David Lynch, Lion d'or et Palme d'or, n'a pas tourné de long métrage depuis 2006. Une longue absence. Heureusement il nous a offert une suite à Twin peaks pour la télé. Et on peut voir ses photos fétéchistes dans l'exposition de Louboutin au Palais de la Porte dorée. Il vient aussi de terminer un court métrage. Elephant Man ressort cette semaine en salles.sex shop



Aure Atika
Edouard Baer
Juliette Binoche
Romane Bohringer
Sami Bouajila
Isabelle Carré
Alain Chabat
Anaïs Demoustier
Emmanuelle Devos
Clint Eastwood
Jesse Eisenberg
Colin Farrell
Harrison Ford
Olivier Gourmet
Hugh Grant
Tchéky Karyo
Vincent Lacoste
Chiara Mastroianni
Matthew McConaughey
Ewan McGregor
Yolande Moreau
Margot Robbie
Mark Ruffalo
Adam Sandler
Omar Sy
Omar Sy
Renee Zellweger
Roschdy Zem



Juliette Binoche
Meryl Streep
Uma Thurman
Russell Crowe
Cate Blanchett
Johnny Depp
Michel Serrault
George Clooney
Harrison Ford
Emmanuelle Béart




 




 (c) Ecran Noir 96 - 20



© BVI   







 Coeurs transis ou coeurs brisés, en
 un clic fixez sa cote.
 
Votes : 11Cote : 10 %


 
L’ETOFFE DU HARRIS





Failure is not an option !” (Apollo 13)

Ni star, ni second rôle méconnu, Ed Harris est l’un des acteurs les plus respectés de sa génération, tête d’affiche de blockbusters ou personnages charismatiques de films d’auteur. Belle gueule, les yeux azurs pénétrants, l’homme n’a pourtant jamais joué de son physique pour se faire reconnaître. Au contraire, ses choix, judicieux ou compromettants, se sont davantage portés sur des rôles à fleur de peau, où la tension dramatique lui faisait serrer la mâchoire, nous transpercer du regard.

En 1983, 33 ans donc, Ed Harris, se marie avec Amy Madigan. Heureux événement. L’homme, fidèle, n’a jamais eu le droit aux médias trashs, peoples. Il est toujours marié avec elle. L’importance d’être constant… La même année, il est John Glenn, astronaute dans l’épopée signée Philip Kaufman, L’étoffe des héros, aux côtés de Scott Glenn, Dennis Quaid et Sam Shepard. Ce dernier l’enrôle par la même occasion pour faire ses débuts sur la scène théâtrale new yorkaise, dans « Fool for Love ».

Le virage sera radical. Lui qui tournait dans des films de genre (avec Charles Bronson) ou des téléfilms du type "The Aliens are coming", ou encore participait à des séries télé le temps d’un épisode (Chips, L’amour du risque, Barnaby Jones…), va se voir offrir des rôles plus denses. Pas forcément la crème d’Hollywood, mais de quoi se confronter à Nick Nolte (grande période), Kurt Russell et Goldie Hawn (époque heureuse), Danny Glover, John Malkovich et Sally Field (Les saisons du cœur, film à Oscars) ou encore Max Von Sydow. Des drames, de la guerre, des larmes. Pas forcément des hits au Box office, mais des personnages intenses.

Il reste un comédien « confidentiel ». Mais son talent est vite reconnu. Louis Malle l’engage dans Alamo Bay, avec son épouse, pour jouer un vétéran du Vietnam, raciste et pas vraiment remis de la guerre. Sa réputation d’intellectuel naîtra de ces films art et essai qui lui vaudront aussi l’estime des cinéphiles, même lorsqu’il se noiera dans des productions plus fades. Nous sommes toujours dans les années 80 et force est de constater qu’Ed Harris n’est qu’un comédien parmi d’autres. William Hurt, John Malkovich, Dennis Quaid, Jeff Bridges, James Woods ont déjà décollé avec des succès populaires ou des nominations aux Oscars. Harris reste isolé de cette vague… Tout sera plus tardif.

Hollywood l’emploie pour réinterpréter l’histoire : mélodrames romantiques et musical (Sweet dreams), guerre au Nicaragua oubliée (Walker), état d’urgence en Pologne (Le complot, avec Christophe Lambert, son premier film avec Agnieszka Holland)… Sinon il est embauché pour jouer les seconds rôles valorisant des stars plus connues. Ainsi, il croise Robert de Niro (Jacknife, première nomination aux Golden Globes), Dennis Hopper (Paris Trout), Sean Penn et Gary Oldman (State of Grace), Al Pacino et Jack Lemmon (Glengarry Glen Ross). Son jeu est à chaque fois impeccable, précis.

A la fin des années 80, cependant, l’image d’Ed Harris a évolué. Il a suffit d’un second film. La science n’est plus historique comme avec L’étoffe des héros qui l’envoyait sur la Lune, mais bien fictionnelle (quoique), avec The Abyss, qui le plongeait dans les fosses marines. James Cameron réussit un film très personnel sans sacrifier les notions d’émerveillement et d’aventures. Le film rapporte 90 millions de $ dans le monde, un semi-échec d’un point de vue financier. Mais, grâce à ses effets spéciaux aquatiques et irréels, The Abyss marque son époque. Pour les comédiens ce fut aussi une épreuve. Ils ont du obtenir un certificat de plongée et ont réalisé la plupart de leurs cascades. Ed Harris finira le tournage avec de nombreuses blessures. Sans parler des crises de nerfs…

Malgré tout, c’était la première fois que l’acteur se retrouvait en premier nom sur le générique d’une production de cette ampleur. Il a prouvé qu’il savait être un acteur physique, en plus d’avoir cette capacité à jouer la dureté glaçante, l’ironie mordante, la mélancolie à fleur de peau, la dépression flamboyante, la tristesse envahissante. Il a la tête d’un shérif, d’un détective ou d’un agent du FBI. Ses passages dans la comédie sont moins marquants et plus rares. Il est l’homme des thrillers, dans l’ombre ou en pleine lumière, dans le camp des gentils (pas forcément sympas) ou celui des méchants. Seconds rôles dans des blockbusters portés par Tom Cruise, Nicolas Cage ou Sean Connery, il tente toujours de ne pas être banalisé. Qu’il soit dans le couloir de la mort ou preneur d’otage.

Douze ans après L’étoffe des héros, le cosmos fait encore appel à lui. Et une fois de plus, il s’agira d’un tournant dans sa carrière. A croire qu’il doit frôler les étoiles pour s’en approcher à Hollywood. Ron Howard lui demande de diriger, au sol, l’équipage d’Apollo 13, soit le trio Hanks, Paxton et Bacon. Enorme hit estival (330 millions de $), le film vaut surtout à Harris, sa première nomination à l’Oscar. Le seul du « staff » à en obtenir une pour ce film, neuf fois nommé. Dans le même temps, Oliver Stone le transforme dans Nixon, en E. Howard Hunt, agent de la CIA condamné lors du scandale du Watergate. Il a cette capacité à amener à lui n’importe quel personnage ayant existé. Il n’est pas du genre caméléon, à la jouer « actor’s studio ». Il reste dans un jeu relativement minimaliste, naturaliste. Et ouvre les vannes, lacrymales ou vocales, quand il le faut.

Quelques séries B, des films indépendants effacés des mémoires ne suffiront pas à gâcher son élan. Il tournera avec Clint Eastwood (Les pleins pouvoirs où il est enquêteur), Chris Columbus (Stepmom, époux partagé entre Susan Sarandon et Julia Roberts), Jean-Jacques Annaud (Stalingrad, en tireur ennemi de Jude Law).
On retiendra surtout son rôle machiavélique dans The Truman Show, en père de la télé réalité, Géppetto cathodique, cynique chef d’orchestre d’un spectacle qui anticipait les Loft Story. Deuxième nomination à l’Oscar, premier Golden Globe. De quoi lui donner confiance et réaliser son premier film, Pollock. Il incarne le peintre moderne Jackson Pollock, avec qui il a une ressemblance physique frappante. L’expérience est éprouvante, épuisante. Nous écrivions à l’époque : « L'énergie du film provient sans doute de cette symbiose entre le sujet, le comédien, la musique et les oeuvres de Pollock. Jamais Harris n'hésite face à la légende. » Il est cet homme fragile, cet artiste expressionniste. L’exigence et les tourments existentialistes semblent communs au peintre et au comédien.
Harris alterne ainsi les productions mineures, les seconds rôles hollywoodiens et les films remarquables. On passera donc sur des films comme Copying Beethoven (il joue le musicien !), Radio ou Two tickets to Paradise, où Harris pense sans doute à payer ses impôts. Idem, les films médiocres et insipides que sont Un homme d’exception (avec Crowe), The Human Stain (avec Hopkins), Cleaner ou Benjamin Gates 2 ne confirment qu’une seule chose : Ed Harris est souvent le seul plaisir du spectateur, le seul élément à sauver dans une critique.

On s’attardera donc sur les films remarquables. Ceux où l’acteur s’invite dans un univers ou impose une performance. Du culte Waking the Dead à l’intéressant Gone Baby Gone, Harris aime explorer différents styles de cinéma. Aussi quand il joue un mafieux, tueur à sang froid, dans un Cronenberg, face à Viggo Mortensen, on ne peut que frétiller de joie sur son fauteuil. Ed Harris aime le jeu plus que le « je » et c’est sans doute l’une des raisons à l’affection qu’on lui porte. History of Violence reste l’un des polars les plus passionnants de la décennie. On suppose que Harris a apprécié la compagnie de Viggo, qui lui ressemble presque, puisqu’il le dirigera deux ans plus tard dans son Western, Appaloosa. Ce coup-ci ils seront amis.

Peu importe qu’il perde ses cheveux, il conserve, avec les années tout son charme, pour ne pas dire une beauté captivante et cinégénique. Il a ce sourire timide et suave, des acteurs qui se foutent de la célébrité et aiment porter des projets personnels. Cette humilité aussi à ne pas faire de préférence entre un premier grand rôle et un second rôle singulier.
Car s’il faut admirer Ed Harris, il convient de voir sa prestation dans The Hours. Film où les femmes règnent à travers trois générations, il est le seul lien masculin entre elles. Le poète comme Kidman, le fils de Moore, l’ex de Streep. Homo, sidéen en phase terminale, artiste incompris mais reconnu. Vulnérable comme s’il était en porcelaine, enfermé dans son pigeonnier new yorkais, Ed Harris parvient avec sa voix justement modulée, un texte magnifiquement dit, nuançant toutes les tonalités, à nous émouvoir. A nous sentir en vie. Mais là encore, toujours, ce sont les yeux qui parlent le mieux. Des yeux humides, ouverts, incisifs, rageur , enflammés, désespérés. Même immobile, il réussit à nous bousculer, à nous accrocher. Nul besoin de flingue ou d’effets spéciaux, Ed Harris, solidement ancré dans le plan, est un de ces grands acteurs qui a fait le lien entre les Gregory Peck et les Heath Ledger. Une étoffe rare où le perfectionnisme vaut davantage que l’opportunisme…

vincy


 
 
haut