Jean Dujardin n'en a pas yerminé avec les films populaires (il sera bientôt dans un nouveau OSS 117) mais ces derniers temps, il opte aussi pour des chemins de traverse plus audacieux. Après le duo Kervern/Delépine, le voici à l'affiche du déjanté Le Daim de Quentin Dupieux,où il habite littéralement son rôle. On le retrouvera à la fin de l'année chez Polanski dans J'accuse.



Pedro Almodovar
Antonio Banderas
Jamie Bell
Guillaume Canet
Jessica Chastain
François Cluzet
Marion Cotillard
Penelope Cruz
Jean-Pierre & Luc Dardenne
Adam Driver
Virginie Efira
Chris Evans
Adèle Exarchopoulos
Michael Fassbender
Chris Hemsworth
Chris Hemsworth
Isabelle Huppert
Jim Jarmusch
Scarlett Johansson
Robert Downey Jr
Keira Knightley
Jennifer Lawrence
Gilles Lellouche
James McAvoy
Julianne Moore
Chloë Grace Moretz
Bill Murray
Liam Neeson
Benoit Poelvoorde
Ryan Reynolds
Mark Ruffalo
Niels Schneider
Alexander Skarsgard
Will Smith
Tilda Swinton
Emma Thompson
Gaspard Ulliel
Ken Watanabe



Brigitte Bardot
François Truffaut
Gérard Lanvin
Sophie Marceau
Kirsten Dunst
Keanu Reeves
Ryan Gosling
Johnny Depp
Penelope Cruz
Leonardo DiCaprio




 




 (c) Ecran Noir 96 - 19



Géminin Films   







 Coeurs transis ou coeurs brisés, en
 un clic fixez sa cote.
 
Votes : 2106Cote : 51 %


 
FREQUENCE GREG'





Greggory avait l'image d'un jeune beau gars, fade, grand, mal à l'aise dans son corps, le genre de mecs qui ne sait pas ce qu'il fout devant une caméra. Mais qui s'éclate dans la vie. De bars en bars, de boîtes en boîtes, sans allure, il navigue de l'univers de Rohmer - "qui utilise les acteurs pour ce qu'ils sont" - en films oubliables. Pas le genre à s'imposer à un néant total question carrière.
Le destin de Greggory se jouera dans les années 90.
Plus vieux, plus mature, avec une autre tête, un pygmalion, une prise de conscience. Toutes ses révélations qui transforment un homme. Comment un fan de techno comme lui aurait-il pu être dans son élément avant les années 90?
Chéreau et lui se croisent dans un resto du Marais, leur QG. Quartier gay. Patrice Chéreau "recherche les défauts des acteurs et il aime leur faire des choses qu'ils n'ont jamais faites."

Greggory est mauvais comédien. Il va apprendre. Il se déteste. Il rase sa tête, se muscle, part en psychothérapie. Il forge son look et son mental. Il transforme l'essai sur les planches d'abord, puis dans La Reine Margot, en dauphin du roi, homo et violent.
Maintenant qu'il contrôle sa vie, sa carrière, qu'il choisit ses rôles, avec une certaine dose de risques, qu'il cherche l'aventure et non pas le confort, il enchaîne projets sur projets, et parmi les plus ambitieux: Chéreau (homme blessé et introverti), Ruiz (avec Deneuve et Béart), Bounik (en taulard quasi macho), et Besson (dans Jeanne d'Arc).
Ce Dandy des soirées a le sourire ravageur des gens charmants mais cachant bien leur jeu. On le dit d'ailleurs ami du faux nice guy et vrai rebelle Johnny Depp.

Si aujourd'hui, sur le tard, il a une côte jamais atteinte, au sommet donc, il le doit à ce cumul Rohmer-Chéreau, cet étrange mélange entre réalité mélodramatique (innocence) et romantisme flamboyant et gothique (violence froide). Il a la séduction d'un homme jeune et le physique d'un quarantenaire qui assure. Assumant de mieux en mieux sa part de féminité (c'est lui qui le dit), Greggory n'espère qu'une chose: devenir une de ces gueules de ciné qu'on retient.
Car il y a forcément un égo qui s'est réveillé après des années d'auto-indifférence...
Il navigue de rôles violents, des méchants sadiques, en quadras tourmentés par ses sentiments et sa sexualité. Il passe de Dahan à Zulawski, de jeunes auteurs remarquables à des grosses productions type série B. De La confusion des genres à Phèdre (à l'Odéon) en passant par Arsène Lupin.
Pourvu que le cinéma français sache exploiter cette tardive éclosion artistique. Lui-même ne demande qu'à (se) découvrir...

vincy


 
 
haut