Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.



Ailleurs
Effacer l'historique
Ema
Enorme
Eté 85
Irréversible - version intégrale
La daronne
Lucky Strike
Petit pays
Rocks
Tenet
The Climb
Yakari, le film



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 22

 
Se souvenir des belles choses


France / 2002

09.01.02
 



J'AI LA MEMOIRE QUI FLANCHE





"- Tu es gentil Philippe, ce n’est pas un sujet qui me rend calme."

Avec sa première réalisation, Zabou Breitman nous offre un film simple, joli et émouvant. Se souvenir des belles choses, combinant histoires de malades et histoire d’amour, est de bout en bout un film très près de ses personnages. La caméra semble flotter avec beaucoup de tendresse autour des acteurs et donne au film tout entier une touchante dimension poétique. On ne peut s’empêcher de s’attacher à ces malades un peu perdus qui semblent parfois si près de l’enfance. Isabelle Carré en tête, détient là un premier rôle à sa mesure et révèle, avec une luminosité inouïe, un jeu extrêmement nuancé, lunaire et bouleversant.
Mais la plus grande réussite du film reste son rapport à la mémoire. La mémoire douloureuse de Philippe qui ressurgit ; celle de Claire qui s’enfuit peu à peu, avec les mots qui s’effacent, d’autres qui s’inventent. Certaines scènes sont d’ailleurs assez tragiques : lorsque la maladie s’aggrave et que les choses quotidiennes les plus simples deviennent on ne peut plus laborieuses (faire un gâteau, acheter du pain...). La mémoire et l’identité sont ainsi omniprésentes et la réalisatrice parle avec beaucoup de subtilité de l’importance du passé, de la mémoire individuelle et collective dans la substance de chaque personne. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si l’anonyme Zabou s’est transformé récemment en Zabou Breitman, retrouvant ainsi le patronyme que son père avait lui-même abandonné. La très jolie scène des amants juifs qui sont réunis après des années de séparation semble alors n’être qu’un attendrissant hommage à une judéité retrouvée.
 
laurence

 
 
 
 

haut