Jean Dujardin n'en a pas terminé avec les films populaires (il sera bientôt dans un nouveau OSS 117) mais ces derniers temps, il opte aussi pour des chemins de traverse plus audacieux. Après le duo Kervern/Delépine, le voici à l'affiche du déjanté Le Daim de Quentin Dupieux,où il habite littéralement son rôle. On le retrouvera à la fin de l'année chez Polanski dans J'accuse.



Pedro Almodovar
Josiane Balasko
Antonio Banderas
Jamie Bell
Guillaume Canet
Jessica Chastain
François Cluzet
Marion Cotillard
Penelope Cruz
Jean-Pierre & Luc Dardenne
Adam Driver
Jean Dujardin
Virginie Efira
Adèle Exarchopoulos
Adèle Exarchopoulos
Michael Fassbender
Ralph Fiennes
Adèle Haenel
Chris Hemsworth
Isabelle Huppert
Jim Jarmusch
Jennifer Lawrence
Gilles Lellouche
James McAvoy
Julianne Moore
Chloë Grace Moretz
Bill Murray
Liam Neeson
Raphaël Personnaz
Benoit Poelvoorde
Ryan Reynolds
Niels Schneider
Matthias Schoenaerts
Will Smith
Tilda Swinton
Emma Thompson
Gaspard Ulliel
Ken Watanabe



Brigitte Bardot
François Truffaut
Gérard Lanvin
Sophie Marceau
Kirsten Dunst
Keanu Reeves
Ryan Gosling
Johnny Depp
Penelope Cruz
Leonardo DiCaprio




 




 (c) Ecran Noir 96 - 19



   







 Coeurs transis ou coeurs brisés, en
 un clic fixez sa cote.
 
Votes : 1986Cote : 55 %


 
MONSIEUR BLANC AIME LE NOIR





Hypocondriaque, Blanc est aussi le plus dramatique de la bande du splendid. Il aime la noirceur. Même dans l'humour. Il lui arrive toujours des ennuis. Et nous nous en moquons, voir nous en rions. On ne devrait pas.
Blanc appartient à ces types qui sont mal dans leur peau, qui attirent les malheurs de la terre, le pauvre type qui n'a pas de chance, qui courre (de ridicule) après tout.
Cette image est ancrée depuis Les Bronzés, et lui même l'a renforcée avec son premier film. Au lieu de marcher à l'ombre, il fut propoulser en pleine lumière.
Non seulement il fut le premier à connaitre des succès personnels avant les autres (avec une série de film dans la veine humour du dimanche soir à la télé), mais il fut aussi le premier à se démarquer de la troupe. Il passa donc à la réalisation très vite.
A ce jour, Marche à l'ombre est le film le plus populaire en France (avec 6,1 millions de spectateurs) dont l'auteur est issu du Splendid. Il lui faudra 10 ans pour retrouver un sujet et sa confiance, et réaliser Grosse Fatigue. Il s'offre la présence d'une des plus belles femmes du Cinéma Français (Bouquet) dans un emploi sur mesure et inattendu: elle, comique.
Entre temps Blanc aura, à l'instar d'Anémone, changer de cap. Comme Balasko, il faudra Blier pour lui faire franchir cette transition entre la comédie et le drame. Tenue de Soirée a ainsi dévoilé un grand talent et s'impose face au mastodonte Depardieu, que Leconte, Berri ou même des réalisateurs anglo-saxons emploieront ultérieurement.
Blanc est discret. Il se cache. Il tourne peu. Il se transforme : assumant sa calvitie, glonflant ses muscles, flirte avec l'Opéra... Ses rôles varient du cinéma d'art et d'essai au seconds rôles dans les grandes productions. Il préfère rester avec des copains.
Il est d'ailleurs le seul à avoir osé la réunion de famille au cinéma, dans Grosse Fatigue. Comme il est le seul à avoir été récompensé pour ses performances d'acteur. Il a connu la gloire dans un téléfilm parmi les plus vus de ses dernières années, face à Serrault. Son quatrièmre film de cinéaste (Embrassez...) est sans aucun doute son plus personnel, à cheval entre la noirceur ambivalente de Mauvaise passe et l'humour noir de Grosse Fatigue. A l'aise dans la chorale, il se donne le rôle le plus antipathique. Il aime qu'on le cogne, il aime l'humiliation. Blanc a un côté SM qui nous plait bizarrement beaucoup.
Inquiétant ce personnage... si atypique. Ce sera sans doute le pari le plus difficile au prochain film du Splendid. Blanc a mué. Comment le rendre drôle?

vincy


 
 
haut