Roschdy Zem et Chiara Mastroianni sont en couple dans La fille au bracelet. Ils seront aussi dans la même salle pour les César, l'un nommé pour Roubaix une lumière, l'autre pour Chambre 212, deux films cannois. Zem est actuellement au théâtre, après une très longue absence sur les planches, avec Michel Fau.



Olivier Assayas
Gael Garcia Bernal
Juliette Binoche
Dany Boon
Alain Chabat
Penelope Cruz
Anaïs Demoustier
Catherine Deneuve
Adam Driver
Adèle Exarchopoulos
Colin Farrell
Jamie Foxx
Louis Garrel
Hugh Grant
Pascal Greggory
Ethan Hawke
Oscar Isaac
Scarlett Johansson
Scarlett Johansson
Nicole Kidman
Olga Kurylenko
Brie Larson
Chiara Mastroianni
Matthew McConaughey
Ewan McGregor
Margot Robbie
Saoirse Ronan
Jean-Paul Rouve
Adam Sandler
Riccardo Scamarcio
Niels Schneider
Will Smith
Meryl Streep
Omar Sy
Alice Taglioni
Charlize Theron
Emma Watson
Roschdy Zem



Brigitte Bardot
François Truffaut
Gérard Lanvin
Kirsten Dunst
Sophie Marceau
Keanu Reeves
Ryan Gosling
Johnny Depp
Penelope Cruz
Juliette Binoche




 




 (c) Ecran Noir 96 - 20



   







 Coeurs transis ou coeurs brisés, en
 un clic fixez sa cote.
 
Votes : 1355Cote : 51 %


 
VISITOR Z





C'est à l'age de 18 ans que Takashi Miike s'inscrit à l'Academy of Broadcasting and Film de Yokohama. Non pas qu'il soit particulièrement intéressé par le cinéma, mais, selon ses dires, il voulait faire ça pour passer le temps, pour retarder le moment de son entrée dans le monde des adultes. A cette époque, Takashi est un étudiant indiscipliné venant rarement en cours. Ironiquement, c'est ce qui lui permit de faire ses premières classes dans le milieu : une compagnie de télévision se présenta dans son école pour chercher un assistant de production. L'école choisit le seul élève qui n'était jamais présent. Durant les années 90, le réalisateur se spécialise dans les direct-to-video à faible budget, appelés V-Cinéma au Japon, et c'est en 1995 qu'il tourne son premier film pour le cinéma : Les Affranchis de Shinjuku, un film de yakuzas, thème qui reviendra fréquemment à travers son oeuvre, comme pour la trilogie mafieuse Dead or Alive. Avec ce film, l'Association Japonaise des Producteurs de Films le proclame "Grande Découverte de l'année." Que n'ont il pas faits là!

C'est avec son drame Audition en 1999 que le culte du réalisateur se répandra en Occident. Moyennement accueilli par la critique, le film dérange par son extrême violence, marque déjà bien familière pour son public asiatique. Miike se forge rapidement une réputation de réalisateur de l'extrême (ce qui se confirmera par sa candidature dans le segment 3 extrêmes), grand provocateur, se fichant des genres au point de les mélanger dans un même film, s'attaquant à tous les tabous (la famille malmenée dans Visitor Q), et surtout nourri d'une violence difficilement supportable et perverse, complaisante pour certains, amusante pour d'autres. Ses films ne sont pas destinés à tous les publics. Il faut être capable d'opérer une distanciation face ce qu'on voit à l'écran. La singularité qu'il tire de cet humour déjanté, de cette ultra violence (Fudoh) comme de cette étrangeté (Gozu) font la force de ses productions marginales. La recette sera poussée à son paroxysme pour son film Ichi The Killer (2001), considéré à ce jour comme le plus dur de son auteur. Après Salaryman Kintaro (1999), le film est encore une adaptation d'un manga, influence majeur pour le cinéaste, qui ne cessera de vouloir reproduire les émotions et sentiments éprouvés à leur lecture.

Takashi Miike est un réalisateur extrêmement prolifique : 70 films en 15 ans. Ce qui donne une moyenne d'au moins 4 films par an ! Lorsqu'on l'interroge sur son rythmé infernal, Miike s'étonne plutôt de la non vivacité de ses collègues : «À l'inverse, je me demande pourquoi les autres réalisateurs ne font pas plus de films.» Au fil de sa carrière, le cinéaste n'a pas arrêté de naviguer entre télévision et cinéma, en passant par la vidéo. En ce sens, Miike se définit lui-même comme un enfant auquel on aurait offert des jouets de types différents.
L'attachement au monde de l'enfance est d'ailleurs un thème indissociable de ses films, Takashi Miike EST un grand enfant. La quête des petits bonheurs perdus, la recherche d'un endroit où l'on se sent pleinement en sécurité, cette tranquillité du retour au nid, tout ceci fait parti intégrante de son oeuvre.

Depuis La mort en ligne (2003), le réalisateur semble être passé à un deuxième stade de sa carrière : des oeuvres moins violentes, presque naïves, plus accessibles et gentillettes (Zebraman). Cela n'a pas empêché son « Master of Horror », Imprint, d'être interdit de diffusion sur le câble. Mais, Takashi Miike peut-il définitivement et malgré lui rejoindre son monde de l'enfance ?

ninteen


 
 
haut