Il est à l'affiche de Never Grow Old, mais aussi de Once Upon a Time in Hollywood: Emile Hirsch semble remonter la pente. Révélé avec Into the Wild en 2007, enchaînant les Wachowski, Van Sant, Ang Lee, Friedkin et Oliver Stone, il a, depuis six ans, été un peu perdu de vue. Il vient de terminer un thriller d'Alessio Jim Della Valle avec Jonathan Rhys Meyers, et un film d'action avec De Niro, Tommy Lee Jones, et Morgan Freeman. Il tourne actuellement le nouveau Mel Gibson réalisé par Michael Polish, Force of Nature.



Gemma Arterton
Josiane Balasko
Ingmar Bergman
Luc Besson
Danny Boyle
Monia Chokri
Leonardo DiCaprio
Adèle Exarchopoulos
Ralph Fiennes
Julie Gayet
Jake Gyllenhaal
Anne Hathaway
Emile Hirsch
Peter Jackson
Diane Kruger
Helen Mirren
Cillian Murphy
Al Pacino
Raphaël Personnaz
Brad Pitt
Margot Robbie
Niels Schneider
Matthias Schoenaerts
Jason Statham
Quentin Tarantino
Roschdy Zem



Brigitte Bardot
François Truffaut
Gérard Lanvin
Sophie Marceau
Kirsten Dunst
Keanu Reeves
Ryan Gosling
Johnny Depp
Penelope Cruz
Leonardo DiCaprio




 




 (c) Ecran Noir 96 - 19



   







 Coeurs transis ou coeurs brisés, en
 un clic fixez sa cote.
 
Votes : 198Cote : 63 %


 
LA MERE COURAGE





Et si c'était elle l'actrice de l'année 2001 ?
Inoubliable dans The Yards et surtout Requiem For A Dream, Ellen Burstyn fait un come-back fracassant au cinéma. L'une des actrice-star des années 70, oubliée ou presque pendant les années 80 et 90 était la seule rivale d'importance pour Julia Roberts côté Oscar; 26 ans après celui reçu pour Alice n'est plus ici. Une récompense méritée pour sa performance hallucinante de mère droguée à l'affection et à la télévision dans le Génial Requiem For A Dream de Darren Aronofsky.

Née le 7 décembre 1932 à Détroit, Ellen Burstyn, Ednae Rae Gilloly de son vraie nom, commence par exercer le métier de mannequin à Dallas, avant d'entamer une carrière d'actrice. Elle s'installe à New York où bourgeonne alors toute l'avant-garde arty et indépendante du cinéma américain et apprend son métier sur le tas en participant au show télé animée par Jackie Gleason. En 1957, sa carrière est définitivement lancée par un premier rôle dans "Fair Game", pièce de théâtre jouée à Broadway, de nombreux petits rôles dans des séries télés dont The Doctors et le suivi en parallèle des cours de l'Actor's Studio dirigé alors par Lee Strasberg. Son premier rôle au cinéma sera celui de Fanny dans Au Revoir Charlie mis en scène par l'immense Vicente Minnelli en 1964.
Suivent ensuite des prestations au théâtre et à la télévision avant d'entamer sa véritable carrière pour le grand écran en 1970 avec Alex Au Pays des merveilles de Paul Mazursky, réalisateur avec qui elle tournera Harry et Tonton en 1974 et La Dernière Séance de Peter Bogdanovitch. Sa performance dans ce dernier aux cotés de Jeff Bridges et Cybill Sheperd lui permet d'être nommée au Golden Globe et aux Oscars.

En 1973, elle tient un rôle inoubliable : celui de Chris McNeil, la mère-courage de Regan, la fille possédée de L'Exorciste. Le film est culte et personne n'oubliera son visage torturé par la souffrance de voir sa petite fille se transformant peu à peu en créature diabolique. Nouvelle nomination aux Oscar, sans plus de succès cependant. Mais, ce n'est que partie remise. Une telle actrice ne pouvait être oubliée par l'académie des Oscar. Elle recevra donc la statuette tant convoitée l'année suivante, pour son interprétation du rôle-titre d'Alice n'est plus ici. Alice, une veuve épeurée qui chante son désespoir dans des pubs minables pour gagner sa croûte et de quoi élever sa fille. Derrière la caméra, Martin Scorsese qui lui a donné le plus beau rôle féminin de l'ensemble de sa filmographie. La même année, elle reçoit le Tony Award (équivalent américain des Molières) pour sa prestation dans la pièce Même Heure l'année prochaine de Bernard Slade qui sera adapté au cinéma par Robert Mulligan en 1978. Elle est alors l'une des plus grandes actrices de sa génération, jouant à la fois dans des films exigeants - Providence d'Alain Resnais et des films plus grands publics comme Résurrection de Daniel Petrie.

Pendant les décennies 80 et 90, elle n'apparaîtra au cinéma que dans des seconds rôles ou des films insignifiants. Ellen Burstyn préfère se consacrer à la télévision en créant son propre show en 1986 et en jouant dans de nombreux téléfilms. Elle est également la Directrice de l'Actor's Studio pendant 6 ans et devient la première femme élue Présidente de l'Actors Equity Association de 1982 à 1985.

Puis vint l'année 2000 et deux rôles en or offerts par deux jeunes réalisateurs indépendants amoureux du cinéma américains des années 70 (et on les comprend), James Gray et Darren Aronofsky. Qu'elle retrouvera pour The Fountain en 2005. Dans The Yards elle joue une mère malade et inquiète pour son fils Mark Wahlberg, dans Requiem For A Dream, elle se drogue pour maigrir dans l'espoir de passer à la télévision. Dans ces deux rôles, elle est sublime. Avec la ressortie de l'Exorciste de William Friedkin, le jeune public a pu l'admirer en mère apeurée sexy qui veillait sur sa fille possédée par le démon. Dans Requiem For A Dream, dirigée par Darren Aronofsky, elle livre une performance hors de tous superlatifs. Elle n'a pas eu peur de jouer avec son image d'icône sexy des années 70 et a pris et perdu du poids pour devenir Sara Goldfard. A jamais.

yannick


 
 
haut