alsancak escort izmir escort buca escort bornova escort adana escort amasya escort aydın escort bilecik escort bolu escort burdur escort çanakkale escort çorum escort diyarbakır escort edirne escort erzurum escort giresun escort ısparta escort karabük escort karaman escort kilis escort kıbrıs escort kırşehir escort manisa escort muğla escort niğde escort ordu escort rize escort tokat escort yozgat escort escort konya konya escort konya escort bayan







1917 est une prouesse visuelle épatante avec ce faux plan séquence permanent qui suit deux jeunes soldats sur le front entre tranchées et snipers. Succès inattendu, le film de Sam Mendès est aussi parmi les favoris aux Oscars depuis son Golden Globe.



10 jours sans maman
Amare Amaro
D'étoile en étoile
Des hommes
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Le cas Richard Jewell
Lettre à Franco
Sortilège
Tout peut changer
Une mère incroyable
Wet Season



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
À couteaux tirés
It must be heaven
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'adieu
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis



Star Wars, épisode IX : L'Ascension de Skywalker
La Vérité
Le lac aux oies sauvages
Les deux papes
Official Secrets
Les siffleurs
Les enfants du temps
Nina Wu
Swallow
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 0

 
La vie scolaire


France / 2019

28.08.2019
 



LES ANNEES COLLEGE





Après la bonne surprise de Patients, le duo Grand Corps Malade / Mehdi Idir était attendu au tournant. La vie scolaire reprend à peu près les mêmes recettes : la cohésion de groupe, les différences individuelles, une forme de huis-clos dans une institution, l’équilibre entre comédie et drame, le panache des uns et le combat des autres.

La bienveillance du ton, pour ne pas dire la compassion qui s’en dégage, n’a pourtant rien de niais ou de simplet. Leur sensibilité font du collège autre chose qu’un décor de sitcom ou un cadre pour film social à tendance sordide. Cela reste un feel-good movie, mais les deux cinéastes évitent aussi bien les clichés que les jugements.

Le constat, derrière cette chronique, est assez sombre – la banlieue comme le système scolaire sont mal en point – mais le film lui apporte ce qu’il faut de lumière (la volonté humaine) pour que La vie scolaire ne soit pas désespéré et désespérant.

Cela tient beaucoup au maniement de la langue, au naturel des comédiens, aux répliques bien cousues, à ce « je » et ce jeu de l’éloquence aussi vif que désopilant. Leur vision humaniste fait le reste et apporte de la fraîcheur dans la comédie populaire française, sans renier le contexte social. Le film flirte ainsi avec l’influence des comédies britanniques.

Cette énergie, qui de temps en temps s’essouffle, qui manque certainement d’un peu d’originalité dans le choix des points de vue , se retrouve aussi dans certaines belles inspirations cinématographiques (aux références plus américaines, à l’instar de ce beau plan séquence).

Cette deuxième auto-fiction, à cheval entre le documentaire et les souvenirs personnels, est une fois de plus une lutte contre le fatalisme et le déterminisme. Tout le monde est coupable de la situation, mais certains croient en des solutions. Ici pour survivre aux drames, il faut mieux être drôle. Car c’est plus dans la fausse impro et dans l’enthousiasme collectif que La vie scolaire puise sa force et fait adhérer à un fragile espoir.
 
vincy

 
 
 
 

haut