Viendra le feu a reçu le prix du jury Un certain regard. Le film d'Oliver Laxe laisse au spectateur toute liberté de se projeter dans le film pour y lire son propre rapport à la nature et ses propres obsessions face à la déliquescence du monde.



Ça - chapitre 2
Ça marche !?
Deux moi
Jeanne
L'insensible
Lucky Day
Mjolk
Music of My Life
Tempo Comum
The Bra
Tu mérites un amour
Un petit air de famille
Une joie secrète



Parasite
Toy Story 4
Le Roi Lion
Give Me Liberty
Ils reviennent...
L'étincelle, une histoire des luttes LGBT +
Fanny & Alexandre
Une Fille facile
Viendra le feu



Spider-Man: Far From Home
L'œuvre sans auteur
Le coup du siècle
Factory
Comme des bêtes 2
Fast and Furious: Hobbs and Shaw
Halte
Le Gangster, le Flic et l’Assassin
Le mystère des pingouins
Les faussaires de Manhattan
Nuits magiques
Once Upon a Time... in Hollywood
Perdrix
Playmobil, le film
Une grande fille
Roubaix, une lumière
Thalasso
Les Baronnes
Late Night
Hauts perchés
Frankie
La vie scolaire
Fête de famille
Les hirondelles de Kaboul
Liberté






 (c) Ecran Noir 96 - 19


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 0

 
La vie scolaire


France / 2019

28.08.2019
 



LES ANNEES COLLEGE





Après la bonne surprise de Patients, le duo Grand Corps Malade / Mehdi Idir était attendu au tournant. La vie scolaire reprend à peu près les mêmes recettes : la cohésion de groupe, les différences individuelles, une forme de huis-clos dans une institution, l’équilibre entre comédie et drame, le panache des uns et le combat des autres.

La bienveillance du ton, pour ne pas dire la compassion qui s’en dégage, n’a pourtant rien de niais ou de simplet. Leur sensibilité font du collège autre chose qu’un décor de sitcom ou un cadre pour film social à tendance sordide. Cela reste un feel-good movie, mais les deux cinéastes évitent aussi bien les clichés que les jugements.

Le constat, derrière cette chronique, est assez sombre – la banlieue comme le système scolaire sont mal en point – mais le film lui apporte ce qu’il faut de lumière (la volonté humaine) pour que La vie scolaire ne soit pas désespéré et désespérant.

Cela tient beaucoup au maniement de la langue, au naturel des comédiens, aux répliques bien cousues, à ce « je » et ce jeu de l’éloquence aussi vif que désopilant. Leur vision humaniste fait le reste et apporte de la fraîcheur dans la comédie populaire française, sans renier le contexte social. Le film flirte ainsi avec l’influence des comédies britanniques.

Cette énergie, qui de temps en temps s’essouffle, qui manque certainement d’un peu d’originalité dans le choix des points de vue , se retrouve aussi dans certaines belles inspirations cinématographiques (aux références plus américaines, à l’instar de ce beau plan séquence).

Cette deuxième auto-fiction, à cheval entre le documentaire et les souvenirs personnels, est une fois de plus une lutte contre le fatalisme et le déterminisme. Tout le monde est coupable de la situation, mais certains croient en des solutions. Ici pour survivre aux drames, il faut mieux être drôle. Car c’est plus dans la fausse impro et dans l’enthousiasme collectif que La vie scolaire puise sa force et fait adhérer à un fragile espoir.
 
vincy

 
 
 
 

haut