Anaïs Demoustier, parole franche et regard sincère, enchaine les tournages. A 3-4 films en moyenne par an depuis 2010, elle est même l'actrice la plus prolifique du cinéma français, passant de Honoré à Lvovsky, de Foenkinos à Guédiguian, en passant par la série tv Paris, etc. A l'affiche de Cornélius, elle est attendue dans Au poste de Quentin Dupieux, Deux fils de Félix Moati, Sauver ou périr de Frédéric Tellier et La fille au bracelet de son frère Stéphane.



Miou-Miou
Wes Anderson
Gemma Arterton
Daniel Auteuil
Jean-Pierre Bacri
Halle Berry
Paul Bettany
Jack Black
Steve Buscemi
Steve Buscemi
Daniel Craig
Anaïs Demoustier
Romain Duris
Chris Evans
José Garcia
Chris Hemsworth
Hafsia Herzi
Tom Hiddleston
Jonah Hill
Isabelle Huppert
Jeremy Irons
Agnès Jaoui
Scarlett Johansson
Robert Downey Jr
Abdellatif Kechiche
Sandrine Kiberlain
Jennifer Lawrence
Virginie Ledoyen
Thierry Lhermitte
Rooney Mara
Rachel McAdams
Kad Merad
Joaquin Phoenix
Charlotte Rampling
Jérémie Renier
Mark Ruffalo
Gus Van Sant
Matthias Schoenaerts
Steven Spielberg



Brigitte Bardot
François Truffaut
Gérard Lanvin
Sophie Marceau
Kirsten Dunst
Keanu Reeves
Ryan Gosling
Johnny Depp
Brad Pitt
Penelope Cruz




 




 (c) Ecran Noir 96 - 18



© TFM Distrib.   







 Coeurs transis ou coeurs brisés, en
 un clic fixez sa cote.
 
Votes : 1433Cote : 51 %


 
Dans la famille Phoenix, on a l'embarras du choix. River, l'écorché vif de My own private Idaho, mort à vingt-trois ans des suites d'une overdose. Summer, la fille prodige qui crevait l'écran dans Esther Kahn. Rain, plus attirée par la musique que le cinéma, mais apparue dans Even Cowgirls Get the Blues ou encore Othello 2003. Et Joaquin, le bad guy au regard si vert que l'on pourrait bien s'y noyer définitivement…





S'il n'y avait eu que cela, sans doute aurait-il d'ailleurs été cantonné aux rôles de beaux gosses. Mais Joaquin Phoenix est avant tout un corps à la force brute et à la sensualité agressive qui évoque plus l'animal sauvage que le gendre idéal. Après des débuts précoces à la télévision (Arabesque) et quelques apparitions chez Gus van Sant (Prête à tout) et Oliver Stone (U-turn), les réalisateurs lui confient donc des rôles complexes et ambigus, du cruel Commodus dans Gladiator à l'ami manipulateur de Mark Walhberg dans The yards. Il y est à la fois détestable et très convaincant : le voilà alors abonné aux seconds rôles troubles, personne n'osant miser sur lui en tête d'affiche.

Le début des années 2000 s'avère même décevant. On le voit deux fois chez Night Shyamalan (Signes et Le village), en abbé-geôlier du Marquis de Sade dans Quills, la plume et le sang, puis en protecteur de Claire Danes dans l'improbable It's all about love de Thomas Vinterberg. Rien à redire de ses prestations, mais pas de quoi se gargariser non plus. Les années passent et il reste étrangement dans l'ombre, impuissant à trouver un scénario en adéquation avec son immense talent. Jusqu'à Walk the line, en 2006, qui le jette soudainement sur le devant de la scène. Il n'incarne pas Johnny Cash, il est Johnny Cash, allant jusqu'à interpréter lui-même toutes les chansons entendues dans le film. En plus d'être couvert d'éloges, il est nominé pour l'Oscar (finalement remporté par Forest Whitaker pour Le Dernier Roi d'Écosse de Kevin MacDonald) et reçoit le Golden Globes, pour ne citer que les plus prestigieux. Enfin, il crève et l'écran et son potentiel saute aux yeux des réalisateurs.

Mais lui garde la tête froide, exactement comme après sa nomination pour Gladiator. Il refuse de faire partie de ces acteurs qui, à trop analyser leur jeu, deviennent incapables de jouer correctement. "Je ne suis pas le genre d'acteur qui puise dans ses émotions ; je n'ai jamais trouvé cela bénéfique", explique-t-il. " Les acteurs qui mettent trop d'eux-mêmes dans leurs rôles sont pour moi de mauvais acteurs, puisqu'on ne voit plus le personnage, mais l'acteur. C'est beaucoup plus difficile, par contre, de s'effacer totalement pour réellement interpréter au plus juste un personnage qui a existé - c'est le cas dans Walk the Line - ou totalement fictif. C'est pour cela que je ne regarde jamais les rushes : pour ne pas trop me regarder et devenir un mauvais acteur !".

Aucun risque là-dessus puisqu'on le retrouve plus habité que jamais dans We own the night où James Gray lui confie un personnage sombre et torturé contraint de choisir son camp. Sa prestation confine au sublime tant il s'approprie les contradictions de cet homme qui a tout à perdre. Peut-être un peu empâté, mais à fleur de peau, il impose le film comme une tragédie crépusculaire incontournable. On s'était réjouit de le voir plus souvent sur les écrans, notamment dans le dernier film de James Gray (Two lovers) où il interprète avec énormément de pudeur et de sensibilité un homme déchiré entre deux femmes. Hélas, celui qui avoue éprouver des doutes avant chaque tournage a annoncé en novembre 2008 son désir d'arrêter le cinéma pour se consacrer à une carrière de chanteur...

MpM


 
 
haut