inhospitalier de sa célèbre trilogie. Tolkien est un mélange habile entre ses sources d’inspiration, ses influences, son imagination (des langues oubliées ou inventées aux dessins de monstre, de la mythologie germanique aux talents de conteuse de sa mère) et son vécu personnel (orphelin, amoureux d’une Elfe aimant Wagner – Lily Collins, idéale pour le rôle -, membre d’une fraternité amicale inaliénable).

Ce récit est avant tout une découverte. Qui connaît finalement l’écrivain ? C’est aussi une traduction : visuellement, le cinéaste insère ici et là une imagerie presque subliminale des monstres et des héros de l’univers qui germe en lui. C’est enfin le portrait d’un jeune homme qui subit un destin peu compatissant et se détermine, par chance et par choix, à forger sa propre voie sans savoir qu’elle va le mener à la célébrité. Qui aurait pu croire que ses histoires à dormir debout, avec des personnages fantasmagoriques et des langues barbares, allaient conquérir des générations de lecteurs (puis de spectateurs) ?

« Reste en vie et reviens-moi »

Erudit, créatif, ironique, obstiné, brillant, le jeune Tolkien est attachant (et Nicholas Hoult l’incarne parfaitement). Le réalisateur et les scénaristes en ont fait un étudiant britannique normal, même si ses obsessions n’étaient pas forcément banales. Bien sûr, l’horreur de sa condition et celle de la guerre sont davantage esthétisées que réalistes, à la manière d’un film de Joe Wright. On ne ressent pas l’âpreté ni la dureté de sa jeunesse. Mais, comme avec Tom of Finland, ce n’est pas le propos de Karukoski, qui aime séduire, happer le spectateur pour le faire entrer dans le monde d’un artiste. Il ne révolutionne pas le cinéma tout comme ces jeunes étudiants ne changent pas le monde, mais il veut démontrer que l’art – son cinéma comme les œuvres de Tom of Finland et de J.R.R. Tolkien - a ce pouvoir et cette volonté d’ouvrir les yeux sur notre monde.

Malgré une construction sans doute trop classique, et un enjeu romantique assez convenu, la mise en scène, très fluide, voire alerte, valorise aussi bien ce tableau d’une société anglaise assez étouffante que la psychologie des personnages, aspirant à une certaine liberté. Tolkien, entre son complexe social et ses nourritures culturelles, semble ainsi emprunter un parcours assez classique tout se singularisant continuellement de son environnement. Le plafond de verre impossible à briser vaut d’ailleurs aussi bien pour lui que pour Edith, comme si leur condition d’orphelins les réunissaient tout en les condamnant.

Si le cadre politique et idéologique reste en arrière-plan, le réalisateur n’omet pas d’être plus précis ce qui a motivé les écrits de l’auteur, tout ce qui a innervé ses romans. En cherchant davantage à illustrer ce sens des mots, cet amour des langues, plutôt qu’à décrire platement les épisodes de la jeunesse d’un écrivain, Karukoski met en lumière ce qui fait l’artiste, ce mix entre connaissance, passion et talent. Entre l’inné et l’acquis, l’intuition et la démonstration. Même s’il bride son film avant qu’il n’atteigne la folie et les enfers, le cinéaste palpe la fièvre (créatrice ou maladive) de son personnage.

« J’aime les livres... »

Le film réussit finalement à nous faire connaître un personnage passablement névrosé et à comprendre son œuvre particulièrement dérangée. Cela tient à quelques séquences où l’on suffoque dans cette société corsetée ou, a contrario, on respire un grand bol d’oxygène quand les personnages lâchent prise. Entre sentiments volés et affection contrariée, on pourrait croire à un mélo, là, où, en fait, Tolkien est une œuvre mélancolique, où la mort plane partout.

Il suffit d’admirer cette belle scène où la mère de Geoffrey demande au professeur Tolkien de faire revivre son fils mort au combat dans le club où ils se réunissaient tous après les cours. Cet attachement au bonheur disparu s’avère un fondement essentiel de l’œuvre de Tolkien. Même si, dans ce biopic, on préfère terminer sur une liberté retrouvée, ou plutôt, à l’instar de Tom of Finland, conquise de haute lutte.
 
vincy

 
 
 
 

haut