Il est à l'affiche de Never Grow Old, mais aussi de Once Upon a Time in Hollywood: Emile Hirsch semble remonter la pente. Révélé avec Into the Wild en 2007, enchaînant les Wachowski, Van Sant, Ang Lee, Friedkin et Oliver Stone, il a, depuis six ans, été un peu perdu de vue. Il vient de terminer un thriller d'Alessio Jim Della Valle avec Jonathan Rhys Meyers, et un film d'action avec De Niro, Tommy Lee Jones, et Morgan Freeman. Il tourne actuellement le nouveau Mel Gibson réalisé par Michael Polish, Force of Nature.



Gemma Arterton
Josiane Balasko
Ingmar Bergman
Luc Besson
Danny Boyle
Monia Chokri
Leonardo DiCaprio
Adèle Exarchopoulos
Ralph Fiennes
Julie Gayet
Jake Gyllenhaal
Anne Hathaway
Emile Hirsch
Peter Jackson
Diane Kruger
Helen Mirren
Cillian Murphy
Al Pacino
Raphaël Personnaz
Brad Pitt
Margot Robbie
Niels Schneider
Matthias Schoenaerts
Jason Statham
Quentin Tarantino
Roschdy Zem



Brigitte Bardot
François Truffaut
Gérard Lanvin
Sophie Marceau
Kirsten Dunst
Keanu Reeves
Ryan Gosling
Johnny Depp
Penelope Cruz
Leonardo DiCaprio




 




 (c) Ecran Noir 96 - 19



© Pathé   







 Coeurs transis ou coeurs brisés, en
 un clic fixez sa cote.
 
Votes : 1510Cote : 54 %


 
Venomenal





Le jeune Topher Grace n’a rien, hormis peut-être sa belle gueule, d’extraordinaire, a priori. Ce new yorkais a une taille normale, un physique passe-partout de beau gosse du moment, collectionne les casquettes de baseball, aime le sport (le tennis, le football). Issu d’une famille de bourgeoisie de Nouvelle Angleterre, on ne lui décèle aucune névrose particulière. Même pas un tatouage.
Pourtant ce jeune homme aux apparences lisses se complaît dans des rôles un peu trash. Un ado toxico chez Soderbergh ou un photographe mégalo et bien destructeur chez Raimi. De Traffic à Spider-Man 3, en 7 ans, Grace a commencé à se faire une place dans le cinéma. Au point de jouer son propre rôle, avec dérision, dans une séquence culte d’Ocean’s 12. Il est l’un des rares à avoir su être humble devant le grand écran, malgré un triomphe sur le petit.
Né dans les années 70 ? Certainement si l’on en croit "That’s 70 ‘s Show". Protagoniste central de cette comédie rétro et déjantée, se moulant dans les fringues ringardes, slips inclus, de l’époque, Topher Grace a incarné Eric Forman durant 175 épisodes, de 1998 à 2006. Le temps de jouer le bellâtre romantique dans Mona Lisa Smile, l’amoureux secret et malheureux de Kate Bosworth (Win a date...), la tentation taboue de Laura Linney (P.S.) ou encore le patron et petit ami de la fille de Dennis Quaid. Qui résisterait à Scarlett Johansson. Souvent il hérite de personnages pas forcément sympathiques. In Good Company le révèle moins suave qu’il n’en a l’air. Il parvient à jouer un sale yuppie et un candide touchant. Le National Board of Review en fait son meilleur espoir de l’année.
Deux ans passent, il cesse d’être Eric Forman, fan du « comics » Spider-Man et endosse les habits de Venom, double de Spidey dans le troisième opus de la saga signée Raimi. Noir c’est noir, et il y brille de mille feux. Agressif, ambitieux, arriviste, ce jeune Rastignac montre les crocs. Dans la vie, il semble plus doux et plus sociable. Cependant, dans les pas d’un Matt Damon, il vient d’écrire, produire et interpréter Kids in America. Plus à l’aise dans la comédie, il va falloir faire ses preuves dans le film d’action ou se transfigurer dans le mélo et le drame. Nul doute que Spider-Man 3 va changer un peu la donne pour sa carrière.

vincy


 
 
haut