Isabelle Huppert n'en finit plus de jouer les femmes maléfiques, veuves ou seules, perverses ou simplement manipulatrices. Si on peut se lasser de ces rôles répétitifs au cinéma, elle sait aussi créer l'admiration avec ses performances au théâtre (en ce moment mise en scène par Bob Wilson dans Mary said what she said). A l'écran, on la reverra dans La Daronne de Jean-Paul Salomé, une comédie policière, et Luz de Flora Lau.



Pedro Almodovar
Antonio Banderas
Jamie Bell
Guillaume Canet
Jessica Chastain
François Cluzet
Marion Cotillard
Penelope Cruz
Jean-Pierre & Luc Dardenne
Adam Driver
Virginie Efira
Chris Evans
Adèle Exarchopoulos
Michael Fassbender
Chris Hemsworth
Chris Hemsworth
Isabelle Huppert
Jim Jarmusch
Scarlett Johansson
Robert Downey Jr
Keira Knightley
Jennifer Lawrence
Gilles Lellouche
James McAvoy
Julianne Moore
Chloë Grace Moretz
Bill Murray
Liam Neeson
Benoit Poelvoorde
Ryan Reynolds
Mark Ruffalo
Niels Schneider
Alexander Skarsgard
Will Smith
Tilda Swinton
Emma Thompson
Gaspard Ulliel
Ken Watanabe



Brigitte Bardot
François Truffaut
Gérard Lanvin
Sophie Marceau
Kirsten Dunst
Keanu Reeves
Ryan Gosling
Johnny Depp
Penelope Cruz
Leonardo DiCaprio




 




 (c) Ecran Noir 96 - 19



   







 Coeurs transis ou coeurs brisés, en
 un clic fixez sa cote.
 
Votes : 704Cote : 43 %


 
La légende de Bruce Lee Comme Marilyn Monroe ou James Dean, Bruce Lee est mort dans des conditions mystérieuses, jeune et adulé. Laissant derrière lui quelques films, et un art martial qu'il a créé lui-même (le Jeet Kun Do), Bruce Lee a marqué les esprits… Il n’est pas rare de lire , voir ou entendre une référence à Bruce Lee : dès qu’un homme (asiatique) se bat, on le compare à Bruce Lee !Tous les petits garcons du monde -ou presque -ont imité Bruce Lee»( et certaines petites filles aussi comme Marjane Satrapi dans « Persepolis ») Trois décennies après sa mort,Bruce Lee n'est pas oublié ,Ecran noir vous propose donc un retour sur un mythe, Petit dragon: Bruce Lee Siu Lung , Cantonese: Lee Siu Lung,Mandarin: Li3 Xiao3 Long2 D’après l’astrologie chinoise, 1940 est l’année du Dragon, signe le plus bénéfique du zodiaque.Bruce Lee naquit donc sous une bonne étoile le 27 novembre de cette année, à San Francisco,Son surnom de Petit Dragon ne lui vient pas de là , mais de son parrain , un celèbre auteur de BD cantonaise.Car Bruce vient d'une famille d'artistes,,, Son père Lee Hoi Chuen était un célèbre acteur comique de Hong Kong et il se produisait dans une troupe d’opéra cantonais, l’équivalent de nos théâtres de variétés. Sa mère Grace, d’origine allemande, suivait son mari dans toute ses tournées. Le bébé Bruce partit à Hong Kong avec sa famille à 3 mois … Bruce est un enfant de la balle .Il est professionnel à 6 ans avec"the beginning of a boy ".Dans sa prime jeunesse, il participera ,au total , à une vingtaine de films . Dès l’enfance ,il se familiarise donc avec la caméra, prend conscience de son image. Toujours le même thème pour ces films : un orphelin un brin insolent qui fait l’apprentissage de la vie dans la rue …Bruce fait les quatre cent coups sur les plateaux de cinéma ,et ses rôles sont assez têtes -à- claques , avec une attitude de défiance et pas mal d’insolence …ces films comportent beaucoup de bagarre qui influenceront le jeune Lee pour la suite de sa carrière, et dans sa vie personnelle : il est ainsi renvoyé de son lycée pour indiscipline... Sa famille l'expédie aux USA qui l'ont vu naitre...En 1958, c'est le retour à San Francisco. Bruce est maintenant un jeune homme de 18 ans qui n’aime pas trop l’école ,aime les filles,la danse (champion de cha -cha, il tournera un film où il danse) ,les voitures , les motos…Et les arts martiaux ,qu’il pratique d’abord avec son père( tai chi) ,puis avec un maître du wing chun ,et du kung fu Yip Man. Le pionnier des arts martiaux : Bruce Lee fut en effet le premier acteur à introduire les combats à mains nues utilisant les arts martiaux à Hollywood, et à créer ainsi une passerelle entre l’Asie et l’Occident. Bruce Lee n'a jamais cessé d’être passionné par les arts martiaux, en ouvrant des écoles d’arts martiaux(sa femme fut l’une de ses élèves) aux Etats-Unis. Lors des castings , il se montre pédagogue , explique quelques mouvements , voire développe sa philosophie de cet art chinois. Il se fait donc l'intermédiaire , le pont entre deux cultures (Il est d'ailleurs intéressant de noter que sa carrière a décollé sous Nixon, lors du rapprochement Chine / Etats unis., ,) Il compare les mouvements du kung fu à de l'eau : insaissisable mais pouvant causer de grands dommages ou le jeet kund do à de la terrre glaise :il aurait épuré et modelé les arts martiaux pour en tirer le meilleur,Aux commandes des combats, chorégraphe, Bruce Lee n’a donc pas hésité à créer son propre style.Reste sur la pellicule des mouvements spectaculataires ( Bruce Lee contre un agresseur à pistolet , à, sabre , à couteau , Bruce Lee contre 10 dans un dojo, Bruce Lee contre un géant , Bruce Lee contre Chuck Norris)... Cependant , on verra aussi Bruce se servir d'armes , notamment d'un sabre qu'il interpère Zatoichi , ou de fléchettes dans la fureur du Dragon , mais le combat est toujours inégal :Zatoichi est aveugle , les flechettes artisanales sont peu de choses à causes d'un fusil. Sa carrière US ,qui commence par une suite de second roles , comme dans « e frelon vert «. il peine à décoller, et décide de rentrer à Hong Kong où on ne l'attend pas , les tudios étant méfiants devant ce métis revenu de l'étranger, Bruce va devoir prouver sa valeur, et cela ressort dans les films qu'il interprète.Bruce Lee c'est un peu David contre Goliath!Le petit , l'humilié qui se venge. A la ville comme à l'ecran , Bruce Lee c'est l'image d'une revanche, celle d'un homme décidé à imposer aux yeux du monde la supériorité absolue de l'homme chinois, et surtout sa soif de réussite . Au-delà des clichés Certes, ses films peuvent paraître un peu simplistes, les scénarios n’étant pas aussi élaborés que ceux que ceux des années 80 /90 / 2000.Il suffit de voir toute les copies qui n’ont pas marchées. Autre thème autobiographique dans les films de Lee : l’altérité Dans chaque scénario, Bruce arrive dans un pays étranger , débute une nouvelle vie ,doit s'adapter.Candide,voire enfantin ,il est vite confronté à l'hostilité locale( confer la scène » interdit aux chiens et aux chinois » de « la fureur de vaincre » ) et doit se battre pour survivre ou aider les siens. Les méchants sont toujours étrangers ou bien sont à la solde de méchants étrangers.(trahison de l'oncle dans « la fureur du dragon » , oncle chinois qui veut de l'argent pour retourner à HK.) Bruce se bat contre le racisme et l'humiliation en démontrant l’efficacité et la supériorité des arts martiaux chinois. Un héros, mais pas forcément dans le sens chinois du terme car fier et sans retenue.N'oublions pas que Bruce est métis, qu'il a épousé une femme blanche et même s'il est retourné à Hong Kong , qu'il glorifie les arts martiaux ,et la culture chinoise dans ses films, il reste ambigu pour les chinois car entre deux cultures. Bruce Lee , ce n'est pas son ami Steve Mc queen pour autant .Dans ses films , c'est un héros distant timide avec les filles (Bruce est dans ses films un meilleur combattant que séducteur )… Un homme qui ne boit pas , ne fume pas , ne pense qu'à s'entrainer, un peu naif au début du film,Mais,par moments ,il se révèle agressif, exhibant son corps ,insolent , sans retenue(ce qui change des héros chinois classique)...Ying et yang , contradiction, mélange ,encore une fois Bruce est unique et compose son personnage. Self made man Bruce façonne l'image qu'il donne au cinéma , comme il a « construit « son corps , Parlons- en de son corps : c'est quand même son accessoire numéro un,son outil de travail principal.De fluet , plutot petit ( 1 m 70 et des brouettes ) Bruce devient un combattant au physique avantageux, tout en muscles mais sans gonflette,souple, et a fait fantasmer des milliers de fans… Bruce en était conscient et se débrouillait toujours pour montrer son corps , en particulier dénuder son torse. Mais ce control freak( acteur réalisateur scénariste producteur) n'aura pas pu tout prévoir. Sa mort, au faite de sa gloire ,arrive inopinément le 20/ 07/ 1973 , et se fait dans des circonstances troubles. Bizarrement son dernier film ( monté par les studios après sa mort ) s'intitule «le jeu de la mort »( vous savez le film où Bruce a un survêtement jaune à bande noire qui ressemble à un pyjama ) et se voulait un film d'action philosophique.On voit très peu le vrai Bruce Lee,mais il apparaît au sommet de son art.Le film sortira en 1978, après bien des controverses , Bruce meurt dans les bras d'un starlette ,Betty Ting Pei (on ne saura jamais s'ils ont eu une liaison , ce qui est sûr c'est qu'elle a exploité cette histoire , et qu'un film en est sorti 'La vie sentimentale de Bruce Lee). Brucexploitation De nos jours, Bruce Lee est devenu un produit décliné en Tshirt , statuettes,affiches. Bruce Lee est devenu la dernière icône populaire du cinéma, et la seule de nationalité chinoise ayant eu un tel impact international. Même les contrées les plus reculées connaissent Bruce Lee, mais peut-être pas Jackie Chan, Stallone ou Depardieu. Logique donc qu’il soit copié au cinéma! Cette « Brucexploitation » a donné lieu à des clins d’œil ( le goal dans « Shaolin Soccer » , les rôles de Stephen Chow par exemple « Fist of fury 1991’ » ,mais aussi à des clones /clown pathétiques. Encore aujourd'hui , on retrouve des allusions à Bruce , principalement des parodies .En 2002 ,c'est « Kung pow : enter the fist » de Steve Oedekerk où le realisateur américain joue un Bruce Lee littéralement débridé .Même le film « La tour Montparnasse infernale » d'Eric et Ramzy fait un cameo Bruce Lee! Jackie Chan, Jet Li au début dans l'ombre de la star, ont rapidement choisi un style personnel pour éviter la confusion. Car ils ont compris que ce qui plaisait dans les films avec Bruce Lee, ce qui motivait ses fans , ce n 'était pas le genre, le scénario , les bastons mais Bruce, et le spectacle crée par Lee; un homme charismatique, en sueur et en colère,hurlant et se battant comme un animal...Alors si on veut faire des arts martiaux et faire du cinéma, autant trouver son propre style ,comme Bruce .Et éviter les écueils des studios de Hong Kong,que la mort de Bruce plonge dans la dépression.Que vont faire les studios comme la Golden Harvest suite à ce deuil national? Monter » le jeu de la mort « , (en écartant les scène voulues par Bruce Lee, mais où il n'apparait pas, ne respectant pas ainsi sa volonté ), Autre solution pour rentabiliser la mort de Bruce :réaliser des films de kung fu, mais parodiant Bruce Lee ou lui rendant hommage pour les fans en manque. Mais jamais ces films n'auront le succès économique des originaux.Ce n'est pas faute d'essayer:selon le livre » La légende du dragon « (livre édité pour la rétrospective 30 ème anniversaire ) , «les faux Bruce Lee ont été une vogue unique dans l'histoire du cinéma :près de 200 films en 6 ans « Et ,d'ailleurs, ce n'est pas compliqué de faire un remake des films de Bruce :prenez un asiatique, coiffé comme Bruce , torse nu , faites le se battre,donnez lui les tics de Bruce (dont son célèbre «miaulement») et vous obtenez un faux film «à la Bruce Lee » ! Mais gare aux contrefaçons:rien ne pourra égaler l'original ,Bruce qui mêlait à la fois sérieux et humour dans ses films.Regardez » la fureur du dragon « , ou « la fureur de vaincre » , vous verrez des pointes d'humour de la star. En parlant d’hommage /exploitation de l’image de la star, certains films s'en sont bien sortis . Par exemple ,on aurait pu s’attendre au pire avec Dragon, L’histoire de Bruce Lee , le film biographique de Rob Cohen (" Dragon, the Bruce Lee story") .En fait ,cette biopic sortie vingt ans après la mort de Bruce est sensible et bien fait .Jason Scott Lee ( rien à voir avec Bruce ) y campe un ‘’Petit Dragon’’ plus vrai que nature . Trente ans après nous voyons fleurir les DVD rétrospectives.A noter que son fils , Brandon Lee, a suivi les traces de Bruce et entamé une carrière au cinema notamment dans »The Crow » .Lui aussi est mort jeune , et suite à un accident (de tournage).Certains y voient un signe de malédiction à la Kennedy. Ce qui est certain ,c'est que le fantôme des Lee planent et surtout de Lee père plane sur le grand écran ...





Claire


 
 
haut