Cate Blanchettréélue présidente. mais cette fois-ci elle le sera à Venise et non pas à Cannes. En attendant de la voir dans Bernadette a disparu de Richard Linklater et dans les séries tv Mrs America et Stateless... On l'attend aussi dans le prochain Guillermo del Toro, Nightmare Alley. Bref, la grande Cate a du temps. Venise est un agréable passe-temps.



Ariane Ascaride
Juliette Binoche
Michel Blanc
Damien Bonnard
Toni Collette
Daniel Craig
Benedict Cumberbatch
Willem Dafoe
Jean-Pierre Darroussin
Anaïs Demoustier
Catherine Deneuve
Emilie Dequenne
Adam Driver
Chris Evans
Ralph Fiennes
Colin Firth
Louis Garrel
Eva Green
Ethan Hawke
Oscar Isaac
Scarlett Johansson
Keira Knightley
Ladj Ly
Benoît Magimel
Terrence Malick
Ian McKellen
Kad Merad
Takashi Miike
Helen Mirren
Robert De Niro
Al Pacino
Robert Pattinson
Antoine Reinartz
Saoirse Ronan
Ludivine Sagnier
Martin Scorsese
Michael Shannon
Kristen Stewart
Meryl Streep
Emma Thompson
Karin Viard
Emma Watson
Alice Winocour
Michelle Yeoh
Elsa Zylberstein



Brigitte Bardot
François Truffaut
Gérard Lanvin
Kirsten Dunst
Sophie Marceau
Keanu Reeves
Ryan Gosling
Johnny Depp
Penelope Cruz
Juliette Binoche




 




 (c) Ecran Noir 96 - 20



   







 Coeurs transis ou coeurs brisés, en
 un clic fixez sa cote.
 
Votes : 3655Cote : 52 %


 
MORPHING





L'homme n'est pas forcément grand. Pourtant, imposant. Il a la voix posée, presque suave, calme. Aucun geste brusque. Une sérénité rare. D'apparence en tout cas. Il aime les cafés européens, il fume; Tchécky Karyo vous semble d'emblée sympathique, courtois, et très différent de ses personnages. Un monstre de gentillesse.
Tout a commencé directement. A peine rentré dans le hall de cet hôtel dit de luxe - un gratte ciel cubique sans âme, en béton beige, hors du centre-ville - et nous nous croisons. Il est au téléphone, à la réception. Je le reconnais très vite. Il a des séances photos, ce qui peut expliquer le costume très mode. Barbe de 3 jours.
Il me cueille à froid. Pas d'attachés de presse pour faire les présentations, une mise en condition sans détours.
Bizarrement, l'entretien fut normal. Questions, réponses. Il joue un peu avec ses mains. Il regarde. Il réfléchit. Et puis la frustration. Les questions qui ne sont pas forcément celles que l'on a envie de poser. L'homme semble ouvert sur le monde, et assume totalement l'évolution de cette planète.
Il n'est pas un révolutionnaire. Il a juste des choix qui peuvent paraître un peu précoces. Un artiste dans son temps.
Et ça se révélera hors-micro. Car Tchéky Karyo est un personnage réellement attachant. L'acteur idéal pour humaniser un Zéro Janvier dans une version ciné de Starmania.
Hors interview, on en vient à discuter de choses plus globales. Il est curieux. Pollution, politique, pragmatique. On éffleure les voyages: Paris, New York, Istanbul...Puis Internet. Il a un e-mail, il surfe un peu. Il me raconte qu'il a envoyé à Kounen une photo de lui en Méliès dans la série TV Apollo 13. Avec la fameuse fusée qui s'enfonce dans l'oeil.
On en oublie l'hôtel, le salon impersonnel. Ne croyez pas que ce soit de la littérature: mais, ce funambule humanise son environnement. C'est sûrement là que réside son charisme à l'écran.
De seconds rôles, souvent des salauds, des méchants au sale accent dans les productions hollywoodiennes à des personnages pas forcément anthipathiques et même parfois chaleureux ou généreux dans des films ou téléfilms français, Karyo a fait son chemin. Il a même été, un temps, l'acteur français le plus populaire aux USA grâce à grand chelem : les virils GoldenEye, The Patriot, Bad Boys, le sensible Crying Freeman, et l'étrange comédie romantique Addicted to love.
Cela ne l'empêchait pas de prêter sa tronche à un photomaton (Amélie) ou de jouer les projectionnistes éphémères (la cité de la peur). Du rire à l'action, Karyo est avant tout au service d'un cinéma populaire, loin des auteurs intellos.
Il joue dans des navets à gros budgets (Nostradamus, 1492, Wing Commander, Kiss of the Dragon, Operation Dumbo drop), chez Besson (Nikita étant le film-symbole du duo), ou dans des téléfilms de prestige pour TF1 (en costume d'époque pour être Cardinal de Richelieu, Philippe Le Bel ou Vautrin).
Peu de rôles explorent sa sensibilité (Que la lumière soit). il a plus de proposition pour jouer face à des stars, ou des personnages immondes et immoraux. Les producteurs n'ont pas d'imagination. Pourtant, Karyo a un charisme évident, une masculinité extraordinaire. Ce n'est pas rfien celui qui peut tenir tête (d'affiche) à un Ours grandeur scope et nature!

vincy


 
 
haut